• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 16 novembre 2012

Nature du Lapin

Posté par othoharmonie le 16 novembre 2012

 

Excepté le cas des races naines, les mâles et les femelles se distinguent par leur allure générale. Les mâles ont généralement une tête plus large, un thorax plus développé et des membres plus épais présentant une musculature bien apparente, quand les femelles présentent une tête plus fine, un corps plus allongé et une ossature plus légère. Le bassin est toutefois un peu plus large chez ces dernières. Un fanon est parfois visible chez la femelle tandis qu’il est quasi inexistant chez le mâle.

Squelette

Nature du Lapin dans LAPIN - LIEVRELe lapin, comme tous les mammifères, possède 7 vertèbres cervicales, dont les deux premières, l’atlas et l’axis, jouent un rôle primordial dans la rotation de la tête. La colonne vertébrale se poursuit par 12 vertèbres thoraciques qui portent les 12 paires de côtes, dont seules les 9 premières sont reliées au niveau du sternum tandis que les 3 dernières sont dites « flottantes ». Les vertèbres lombaires sont au nombre de 7, et précèdent le sacrum composé de 4 vertèbres sacrées soudées entre elles. Il porte les os du bassin. Enfin, la colonne se termine par 15 vertèbres coccygiennes, dont les dix dernières forment la queue de l’animal.

Les os des membres antérieurs du lapin comportent une clavicule rudimentaire, un humérus qui a la particularité de posséder un grand orifice au niveau de la fosse coronoïde, un radius et une ulna (l’ancien cubitus) qui sont en contact sans qu’il n’y ait fusion. Dans les membres postérieurs on trouve le tibia et la fibula qui ont fusionné dans leur moitié distale. Le lapin se caractérise par des métatarsiens très développés, conséquence d’une adaptation au saut. Les pattes postérieures n’ont que quatre doigts contre cinq pour les antérieures.

Le squelette du lapin est plutôt fragile, et ne représente que 8 % du poids total de l’animal. Par contre, les muscles sont bien développés.

Publié dans LAPIN - LIEVRE | Pas de Commentaire »

La digestion du lapin

Posté par othoharmonie le 16 novembre 2012

 

Description de cette image, également commentée ci-aprèsLe lapin domestique possède 28 dents, réparties de la manière indiquée sur la formule dentaire. Les incisives sont dites à racine ouverte, ce qui signifie qu’elles poussent durant toute la vie du lapin qui les use en rongeant. Elles ont une forme légèrement courbée, et une table d’usure en biseau. La présence de deux paires d’incisives à la mâchoire supérieure permet de classer le lapin dans l’ordre des lagomorphes et de le différencier des rongeurs. Le lapin n’a pas de canines et ses incisives sont séparées de ses molaires, elles aussi dépourvues de racines, par un espace édenté. Les dents de lait que possèdent les lapereaux (incisives et prémolaires) tombent après environ 18 jours de vie, et sont très rapidement remplacés par les dents définitives.

L’intégralité du tube digestif d’un lapin adulte mesure 4,5 à 5 mètres. Après avoir traversé l’œsophage, les aliments arrivent dans l’estomac qui représente à lui seul 40 % du système digestif du lapin. On peut noter qu’il n’y a jamais de reflux de l’estomac vers la bouche chez le lapin. Dans l’estomac, les aliments sont soumis à un milieu acide, dans lequel la paroi stomacale excrète de l’acide chlorhydrique et de la pepsine, et ils commencent à être dégradés, avant d’être dirigés vers le duodénum, la première partie de l’intestin grêle. Là, les enzymes produites par le pancréas vont continuer à dégrader les aliments et les nutriments vont être absorbés par la paroi de cette première partie de l’intestin grêle, qui se poursuit par le jejunum et l’iléon. Le cæcum du lapin est particulièrement important en taille, puisque c’est ici qu’ont lieu les diverses fermentations qui permettent au lapin de digérer les fibres végétales. Les diverses bactéries présentes dans cet organe produisent au cours de ces fermentations des acides gras qui seront ensuite absorbés par les parois du cæcum et du gros intestin. Il s’agit principalement d’acide acétique, d’acide propionique et d’acide butyrique. Les bactéries cæcales synthétisent également de la thiamine (vitamine B1).

Publié dans LAPIN - LIEVRE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello