• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 10 novembre 2012

Alimentation du lapin

Posté par othoharmonie le 10 novembre 2012

 

Le lapereau tète généralement une fois par jour, le rythme de tétées dépendant surtout de la mère qui vient se positionner au-dessus de la portée pour donner aux lapereaux un accès aux tétines. Il commence à consommer l’aliment de sa mère et un peu d’eau à partir de l’âge de trois semaines, lorsque sa mobilité le lui permet.

Alimentation du lapin dans LAPIN - LIEVRE lapinAprès le sevrage, les jeunes effectuent pas moins de 30 à 40 repas solides et liquides par jour, et consacrent 3 heures sur 24 à leur alimentation, contre 2 heures pour un individu plus âgé. La consommation d’eau varie surtout suivant l’alimentation, et un fourrage comportant 70 % d’eau suffit à couvrir les besoins de l’animal. Toutefois, en l’absence de fourrage, il faut assurer d’importants apports d’eau, une lapine allaitante pouvant consommer 1 litre d’eau par jour. Le régime alimentaire du lapin comprend 15 à 18 % de matières azotées et au moins 10 % de fibres végétales. Si les protéines végétales sont bien valorisées par le lapin, ce n’est pas le cas des fibres. Ses besoins énergétiques s’élèvent à 2 100 kcal/kg de poids vif pour un lapin à l’entretien et atteignent 2 500 kcal/kg pour un animal en lactation, gestation ou croissance. Le lapin mange préférentiellement dans l’obscurité, et plus particulièrement le soir et le matin, périodes durant lesquels il ingère les deux tiers de son alimentation.

En élevage, l’alimentation des lapins est souvent exclusivement composée de granulés fabriqués à partir de diverses céréales, qui permettent d’avoir une très bonne croissance et de contrôler au mieux la qualité sanitaire des produits ingérés par les animaux. Les lapines en consomment 150 à 350 g selon leur stade physiologique, et les lapereaux en engraissement 100 à 120 g. Toutefois, divers systèmes de production proposent une alimentation plus variée. Ainsi, certaines cages déplaçables permettent aux lapins de pâturer l’herbe naturelle à la belle saison. Chez les éleveurs traditionnels, les lapins sont nourris avec du foin, des choux fourragers, des betteraves fourragères, des graines de céréales germées, des tourteaux, des topinambours, des fruits et bien d’autres aliments à disposition des éleveurs.

Les lapins de compagnie peuvent également être alimentés à partir de granulés du commerce, mais aussi avec des fruits et des légumes variés.

Publié dans LAPIN - LIEVRE | Pas de Commentaire »

Le lapin domestique

Posté par othoharmonie le 10 novembre 2012

 

Il a la particularité de pratiquer la cæcotrophie, c’est-à-dire qu’il réingurgite certaines de ses crottes, les crottes molles. Ce Le lapin domestique dans LAPIN - LIEVRE 290px-romerolagus_diazi_dispale_001comportement est permis par la variation du fonctionnement du côlon proximal au cours de la journée. Le matin, les boules de contenu cæcal qui rejoignent le côlon sont enrobées d’un mucus produit par les parois coliques. Elles sont évacuées par la suite sous forme de grappes allongées : ce sont les cæcotrophes dites également « crottes molles ». Le restant de la journée, les crottes sont « essorées » dans le côlon lors de contractions de sens alterné qui refoulent les petites particules et la fraction liquide vers le cæcum. Les grosses particules sont évacuées par l’anus et forment les « crottes dures ». Ces dernières s’accumulent dans les litières, tandis que les premières sont récupérées par le lapin dès leur excrétion.

Les cæcotrophes contiennent des bactéries et des résidus alimentaires non dégradés, ainsi que quelques résidus des diverses sécrétions digestives. L’intérêt nutritionnel de leur consommation est essentiellement lié aux nombreuses bactéries qu’elles contiennent. Celles-ci sont en effet riches en protéines, mais surtout en vitamines hydrosolubles (B et C). Dans des conditions d’alimentation normales, la cæcotrophie permet de fournir 15 à 25 % des apports en protéines et la totalité des vitamines B et C à un lapin sain.

Le jeune lapereau commence à développer ce comportement à partir de l’âge de trois semaines, c’est-à-dire quand il se met à consommer des aliments autres que le lait maternel.

Publié dans LAPIN - LIEVRE | Pas de Commentaire »

Reproduction du lapin en élevage

Posté par othoharmonie le 10 novembre 2012

 

Divers lapins domestiques (Oryctolagus cuniculus)Le mâle atteint la maturité sexuelle vers 140 jours. La lapine est capable d’ovuler entre 14 et 20 semaines. Contrairement à la plupart des mammifères, elle ne présente pas de cycle œstrien régulier. Elle est en chaleur plus ou moins permanente, son l’ovulation est induite par l’accouplement : elle se produit 10 à 12 heures après la saillie. Lorsque la lapine est en chaleur, l’accouplement a lieu rapidement lorsque la femelle s’immobilise suite à une courte poursuite. Elle soulève alors le train arrière pour faciliter le coït. Si la lapine n’est pas disposée à s’accoupler, elle s’accole aux parois de la cage, ou colle sa queue au sol pour éviter l’accouplement. La saillie est particulièrement rapide : 10 à 15 secondes après la mise en présence du couple, elle dure en moyenne 3 secondes et peut reprendre dans les minutes qui suivent avec 20 accouplements en ½ heure si on les laisse libres. Lors de cet accouplement, divers stimuli sont transmis au cortex cérébral par voie nerveuse suite à l’excitation des zones érogènes de la femelle. Le cortex cérébral tient également compte d’autres messages de types hormonaux (taux de stéroïdes) et externes comme les phéromones et les diverses stimulations des sens pour déclencher ou non l’ovulation par le biais d’un message électrique transmis à l’hypothalamus. Celui-ci produit la gonadolibérine (GnRH) qui provoque à son tour la synthèse d’hormone lutéinisante (LH), hormone responsable de l’ovulation, et d’hormone folliculo-stimulante (FSH), qui joue un rôle important dans la maturation des follicules et qui renforce l’action de la première citée. Il arrive parfois que l’ovulation ne soit pas suivie d’une fécondation, lors de chevauchements entre femelles, ou d’accouplements avec des mâles stériles, trop jeunes ou à la semence de mauvaise qualité par exemple. Dans ces cas, un corps jaune se met en place pour une durée de 15 à 19 jours et produit de la progestérone empêchant toute nouvelle ovulation. On parle de pseudogestation.

La fertilité des lapines baisse avec une forte chaleur et augmente avec l’éclairement. Elles continuent parfois à accepter l’accouplement pendant la gestation, la progestérone produite par l’ovaire de la femelle gravide n’étant pas toujours suffisant pour bloquer le comportement d’œstrus. Il n’y a toutefois pas de risque de gestation simultanée (superfétation), contrairement à ce que l’on a pu croire à un moment et à ce qui est observé chez le lièvre.

Les spermatozoïdes déposés à l’entrée des cols franchissent ceux-ci d’eux-mêmes, aidés parfois par les contractions musculaires du vagin. Seuls 10 % d’entre eux parviennent à les franchir. Ils arrivent alors dans l’utérus où leur présence provoque des contractions du myomètre qui permettent leur remontée dans les voies génitales. Leur progression dans l’oviducte est ensuite permise par leur motilité propre, les contractions de l’oviducte et les battements ciliaires des parois de celui-ci. Au cours de leur séjour dans les voies génitales femelles, les spermatozoïdes se retrouvent en contact avec le fluide utérin qui déclenche leur capacitation, dernière étape de leur maturation. Elle permet au gamète mâle de pouvoir adhérer à la membrane vitelline de l’ovule. Celui-ci descend dans l’ampoule sous l’effet des battements ciliaires, et arrête sa course à la jonction isthmo-ampoulaire où il attend d’être fécondé. L’œuf fécondé descend dans la corne utérine, où il s’implante suite à la cessation des contractions du myomètre permise par la progestérone produite par le corps jaune. Plusieurs œufs sont fécondés de cette manière et s’implantent dans les cornes utérines de la lapine. Leurs cellules vont se multiplier pour former un embryon qui se développe petit à petit. Une placentation de type hémoendochoriale permet les échanges entre la mère et le fœtus à partir du dixième jour. Avant cela il doit se nourrir des sécrétions des tissus environnant.

Après une gestation de 28 à 34 jours, la lapine met bas un à vingt lapereaux (entre trois et douze plus généralement). Durant les jours précédant la parturition, elle construit un nid à partir des matériaux solides qu’elle trouve à disposition (paille, copeaux…) et de poils qu’elle arrache sur son ventre et son fanon. La mise bas dure 10 à 20 minutes, mais peut parfois s’étaler sur plusieurs heures. Elle est suivie d’une involution rapide de l’utérus qui perd la moitié de son volume en 48 heures, permettant une remise à la reproduction rapide[38]. Les lapereaux pèsent environ 50 à 55 g à la naissance, avec de fortes variations en fonction de la taille de la portée et des races. Ils sont nus, aveugles, et plutôt gras – ce qui leur permet de réguler leur température et d’avoir des réserves d’énergie. Le duvet apparaît vers le 3e jour. Leurs yeux s’ouvrent au bout de 10 jours. Il arrive parfois que la lapine mange ses petits, notamment lors d’une première portée. Ce comportement s’explique généralement par un stress, un manque d’eau, une cage trop petite ou des petits touchés trop tôt. Le lait de la lapine est très concentré mais pauvre en lactose. Le lapereau peut rester 48 heures sans téter. Il n’a pas de flore intestinale à la naissance. Les tétées ont lieu une ou deux fois par jour, la femelle se positionnant au-dessus du nid donnant accès aux lapereaux à ses tétines, et elles ne durent que 3 à 4 minutes. La lactation est élevée pendant environ 30 jours mais peut durer facilement 2 mois. Pendant 3 semaines les petits ne boivent que du lait. À partir de 18-20 jours ils commencent à diversifier leur alimentation. Pour les plus grandes races, ils ne mettront que deux mois pour passer de 50 g à 2 500 g (poids d’un lapin moyen).

Composition du lait de lapine

Composition moyenne du lait en gramme par kg de lait

Eau

Extrait sec

Matière
grasse

Matières azotées

Lactose

Matières
minérales

716

284

133

153

6

24

Intervention de l’homme

Reproduction du lapin en élevage dans LAPIN - LIEVRE 220px-ro_pool_gilberteAujourd’hui, dans les élevages de grande taille, la reproduction se fait exclusivement par insémination artificielle. Cette méthode, employée depuis longtemps chez bon nombre d’animaux, a mis un certain temps à s’imposer chez le lapin car en temps normal, c’est la présence du mâle qui déclenche l’ovulation de la femelle. Le développement de l’insémination dans les années 1980 a suivi la maîtrise de l’utilisation d’hormones sexuelles, et notamment l’equine chorionic gonadotrophin et la PGF, pour induire artificiellement l’ovulation.

L’insémination artificielle a notamment permis la pratique de la conduite en bande dans les élevages. Toutes les lapines mettent donc bas le même jour ou presque, et il est par exemple possible pour l’éleveur d’équilibrer les portées en déplaçant des lapins de nichées trop nombreuses dans d’autres ou la lapine a été moins prolifique, ce qui leur permet d’avoir plus de lait à leur disposition.

Publié dans LAPIN - LIEVRE | Pas de Commentaire »

Le Lièvre…

Posté par othoharmonie le 10 novembre 2012

                             

Le Lièvre... dans LAPIN - LIEVRE images81Le lièvre est un mammifère de la famille des léporidés, comme le LAPIN, auquel il ressemble beaucoup. Il se reconnaît à ses grandes oreilles, plus longues que sa tête, et à ses pattes de derrière beaucoup plus développées que celles de devant. Son pelage est gris et roux. ANIMAL craintif et solitaire. il se cache durant le JOUR. Il ne part à la recherche de sa nourriture – HERBES et autres petites plantes non ligneuses – que la NUIT. Il ne creuse pas de terrier et fait une sorte de nid, son « gîte », à peine dissimulé dans un repli du terrain. Sa femelle, la « hase », dépose les 2 ou 3 petits de sa nichée, les « levrauts », dans un gîte diffèrent, et, bonne mère, n’oublie jamais de les allaiter.

Éternel inquiet, affligé d’une mauvaise vue, le lièvre se met droit sur son séant pour regarder autour de lui et écouter. A la moindre alerte, il fuit, pouvant atteindre une vitesse de 80 kilomètres à l’HEURE. Jean de La Fontaine a, dans une fable célèbre, Le Lièvre et la TORTUE, opposé la vitesse du premier à la lenteur de la seconde. Une tortue avait mis un lièvre au défi d’atteindre avant elle un but peu éloigné. Le lièvre avait accepté. Le départ donné, la tortue se met en route, tandis que le lièvre joue le long du chemin, prend son temps, sûr d’arriver le premier et réalisant trop tard qu’il ne suffit pas de courir, mais qu’il faut partir à point.

Publié dans LAPIN - LIEVRE | Pas de Commentaire »

Le lapin…

Posté par othoharmonie le 10 novembre 2012

                          

Le lapin... dans LAPIN - LIEVRE rabbit_shopes_papilloma_virus_31Le lapin est un mammifère de la même famille que les LIÈVRES. Les lapins domestiques dérivent du lapin de garenne, originaire, semble-t-il, de la région méditerranéenne et qui s’est répandu, à l’état sauvage, dans de nombreux pays, sauf dans les régions très chaudes ou très FROIDES. Son terrier, creusé en bordure des bois, dans des TERRES meubles, communique avec d’autres terriers, formant de vastes « garennes » où il s’ébat, le JOUR, au milieu de ses congénères Il sort, la NUIT pour chercher sa nourriture. Courir comme un lapin : courir très vite.

Le lapin de garenne se reproduit très rapidement, à raison de 3 à 5 portées de 2 à 8 lapereaux par an. En AUSTRALIE, les lapins, introduits au XVIIIe siècle, s’étaient tellement multipliés que les autorités ont été obligées de les faire détruire systématiquement. Dans Alice au Pays des Merveilles, Lewis Caroll imagine que la jeune Alice s’endort et se met à rêver : elle voit un gros lapin blanc aux yeux roses qui marche précipitamment et grommelle, en consultant sa montre : « Mon Dieu ! Mon Dieu ! Je vais être en retard ! »… La mécanique du rêve est lancée. Il conduira la petite fille dans un pays étrange où s’entremêlent logique et absurde, pour le plaisir des millions d’enfants qui lisent, chaque ANNÉE, ce livre ÉCRIT en 1865.

Publié dans LAPIN - LIEVRE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello