La vengeance du Lièvre – 3

Posté par othoharmonie le 1 novembre 2012

 

(suite…)

On était arrivé au quinzième jour du huitième mois. Or, c’est la nuit de ce quinzième jour que les lièvres célèbrent leur fête Description de cette image, également commentée ci-aprèspatronale. Cette nuit-là, en effet, la lune, leur patronne et leur protectrice se montre dans tout son plein, et dans tout son éclat, au milieu d’un ciel d’une parfaite pureté. La tribu des lièvres se réunit donc chaque année en cette belle nuit pour festoyer, danser et boire. 

Cette année-là, la veille du grand jour, Usagidono, à force d’instances, avait obtenu de ses vieux maîtres la promesse de l’accompagner à cette réunion qu’il devait présider lui-même. Ils allaient se mettre au lit, quand ils entendirent les pas d’un visiteur. C’était un lièvre tout jeune. Il pénétra dans la cabane, salua profondément le général en chef, et lui parla en ces termes: 

– Excusez-moi de venir vous déranger à une heure aussi tardive. Il s’agit d’une affaire de la dernière importance. Je viens vous supplier de ne pas vous rendre à la réunion de demain soir. Voici pourquoi: les deux jeunes blaireaux, dont le malfaisant père a péri sous vos coups, veulent profiter de la fête pour vous faire un mauvais parti. Ils ne parlent de rien moins que de vous mettre à mort. Ma mère tient la chose d’une belette, amie de la famille. Il paraît aussi que, depuis plusieurs jours, les deux frères s’exercent au maniement des armes, et que Yamajiro, le cadet, y est devenu d’une habileté rare. Vous connaissez le proverbe qui dit: Le véritable héros ne s’expose pas au danger. 

Quand le visiteur eut fini de parler, Usagidono répondit: 
– Tu es vraiment bien aimable d’être venu me prévenir, et je te remercie de cette preuve d’affection, mais je suis résolu à ne point tenir compte du danger dont tu me parles. Depuis longtemps, je le sais, les deux fils du blaireau complotent ma mort. Quoi de plus juste et de plus naturel? N’ont-ils pas le devoir de venger leur père? Chacun son tour en ce monde. Je m’étais figuré que mes deux ennemis, profitant de la faculté de se métamorphoser que leur a octroyée la nature, useraient de ruse pour me tuer à l’improviste. Il paraît qu’ils renoncent à employer ce déloyal stratagème, ils veulent se mesurer avec moi à face découverte. Je les admire et les estime. Je serai heureux de mourir de la main de ces deux braves. Bien loin donc de les fuir, je veux aller moi-même au-devant de leurs coups. 

Ainsi parla le joli lièvre blanc. Le vieux Gombéiji l’avait écouté en silence. Puis, il prit à son tour la parole: 

– Mon cher enfant, dit-il à son fils adoptif, ce que tu viens de dire est raisonnable, et je ne puis que t’approuver. Laisse-moi cependant te faire une remarque. Tu vas mourir, dis-tu, de la main des blaireaux. Qu’arrivera-t-il après? Il arrivera que les lièvres qui t’ont choisi pour chef voudront à leur tour venger ta mort: ce sera également leur droit et leur devoir. Ils tueront donc les deux blaireaux. Puis, la tribu des blaireaux voudra venger la mort des deux enfants. La lutte entre lièvres et blaireaux continuera de la sorte de génération en génération, chose fort regrettable. 

Description de cette image, également commentée ci-aprèsN’y a-t-il pas un moyen de mieux arranger les choses? Écoute. Voici à quoi je pense depuis quelques jours. Le blaireau que tu as tué était mon ennemi quand il vivait; maintenant, il n’est plus de ce monde; je n’ai aucune raison de lui continuer ma haine. Je songe donc à lui élever un tombeau et à faire célébrer pour lui un service solennel, auquel seraient convoquées les deux tribus des blaireaux et des lièvres. Je ferais aussi une pension à la pauvre veuve. Les deux fils reconnaissants abandonneraient sûrement leur projet de vengeance, et la paix serait rétablie. 

Usagidono approuva pleinement la géniale et généreuse proposition de son maître. Il fut donc convenu que tout le monde se rendrait à la fête et que le lièvre blanc annoncerait publiquement la chose. Là-dessus, le visiteur prit congé. Gombéiji, Tora et Usagidono se couchèrent, l’âme heureuse et le cœur plein d’espérance. 

Le moment solennel est arrivé. De toutes les montagnes avoisinantes, les lièvres accourent par groupes joyeux. Ils se réunissent sous une vaste tente, dressée au pied d’un pin énorme et tendue de drapeaux et d’oriflammes qui battent au souffle de la brise. Les salutations d’usage terminées, le repas commence. 

Plusieurs centaines de lièvres sont assis, formant un immense cercle. Chacun a devant soi la minuscule table qui porte la fiole de saké, l’assiette de poisson découpé en tranches et la tasse de riz.

A la place d’honneur, sur un siège plus élevé, est assis Usagidono, président de la réunion. Il a à sa droite le vieux Gombéiji, et à sa gauche la vieille Tora. 
Les deux jeune blaireaux s’étaient approchés en silence, étouffant le bruit de leurs pas. Ils avaient revêtu leur costume de guerre, et portaient au côté deux sabres à la lame affilée. Ils regardèrent à travers les fentes, et aperçurent leur ennemi. Yamajiro voulut à l’instant pénétrer sous la tente et accomplir sa vengeance, mais son frère le retint: 
– Attends encore, lui dit-il, en lui saisissant le bras. Tu vois bien qu’ils sont plusieurs centaines. Que pourrions-nous contre un si grand nombre? Attends! Ils vont boire. Bientôt ils seront ivres: alors nous pourrons sans danger accomplir notre vengeance. 

Les lièvres, en effet, buvaient. Les tasses de saké circulaient de main en main. Les chants d’usage allaient commencer… Tout à coup, un grand silence se fit dans la salle. Le chef s’était levé et, d’un geste solennel, il avait commandé l’attention. Tous les regards s’étaient tournés vers lui. A la porte, les deux blaireaux intrigués tendirent l’oreille: 

– Chers amis, commença l’orateur, puisque nous sommes tous réunis ce soir pour fêter notre illustre patronne, je voudrais profiter de la circonstance pour vous faire une proposition que, j’en suis sûr d’avance, vous voudrez tous accepter.

Des applaudissements éclatèrent, preuve que la proposition du chef, quoiqu’inconnue encore, était assurée à l’avance d’obtenir l’assentiment universel. Le lièvre blanc raconta ensuite dans tous ses détails l’histoire du blaireau et les péripéties de sa mort. Puis il ajouta: 

– Sa veuve et ses deux fils mènent aujourd’hui une existence bien malheureuse. Mis au ban de leur tribu, insultés et maudits par tous les animaux de la montagne, ils subissent un sort qu’ils n’ont pas mérité, car il n’est pas juste que les crimes du père retombent sur ses enfants. Je viens donc vous proposer une réconciliation générale, vous demander de rendre votre amitié à la pauvre veuve et à ses deux braves fils. 

Ici, les applaudissement redoublèrent. Les deux blaireaux se regardent, surpris de ce langage auquel ils étaient si loin de s’attendre, Usagidono continua: 

– Mon vieux maître, ici présent, veut élever une tombe à son ancien ennemi. Il désire qu’on lui fasse des funérailles solennelles. Il nous demande aussi d’organiser une souscription généreuse pour faire une pension à la veuve infortunée. 
A peine ces derniers mots eurent-ils été prononcés, qu’un grand bruit se produisit du côté de la porte. Les deux blaireaux venaient de faire irruption dans la salle. Les lièvres, effrayés, se levèrent d’un mouvement commun et se massèrent autour de leur chef. Les deux frères s’étant avancés jettent au loin leurs armes et se prosternent devant Usagidono, versant des larmes abondantes. Le lièvre blanc les relève et les embrasse. Alors un frémissement d’émotion s’empare de la salle entière. Les deux blaireaux sont portés en triomphe. Une danse folle s’organise et, jusqu’à l’aurore, jusqu’à ce que la lune ait disparu derrière la montagne, ce fut une fête telle que les lièvres n’en avaient jamais eu. 

Le lendemain, Usagidono promena dans la campagne la veuve du blaireau et ses deux enfants. Il leur fit faire de nombreuses connaissances et les réconcilia avec tous leurs ennemis. Les deux tribus des lièvres et des blaireaux se réunirent ensuite: on se jura de part et d’autre amitié éternelle; puis, un cortège s’organisa et le corps du blaireau fut transporté dans la tombe que Gombéiji lui avait préparée.

Le corps du blaireau fut transporté dans la tombe qui lui avait été préparée.
Depuis ce jour, lièvres et blaireaux ont toujours vécu dans les rapports de l’harmonie la plus parfaite et de la plus étroite amitié. (FIN)

Ferrand, Claudius (1868-1930). Fables et légendes du Japon – 1903.

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello