• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 6 octobre 2012

La légende du Petit Cheval-Cyprès

Posté par othoharmonie le 6 octobre 2012

Légende :

La légende du Petit Cheval-Cyprès dans CHEVAL 180px-Giotto_-_Scrovegni_-_-19-_-_Presentation_at_the_TempleLe dieu du Vent du Nord, bien connu sous le nom de Borée, s’éprit de la belle prophétesse Rudioboss, fille du docte centaure, Sena. Rudioboss était douée d’un pouvoir si puissant qu’elle pouvait prédire tout ce qui allait advenir à qui que ce fût qui la consultait. Elle était vraiment « dans le secret des dieux ». Ceux-ci en prirent rapidement ombrage, et lorsque Borée fit savoir qu’il la convoitait, tous lui promirent de l’aider à réaliser son projet amoureux. Ils espéraient trouver ainsi un moyen de se débarrasser d’elle. Rudioboss était cependant la petite fille de Teutates par Macha et celui-ci fut le seul à ignorer ce qui se tramait.

 

C’est ainsi que Rudioboss perdit une partie de son pouvoir et, sans l’appui de son divin grand-père, elle ne put savoir ce qui se préparait contre elle. Comme les colères de Sena étaient redoutées de tous et en particulier de sa fille, les dieux décidèrent de fournir de l’aide à Borée et d’attendre que Sena se fût aperçu que sa fille n’était plus vierge et qu’il la tuât. Mais les événements prirent une autre tournure. Borée souffla au milieu du troupeau de juments qui paissaient et, comme Rudioboss était nue au milieu des quadrupèdes, il s’engouffra en elle et la féconda. Il goûta tellement le plaisir qu’il prit avec elle qu’il voulut éviter de la perdre complètement. Il s’en ouvrit au dieu des eaux, Llyr. Celui-ci parla longuement avec Teutates qui lui apprit que la fille qui allait naître de Rudioboss deviendrait si belle que Llyr l’aimerait un jour et partagerait sa couche. Llyr décida de protéger Rudioboss des funestes desseins des autres dieux à son égard et, lorsqu’elle eut enfanté, il mit au ciel son effigie, dans la constellation des étoiles qui porte aujourd’hui encore le nom de Petit Cheval. Borée chaque jour, lui rend visite et l’aime. Quant à elle, bien qu’ayant souvent l’impression d’être un simple jouet aux mains des forces supérieures, elle accomplit cependant son destin avec un grand courage.

L’astrologie celtique attribue à cette constellation un arbre très particulier, le Cyprès. Celui-ci présente en effet une forme fuselée, semblable à celle de la jambe de la belle Rudioboss, et il pousse fréquemment près des tombes, défiant ainsi, comme la belle prophétesse, les forces de la mort. Ce signe astrologique celte présente des caractéristiques bien paradoxales, comme la vie mouvementée de Rudioboss-la-manipulée nous l’indique.

Publié dans CHEVAL | Pas de Commentaire »

Relations du Petit Cheval Cyprès

Posté par othoharmonie le 6 octobre 2012

Caractère du Petit Cheval-Cyprès

Extrêmement intuitif, le Petit Cheval-Cyprès connaît toujours tout ce qui est en mouvement sur les plans subtils. Les phénomènes de prémonition et la capacité de savoir le destin des autres constituent ses dons de naissance. Pour lui-même toutefois, le Petit Cheval-Cyprès est plutôt aveugle – ou du moins non-clairvoyant – et il mène fréquemment une vie difficile sur le plan matériel, habité par toutes sortes de peurs, soumis à la volonté des forces supérieures, qui ne sont pas souvent bien cohérentes dans leur action. Les naissances imprévues figurent souvent dans le lot qui échoit au Petit Cheval-Cyprès au cours de sa vie. Très endurant, il traverse l’existence sans jamais se plaindre, en traînant derrière lui des fardeaux souvent bien lourds. Ces tâches ardues tendent à durcir son caractère, à le rendre plutôt endurant et quelque peu entêté. Il aime aider les autres et leur rendre service, mais il n’accepte pas facilement d’être aidé, tellement il semble affligé d’œillères pour tout ce qui le concerne en propre. Sa vie est souvent parsemée d’embûches; de profonds bouleversements secouent sans cesse ses habitudes et peuvent lui aigrir le caractère et lui faire perdre confiance dans « sa bonne étoile ». Il arrive que le Petit Cheval-Cyprès s’épuise à servir son entourage sans jamais refuser aucune tâche; si pénible soit-elle, il s’en acquitte consciencieusement, scrupuleusement.

Relations du Petit Cheval-Cyprès:

Extrêmement sociable, le Petit Cheval-Cyprès s’entoure de beaucoup d’amis et, plus proche de lui, d’un petit cercle d’intimes, qu’il garde souvent toute sa vie. Son bien-être dépend du choix judicieux des personnes qui composent ce petit cercle. S’il s’agit de personnes très demandeuses, le pauvre Petit Cheval-Cyprès, qui ne sait rien refuser à personne – encore moins à ses amis – deviendra rapidement leur serviteur, leur esclave. En revanche, il se peut qu’il ait sélectionné des personnes responsables et respectueuses; alors il pourra mieux s’épanouir tout en les aidant considérablement à évoluer, en se servant de son intuition et de ses prémonitions.
Les amis les plus positifs pour lui sont souvent du signe du Bouvier-Micocoulier. Ils s’entraident admirablement et se facilitent ainsi considérablement leur vie, pas toujours agréable. Ensemble, ils parlent peu, ils agissent. Leur amitié est fondée sur cette complicité, qui peut se développer jusqu’à devenir une fraternité de jumeaux!

Relations du Petit Cheval Cyprès dans CHEVAL 220px-Vincent_Willem_van_Gogh_065Avec un natif du signe astrologique de la Petite Ourse-Sapin, le Petit Cheval-Cyprès se sent bien, car il peut remplir son rôle de voyant et de prophète. La Petite Ourse-Sapin, point de repère de tous les autres, est souvent plutôt elle-même perdue et indécise. Le Petit Cheval-Cyprès la guide et lui permet de ne pas trop s’apitoyer sur son sort. Il la secoue; elle ouvre les yeux et poursuit son évolution.

Les relations amicales avec le Serpent-Bouleau sont plus complexes. Le Petit Cheval-Cyprès aime sa fougue, sa détermination et le fait qu’il sache toujours où il faut aller. Au lieu de jouer les esclavagistes comme les natifs de beaucoup d’autres signes, le Serpent-Bouleau se montre plutôt respectueux à l’égard du Petit Cheval-Cyprès et ils peuvent s’apporter beaucoup, mutuellement.

En revanche, auprès d’un Poisson austral-Érable, le Petit Cheval-Cyprès dépérit très vite car celui-là exige tant de lui qu’il ne peut bientôt plus faire face sans avoir la tête qui tourne et le corps épuisé. Le Petit Cheval-Cyprès ne sait pas lui dire non et le Poisson austral-Érable en profite sans vergogne.
Quant au Petit Chien-Noyer, non seulement il fait tomber sur le Petit Cheval-Cyprès son ombre néfaste, mais encore il le transforme en cheval de manège, le faisant tourner en rond et le poussant à bout à force d’exiger de lui toutes sortes de travaux et de l’accabler de remontrances et de mépris.
Le Chaudron-Sorbier, se trouvant au-delà de la dualité vie-mort, prend un certain plaisir à maltraiter le Petit Cheval-Cyprès. Il le pousse si loin dans l’effort qu’il l’amène à des degrés extrêmes de fatigue. Il agit ainsi seulement pour que le Petit Cheval-Cyprès cesse de toujours s’inquiéter, mais ses bonnes intentions ont des effets plutôt néfastes pour le Petit Cheval-Cyprès, si celui-ci ne réussit pas à s’éloigner au plus vite de ce « maître » tyrannique)

Publié dans CHEVAL | Pas de Commentaire »

Destin du Petit Cheval Cyprès

Posté par othoharmonie le 6 octobre 2012

 

 Cupressus sempervirensRien ne peut mieux lui convenir que de guider les autres sur le plan spirituel. Mais son talent divinatoire se trouve souvent contrebalancé par de grandes difficultés sur le plan matériel, qui l’oblige fréquemment à trouver un emploi « alimentaire ». Lorsque le Petit Cheval-Cyprès est descendu très bas dans le choix d’un métier au point de s’être éloigné de sa mission, il retrouve difficilement l’énergie nécessaire pour sortir de l’univers « métro-boulot-dodo » dans lequel il a pénétré. Les ressources énergétiques du Petit Cheval-Cyprès sont faibles : il capte ses forces du Ciel, du Cosmos et, s’il « s’enterre » trop il n’y parvient plus ! Comme bien souvent l’entourage immédiat du Petit Cheval-Cyprès commence à l’exploiter dès l’enfance, il arrive que le « pli soit pris » et qu’il soit incapable d’envisager de faire autre chose que le « serviteur », la « bête de somme ». Pourtant le Petit Cheval-Cyprès pourrait devenir un excellent conseiller d’orientation ou s’épanouir, s’il répond à une vocation religieuse, comme « directeur de conscience ». Il peut faire un très bon psychologue ou psychothérapeute, s’il parvient d’abord à s’affranchir de ses problèmes personnels en se prêtant lui-même à une analyse ou à une autre thérapie. Les professions de para psychologue, de médium, de clairvoyant ou d’astrologue lui conviennent également.

Il s’agira bien sûr du développement complet de ses pouvoirs para psychologiques, de sa faculté de prophétie et de sa vision du futur ! La destinée du Petit Cheval-Cyprès est de progresser petit à petit du plan des évidences des sens vers la compréhension des forces qui sont à l’œuvre dans notre univers et qui régissent tous les êtres. Cette évolution n’est pas facile, car, bien que doué, le Petit Cheval-Cyprès se fourvoie très souvent dans le monde des apparences et peut y rester longtemps prisonnier ! Mais comme la qualité principale du Petit Cheval-Cyprès est la persévérance, et comme sa destinée est de se réaliser complètement, le but sera certainement atteint un jour. Pour ce faire, le Petit Cheval-Cyprès doit faire pleinement confiance à son intuition et accepter vraiment tout ce qui lui arrive de façon positive, en récusant tout compromis avec ce qui cherche à l’entraver sur son chemin.

Publié dans CHEVAL | Pas de Commentaire »

Légende du Cheval ailé-Néflier

Posté par othoharmonie le 6 octobre 2012

Le Cheval ailé-Néflier

 

Légende :

Légende du Cheval ailé-Néflier dans CHEVAL 220px-Ring31Le dieu de l’Océan, Llyr, par une nuit sans lune, au milieu d’une effroyable tempête qui soulevait des vagues aussi hautes que des montagnes, s’unit avec une femme au corps magnifique mais dont la tête, et surtout le regard, était horrible et pétrifiait de terreur ceux qui s’aventuraient à la regarder. Enceinte de Llyr, Keridwen la monstrueuse ne parvenait pas à donner naissance à son enfant, tellement sa haine pour elle-même était grande. C’est le Héros solaire qui la décapita et mit au monde le formidable Cheval ailé. Il le chevaucha quelque temps, pour accomplir certaines de ses missions, puis l’abandonna sur la Montagne des Brumes. Un Héros terrestre trouve là le Cheval ailé. Il lui passa une bride d’or et lui mit un mors d’argent, puis le monta pour réaliser ses nombreuses prouesses. Le Héros terrestre, stimulé par sa gloire, développa un orgueil démesuré qui lui donna l’idée de devenir un dieu – et, pourquoi pas, le plus grand dieu ! Après avoir éperonné le Cheval ailé, le Héros terrestre parvint dans le domaine réservé aux dieux. Lorsque Dagda l’aperçut, bien qu’il fût la bonté même, il le frappa d’un coup de sa massue et le réexpédia, à moitié mort, sur la Terre.

Dagda, voyant le Cheval ailé qui piétinait l’univers divin de ses larges sabots d’airain, décida de l’immortaliser et le garder auprès de lui, pour qu’il porte sur son large dos, entre ses ailes, la massue et le chaudron d’immortalité. Ainsi calmé, discipliné – refroidi !-, le Cheval ailé coule aujourd’hui des jours heureux au service du dieu Dagda.

L’astrologie celtique attribue à ce signe, qui correspond aujourd’hui à la constellation de Pégase, du nom grec du Cheval ailé, le Néflier, dont le fruit mûrit tardivement dans l’année et devient comestible seulement lorsqu’il a subi le gel, qui l’adoucit et lui donne toute sa délicieuse saveur.

Caractère du Cheval ailé-Néflier
 Eriobotrya japonica
Le caractère du natif du Cheval ailé-Néflier varie considérablement au cours des trois âges de sa vie (trente années environ constituent un « âge »). Dans son premier âge, l’âge du corps, le Cheval ailé-Néflier est tout entier dépendant du Héros solaire. Celui-ci le met au monde et se sert de lui comme monture. Le Cheval ailé-Néflier est alors brillant en société, dévoué, très intelligent et toujours au faîte de la gloire. Le Cheval ailé-Néflier n’existe pas par lui-même mais par ce qu’il accomplit. Très solitaire de nature, il peut rester inoccupé, uniquement soucieux de se nourrir et de dormir. S’il a un compagnon-maître, il donne le meilleur de lui-même, sur terre, dans les eaux et dans le ciel. Il fait parler de lui en raison de ses pouvoirs « magiques » et de ses étonnantes performances physiques. Dans son second âge, ce Cheval ailé-Néflier entre dans l’univers du Héros terrestre et son métier l’accapare complètement, au point qu’il ne s’engage dans aucune relation amicale ou amoureuse. C’est une époque moins brillante durant laquelle on le critique passablement; il s’ennuie aussi beaucoup et le sens de sa vie lui échappe le plus souvent. Il « perd le fil » et devient dépressif. L’heure de gloire lui semble passée et il se sent devenir un « canasson », un cheval « de retour ».

Au cours de son troisième âge, celui de l’esprit, il se réveille vraiment et accomplit sa mission, spirituelle. Il apparaît alors rayonnant, très sage et prodigue de soins et de conseils éclairés autour de lui. Devenu une personnalité riche de connaissances et d’expériences vécues, il se montre d’une générosité exemplaire, il remplit de bienfaits inouïs la corbeille de tous ceux qui l’approchent. Sa dimension spirituelle ne lui tourne pas la tête et, humblement, il continue à porter sur son dos ce que désormais lui confient les dieux !

Ces caractères successifs l’amènent à avoir des relations bien différentes au cours de sa vie.

Publié dans CHEVAL | Pas de Commentaire »

Cheval ailé-Néflier

Posté par othoharmonie le 6 octobre 2012

Relations du Cheval ailé-Néflier

 Mespilus germanica Conscient de ses pouvoirs particuliers, il tend à être hautain et souvent même méprisant envers les autres. Non pas qu’il ait une haute idée de lui-même – au contraire il est plutôt humble de nature -, mais il ne supporte pas la mièvrerie ni la mesquinerie que manifestent la plupart des humains. Aussi cherche-t-il toujours à se retrouver avec des êtres évolués, supérieurs ou identiques à lui-même. Avec le natif du signe astrologique celte du Dragon-Cornouiller, il trouve son alter ego, son double terrestre. Le Dragon-Cornouiller est le portier du domaine souterrain et le Cheval ailé-Néflier le portier du Ciel. Leur fonction commune, permettre ou d’interdire le passage dans les autres plans de la réalité, les rapproche et se développe entre eux une profonde amitié, dans laquelle l’estime mutuelle tient une grande part. Ils n’ont pas besoin de se voir souvent pour conserver une fidélité d’esprit et de cœur inaltérable.

L’ami intime du Cheval ailé-Néflier appartient de préférence au signe du Grand Chien-Figuier. Ils ont tous les deux une conception très particulière des services à rendre à leurs maîtres, qui alimente habituellement leur conversation. Ils aiment se rappeler qu’ils sont tous les deux indispensables pour certaines missions et ils se flattent mutuellement, exaltant leurs vertus et évoquant toutes les prouesses qu’ils ont déjà accomplies. Le contentement de soi du Cheval ailé-Néflier se voit bien souvent compromis par ses exigences de perfection; avec son ami le Grand Chien-Figuier, il abandonne ses idéaux rigides et fanfaronne bruyamment! Avec grand plaisir!

Enfin, les natifs du signe du Héros solaire-Épicéa parviennent aisément à se faire un ami dévoué du Cheval ailé-Néflier, après une rencontre brutale déterminante, comme dans le mythe. Si ces deux êtres ont la bonne idée d’allier leurs forces respectives et de les lancer dans une activité professionnelle dynamique, ils voleront ensemble de succès en succès!

Il en va tout autrement des rapports du Cheval ailé-Néflier avec les natifs du Héros terrestre-Peuplier. Le Cheval ailé-Néflier se laisse dompter, mettre le mors et conduire pendant un certain temps, mais un jour, il décoche le coup de sabot qui traduit toute sa révolte, son mépris et son désir de vengeance. Et le Héros terrestre-Peuplier risque bien d’avoir du mal à s’en remettre. Étrangement, malgré leur inimitié, on rencontre fréquemment des natifs de ces deux signes faisant équipe : tour à tour, ils jouent les Laurel et Hardy ou les Frères ennemis.

Avec la Baleine-Châtaignier, le contentieux laissé entre eux par le mythe (le Héros solaire chevauche le Cheval ailé pour la tuer) s’avère si fort qu’une bonne relation parvient rarement à se développer. C’est pourtant toujours indirectement qu’ils se trouvent confrontés, mais souvent avec violence : un Héros solaire-Épicéa est nécessaire pour que se joue cet épisode. Ordinairement, ces deux signes vivent dans des éléments (eau-air) tellement différents qu’ils ne se rencontrent pas.
Enfin les relations avec l’Hydre-Saule ne sont pas placées sous les meilleurs auspices. Le Cheval ailé-Néflier au caractère direct et héroïque s’accommode très mal de devoir côtoyer le calculateur obstiné et retors qu’est l’Hydre-Saule. Il y a vraiment incompatibilité de caractères ! Le Cheval ailé-Néflier se retrouvera « sur la paille » avec rien à manger s’il ne prend pas garde à cet étrange compagnon l

 FruitsDestin du Cheval ailé-Néflier

Il est plutôt rare que le Cheval ailé-Néflier parvienne à la sérénité, à la joie et à la paix intérieure avant d’entrer dans son « troisième âge ». La première partie de sa vie se déroule dans l’exaltation et lui procure ses moments les plus brillants et les plus fougueux! Dans la période de l’âge mûr, les charges et les responsabilités sont très lourdes sur sa croupe et il se peut qu’il tourne mal et vieillisse précocement. S’il sait se ménager et ne pas accepter de porter de trop pénibles fardeaux, il parvient alors jusqu’aux sommets de la vie spirituelle. Ce que le mythe décrit comme l’entrée du Cheval ailé-Néflier au service du dieu Dagda signifie la réalisation suprême : le petit moi, avec ses désirs contradictoires et égoïstes, s’accepte comme simple instrument de l’âme immortelle. La sagesse est souvent l’apanage du Cheval ailé-Néflier vieillissant.

 

Professions :

Coursier du ciel, il se retrouvera fréquemment dans tous les métiers « aériens » : compagnies d’aviation, communications avec fil et sans fil, aérospatiale, etc. Les natifs du Cheval ailé-Néflier sont très inventifs et leur esprit recherche sans cesse d’autres domaines à parcourir. Un Cheval ailé-Néflier se fait apprécier par ses employeurs (il est rarement « patron » lui-même, il aime mieux servir et exécuter) pour sa puissance de travail démesurée. Infatiguable arpenteur du monde, on le retrouvera dans les professions qui nécessitent de nombreux voyages… intérieurs et extérieurs. Les succès d’un natif de ce signe sont brillants et durables, autant que ses erreurs et les échecs qu’elles entraînent irréparables. Les objectifs d’un Cheval ailé-Néflier doivent être rigoureusement contrôlés par ses supérieurs : si les ordres sont mal énoncés, ils seront mal interprétés et les conséquences pourront s’avérer catastrophiques. Mais tel est le propre du Cheval ailé-Néflier sur le plan professionnel : il peut devenir génial, mais il ne faut pas lui laisser la bride sur le cou !

Publié dans CHEVAL | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello