• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 14 septembre 2012

L’Histoire du Cheval

Posté par othoharmonie le 14 septembre 2012


L'Histoire du Cheval dans CHEVAL 220px-PrzewalskipferdLe cheval est un grand mammifère herbivore et ongulé appartenant à l’une des sept espèces de la famille des équidés. Il a évolué au cours des dernières 45 à 55 millions d’années à partir d’un petit mammifère possédant plusieurs doigts pour devenir un grand animal à sabot unique. L’utilisation du cheval, domestiqué il y a environ 5 500 ans, se serait répandue de 3 000 à 2 000 ans av. J.-C. à toute l’Eurasie. Bien que la quasi-totalité des chevaux soient désormais domestiques, le cheval de Przewalski est considéré comme le dernier vrai cheval sauvage, et il existe de nombreux chevaux domestiques retournés à l’état sauvage.

Il s’agit d’une espèce animale employée par l’Homme et celui-ci a développé un vaste vocabulaire spécialisé pour décrire les concepts qui y sont liés. Ce lexique va de son anatomie et sa morphologie aux étapes de sa vie en passant par sa couleur, ses races, sa locomotion et son comportement. En ce qui concerne les spécificités liées à l’espèce, les chevaux comptent sur leur vitesse pour échapper aux prédateurs, ont un bon sens de l’équilibre, un fort instinct de fuite et un trait inhabituel dans le règne animal : ils sont capables de dormir debout ou en position couchée. Les femelles, appelées juments, mettent bas après onze mois de gestation un petit nommé poulain. Celui-ci peut se lever et courir peu de temps après sa naissance. La plupart des chevaux domestiques sont dressés pour l’équitation entre l’âge de deux et quatre ans. Ils atteignent leur plein développement à cinq ans en moyenne et leur durée de vie va de 25 à 30 ans.

Des siècles durant, les chevaux sont des animaux de guerre et de transport au service des hommes. Ils permettent l’essor du commerce et l’expansion de civilisations sur de grandes étendues. Considéré comme « la plus noble conquête de l’homme », présent dans les mythes, les légendes, nombre d’encyclopédies et toutes les formes d’art, le cheval est, de tous les animaux, celui qui a sans doute le plus marqué l’histoire et les progrès de l’humanité. Il est à l’origine de métiers liés à son entretien, son commerce ou aux activités sportives, les plus célèbres étant les sports hippiques. Dans la plupart des pays développés, le cheval est désormais monté pour les loisirs ou des compétitions, mais il peut aussi être utilisé en thérapie ou pour la production de biens de consommation grâce à sa viande, son lait, son cuir et même son urine. Dans d’autres pays, le cheval reste un partenaire indispensable à l’agriculture et au transport. L’entretien de chevaux domestiques demande un matériel particulier et l’attention de spécialistes.

Chez les Amérindiens, le cheval est parfois désigné sous le nom de « grand chien ». Le caractère sigillaire montre un œil et la crinière du cheval dans sa partie supérieure, et la partie inférieure ses membres et sa queue.

De nombreux termes familiers, péjoratifs ou anciens désignent aussi le cheval. Parmi les termes péjoratifs figurent notamment « bidet », « bourrin », « canasson », « carne », « rosse » et « haridelle ».

Publié dans CHEVAL | Pas de Commentaire »

Le Cheval de l’Antiquité

Posté par othoharmonie le 14 septembre 2012

L’utilisation du cheval dans l’Antiquité fut très importante pour de nombreux peuples, en particulier pour le transport et la guerre car la maitrise de cet animal fut parfois le facteur de victoire ou de défaite lors de conflits. Les chevaux antiques différaient par leur conformation et leur élevage du cheval moderne, et ils étaient en général de plus petite taille.

En Europe, les Grecs, Romains et Byzantins utilisaient le cheval pour la guerre, les communications, le transport mais aussi les courses de chars. De leur côté, les Celtes vénéraient Épona, déesse des chevaux, dont le culte nous a été transmis du fait de son adoption par les troupes équestres romaines. Au Moyen-Orient, certaines tribus Perses semblent avoir sélectionné les pur-sang arabes Modèle : Ref insuffisante, chevaux du désert, robustes et élégants, ils inventent aussi le polo. Lorsque les Hyksôs envahissent l’Égypte au XVIIe siècle av. J.‑C., les Égyptiens n’utilisaient les chevaux que pour des tâches civiles. La cavalerie, qui fera la puissance des pharaons du Nouvel empire, était alors du côté de l’ennemi et sera un facteur déterminant dans la défaite égyptienne. En Afrique, la cavalerie numide est une unité importante des armées carthaginoises lors des guerres puniques tandis que la cavalerie romaine était réputée médiocre.

Le Cheval de l'Antiquité dans CHEVAL 660px-Bataille_Waterloo_1815_reconstitution_2011_2

En Asie, le plus ancien char hippomobile à nous être parvenu intact provient de la tombe de l’empereur Chinois Wu Ding, mort en 1118 av. J.-C. Le cheval était peu utilisé comme animal de trait dans l’agriculture mais les Chinois seraient à l’origine du collier d’épaule. Ils utilisèrent l’étrier au VIe siècle av. J.‑C., la cavalerie formant le gros des troupes chinoises. Le cheval (馬) sert de moyen de transport et de communication (coursier). Quand le jeu de polo perse arriva à la cour de l’empereur, tout le monde s’en éprit. Les Chinois ne faisant pas d’élevage permanent des chevaux, ces derniers restaient un produit de luxe importé du Moyen-Orient.

Au Japon, le cheval sert d’animal de combat, de coursier et au transport de marchandises, mais dans ce dernier cas il est guidé par des hommes à pied, ce qui limite son potentiel. Des peuples d’Asie ont développé une unité militaire originale qui est l’archer à cheval.

Les équidés sont représentés sur des peintures rupestres dès le XXXe millénaire av. J.-C., mais ces animaux sauvages n’étaient probablement que chassés pour leur viande.

La découverte la plus récente fait remonter la domestication du cheval à 5 500 ans, dans l’actuel Kazakhstan, au sein de la culture Botaï. Auparavant, on ne disposait d’une preuve irréfutable de la domestication du cheval qu’avec la découverte de trace d’utilisation de chariots funéraires dans la Culture d’Andronovo vers le IIe millénaire av. J.-C.. Selon l’hypothèse kourgane, la domestication des chevaux eut lieu en Ukraine vers le IVe millénaire av. J.-C..

Publié dans CHEVAL | Pas de Commentaire »

Le Cheval du Moyen Age

Posté par othoharmonie le 14 septembre 2012

Le Cheval du Moyen Age dans CHEVAL 220px-39-svaghi%2C_equitazione%2CTaccuino_Sanitatis%2C_Casanatense_4182.Au Moyen Âge, des types spécifiques d’animaux sont développés. Le destrier est le plus connu, à travers l’image d’un énorme animal bardé de fer associé à son chevalier en armure complète, mais la réalité historique est plus nuancée. Les prestigieuses et puissantes montures de guerre portent le chevalier en armure, son armement, une large selle et son caparaçonnage. Le coursier, plus rapide, est également utilisé pour la guerre. Les chevaux de prestige et de parade, dits « palefrois », sont réputés très coûteux, tout comme la haquenée, jument des dames fortunées. Le roussin, de moindre valeur, sert occasionnellement de monture aux chevaliers les plus pauvres ou de cheval de bât. L’utilisation des chevaux de traction est accrue par la diffusion du collier d’épaule en Europe au XIIe siècle, permettant au cheval de trait de remplacer avantageusement le bœuf dans les exploitations agricoles. Les chevaux médiévaux sont nommés d’après leur lieu d’origine, par exemple « cheval espagnol », mais ce terme se référait peut-être à plusieurs races. D’importants progrès technologiques, comme l’amélioration des selles, l’arrivée de l’étrier, du collier d’épaule et du fer à cheval permettent des changements capitaux dans l’équipement équestre, pour la guerre et l’agriculture. L’Église interdit l’hippophagie en 732.

Au Moyen-Orient, les chevaux portent les cavaliers Islamiques jusqu’en Espagne et des échanges culturels ont lieu à l’occasion des croisades et des invasions maures. Huit croisades, entre 1097 et 1300, font se rencontrer deux cultures équestres radicalement différentes, les chevaliers chargeant lourdement et essayant de désarçonner leurs adversaires, les Bédouins cherchant à tailler l’ennemi en pièce. En Asie, la cavalerie est la principale force des armées mongoles et tartares.

 

Publié dans CHEVAL | Pas de Commentaire »

Cheval des temps modernes

Posté par othoharmonie le 14 septembre 2012

Cheval à la Renaissance et temps modernes

À l’arrivée de la Renaissance, l’invention de la poudre à canon entraîne la fin de la cavalerie lourde et une nouvelle sélection du cheval de guerre. Des académies d’équitation sont créées, d’abord en Italie, pour obtenir des chevaux plus maniables. L’école espagnole de Vienne est construite dès 1572 et les Habsbourgs fondent le haras berceau d’élevage du Lipizzan à Lipica, en 1580.

Cheval des temps modernes dans CHEVAL 300px-Haras_Nationaux_Cheval_Passion_1L’idée de mieux sélectionner les chevaux de guerre fait son chemin sous François Ier, et le 17 octobre 1665, Colbert ordonne la création des haras nationaux. Au XVIIIe siècle, la création de haras, d’écuries et d’écoles de dressage renforce la renommée des chevaux royaux, devenus plus légers et plus souples. À la veille de la révolution française, l’état possède quinze haras nationaux et près de 750 reproducteurs. Les haras nationaux sont supprimés par l’assemblée constituante en 1790.

Les Anglais croisent des chevaux pur-sang arabes et Barbes avec leurs espèces indigènes pour créer les Pur Sangs, fameux chevaux de course.

Les premiers colons espagnols réintroduisirent le cheval Barbe et andalou dans les deux continents américains. L’espèce y avait disparu depuis plus de huit millénaires. En 1519, Les conquistadores d’Hernán Cortés amènent avec eux onze chevaux et six juments qui deviennent les premiers ancêtres des mustangs. Les Amérindiens n’avaient jamais vu ces bêtes, ce qui aide les conquistadores à remporter de nombreuses batailles car ils passaient pour des divinités. Cortez aurait déclaré : « Nous devons notre victoire à Dieu et à nos chevaux ». L’animal se répand rapidement, surtout en Amérique du Nord. Durant la conquête de l’Ouest, plusieurs centaines de milliers de chevaux sauvages peuplent le continent. Au XVIIIe siècle, les Amérindiens élèvent de grandes hardes de chevaux dont le nombre total dépasse les cent cinquante mille individus. À partir de ces mustangs dressés émergent les palominos. Les Indiens Nez-Percés opèrent des sélections à partir des mustangs pour obtenir l’appaloosa.

Articles détaillés : Cheval à la Renaissance et haras nationaux (France).

Publié dans CHEVAL | Pas de Commentaire »

Cheval et Cavaliers

Posté par othoharmonie le 14 septembre 2012

Cheval à l’Époque contemporaine

Cheval et Cavaliers dans CHEVAL 164px-Napoleon_Cuirassier_in_1809_by_BellangeLes chevaux jouent un rôle indispensable dans les conquêtes napoléoniennes, les pur-sang arabes sont des montures de choix pour la cavalerie. Au XIXe, des programmes d’élevage transforment les races équines locales ou en créent de nouvelles pour les besoins de la cavalerie, tandis que de puissantes races de chevaux de trait sont sélectionnées. L’arrivée successive du chemin de fer, des transports motorisés et du tracteur agricole signent le glas de la traction hippomobile au cours du XXe siècle dans la plupart des pays. Les cavaliers évoluent : militaires, agriculteurs, voyageurs et marchands laissent leur place aux cavaliers de loisir, souvent des citadins à la recherche de sensations et d’un contact avec la nature. Seuls les peuples cavaliers, notamment les Mongols dont les enfants apprennent toujours à monter avant de savoir marcher, prouvent encore à quel point l’utilisation du cheval a été primordiale et déterminante dans l’histoire de l’humanité. Chaque année, en Mongolie, à Oulan-Bator, est organisée une gigantesque course de chevaux mongols montés par des enfants (garçons ou filles, de l’âge de 6 à 12 ans). L’activité principale de ces peuples est souvent l’élevage des chevaux. Ces peuples sont souvent des peuples guerriers, comme les Mongols qui ont ravagé le continent eurasiatique au Moyen Âge, ou les Goths en Europe.

L’expression peuple cavalier désigne des peuples, en général nomades, qui entretiennent ou ont entretenu un fort lien historique et culturel avec les chevaux. Cet animal est ou fut au centre de leur existence, assurant leurs déplacements comme leurs victoires guerrières.

150px-Knight_capital_Louvre dans CHEVALLes peuples cavaliers actuels sont :

  • Mongols
  • Cosaques, population vivant dans la région des actuelles Russie et Ukraine. Longtemps méprisée, spécialement pendant l’ère soviétique, la culture cosaque en a beaucoup souffert. Cependant, elle vit un regain, ces dernières années, avec notamment la valorisation du patrimoine cavalier, et des fameuses acrobaties cosaques à cheval.
  • Tinkers (Irish Travellers), en Irlande. C’est une population nomade d’Irlande, qui a toutefois tendance à se sédentariser de plus en plus, en particulier à cause des problèmes causés par la police, de leur mauvaise réputation et de leur rapport difficile avec les autorités. Leur nom vient de l’anglais tin, étain: en effet, leur principal métier était celui de rétameur.

Article détaillé : Haras sous le Premier Empire.

Publié dans CHEVAL | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello