• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 12 septembre 2012

Les Poneys

Posté par othoharmonie le 12 septembre 2012

Les Poneys dans CHEVAL 220px-IcelandicHorseInWinterUn poney (féminin : ponette) est, selon la définition courante, un cheval de petite taille, avec une conformation et un tempérament particuliers. Il existe de nombreuses races de poneys différentes. Par rapport aux chevaux, les poneys présentent souvent une crinière épaisse, une queue et un pelage fournis, ainsi que des jambes proportionnellement plus courtes, un corps plus large, une ossature plus lourde, une encolure plus courte et épaisse, et une tête plus courte avec le front plus large. La Fédération équestre internationale (FEI) ne prend en compte que la taille pour définir ce qu’est un poney. Selon ses normes, tout cheval de moins d’ 1,48 m au garrot (ou 1,49 m ferré) est classé « poney », afin de faciliter les compétitions officielles.

Les poneys sont généralement considérés comme intelligents et amicaux, mais sont parfois décrits comme têtus et retors, les différences s’expliquant par la compétence du cavalier et du dresseur. Les poneys entrainés par des personnes inexpérimentées, ou seulement montés par des débutants, peuvent se révéler trop gâtés, car leurs cavaliers ne disposent généralement pas de l’expérience de base pour corriger leurs mauvaises habitudes. Les poneys correctement entrainés sont des montures appropriées pour les enfants qui apprennent l’équitation. Les poneys de grande taille peuvent être montés par les adultes, puisque ces animaux sont souvent très forts malgré leur taille.

Le poney trouve ses origines dans des populations de chevaux sauvages qui se sont développées en marge de l’habitat favori du cheval, dans des zones où la nourriture est rare ou le climat rigoureux, leur petite taille résulte donc d’une sélection naturelle et d’une adaptation à leur environnement. Ces animaux ont été domestiqués et élevés en captivité à des fins diverses, partout dans l’hémisphère Nord. Les poneys ont été historiquement utilisés pour la conduite et le transport de marchandises, comme pour la monte des enfants, l’équitation de loisir, et plus tard comme des montures de concours ou de spectacle. Pendant la révolution industrielle, en particulier en Grande-Bretagne, un nombre important de poneys de mines ont été utilisés pour tracter le charbon dans les galeries étroites.

Lire la suite…. http://fr.wikipedia.org/wiki/Poney

Publié dans CHEVAL | Pas de Commentaire »

Le Cheval à l’état sauvage

Posté par othoharmonie le 12 septembre 2012


Le Cheval à l'état sauvage dans CHEVAL 220px-SteppentarpanUn cheval sauvage ou cheval marron est un cheval qui vit en liberté totale et a peu ou pas de contacts avec l’homme, par opposition au cheval apprivoisé. Le terme de cheval sauvage est appliqué à des animaux descendants de populations de chevaux domestiques retournées à l’état sauvage après avoir été abandonnées par l’homme ou après leur avoir échappé, c’est ce qu’on appelle le phénomène du marronnage. Ces animaux se réadaptent très facilement à la vie sauvage. Il ne faut pas confondre leur situation avec celle des espèces comme le tarpan et le cheval de Przewalski, qui n’appartiennent peut-être pas à la même espèce que le cheval et n’ont jamais été domestiqués.

Les mustangs américains forment la population de chevaux sauvages la plus connue, mais on trouve des chevaux sauvages sur tous les continents : Le Camargue en France, les Brumby en Australie, ou encore les chevaux de Namibie par exemple. Certaines populations, comme le brumby en Australie, sont considérées comme invasives.

Le cheval est un animal naturellement grégaire qui vit en harde d’une petite dizaine d’individus. La harde se compose généralement :

  • D’un étalon protecteur du troupeau qui se reproduit également avec les juments de la harde.
  • De trois à quatre juments dont la plus âgée est souvent à la fois la dominante et la leader, mais pas obligatoirement. Certaines hardes ou harems peuvent se composer d’un étalon unique et d’une seule jument, la taille de la harde dépend des étalons
  • De leurs poulains sur deux ou trois années.

Les juments exercent le rôle de reproductrices et de nourrices pour leurs poulains. La jument dominante s’occupe, elle, de l’éducation des poulains les plus irrespectueux. Quand les jeunes étalons sont en âge de se reproduire, ils sont chassés par l’étalon chef ou s’en vont eux-mêmes du groupe pour former des « bandes de jeunes célibataires » à part, jusqu’à former eux-mêmes leur propre harde de juments.

Lire la suite….  http://fr.wikipedia.org/wiki/Cheval_sauvage

Publié dans CHEVAL | Pas de Commentaire »

Les Robes du cheval

Posté par othoharmonie le 12 septembre 2012


Robe désigne la ou les couleurs d’un cheval, dans le domaine de l’hippologie. Les dénominations des robes ainsi que leurs définitions sont liées à leur apparence visuelle, définie par la couleur des poils et des crins qui la composent.

Les Robes du cheval dans CHEVALCes couleurs vont du noir au blanc en passant par toutes les gammes du « marron ». La description est complétée par la notation des épis, qui sont les modifications du sens de pousse des poils, ainsi que des marques, généralement blanches. L’administration des haras règlemente ces appellations en France depuis la fin du XVIIIe siècle.

Au XXe siècle, les progrès de la génétique permettent d’expliquer scientifiquement les raisons de la coloration de la robe du cheval, et de prévoir la robe d’un poulain à naître en fonction de celle de ses parents. Le résultat de ces recherches a permis d’établir des classifications des robes plus proches de la réalité génétique.

Jusqu’aux découvertes génétiques, notamment à la fin du XXe siècle, l’identification de la robe des chevaux a toujours dépendu de la seule observation visuelle. Les premières études pour connaître la transmission des robes datent du début du XXe siècle, et sont effectuées sur le Pur Sang. Dans les années 1940, trois robes de base sont identifiées chez le cheval. Il s’agit du bai, de l’alezan et du noir, présentes chez les premières populations de chevaux sauvages. Les robes sombres ont peut-être été privilégiées par la sélection naturelle à l’état sauvage, afin de fournir au cheval un camouflage contre ses prédateurs.

La domestication du cheval, qui entraîne un élevage sélectif, accroit énormément la variété des robes. Parmi les trois robes de base, le bai est dominant sur le noir, et toutes deux sont épistatiques avec l’alezan. Les robes noire et baie sont très répandues chez le cheval 5 700 ans av. J.C.

Trois robes de base du cheval

Les trois robes de base, le noir, l’alezan et le bai, modifiées par des gènes de dilution (comme le crème et le silver), des marques (balzanes, liste en tête…), et des ajouts de poils blancs (rouan, rabicano, gris, pie…) ou noirs (gène sooty), sont à l’origine de toutes les robes existantes chez le cheval moderne.

En savoir plus…. http://fr.wikipedia.org/wiki/Robe_du_cheval

Publié dans CHEVAL | Pas de Commentaire »

Le Cheval Noir

Posté par othoharmonie le 12 septembre 2012


Le Cheval Noir dans CHEVAL 220px-Frisian_horseLe noir est une couleur de robe peu fréquente chez le cheval, où la peau et le pelage de l’animal sont complètement noirs. Elle est due à la présence d’un allèle dominant du gène Extension (« E ») combinée à l’absence de l’allèle dominant du gène Agouti (« A »). L’eumélanine responsable de la couleur noire s’exprime tandis que la phéomélanine, responsable de la couleur alezane, reste à l’état récessif. Étant une robe de base chez le cheval, différents gènes tels que le pie ou le silver peuvent en modifier l’apparence. Lorsqu’elle est totalement dépourvue de poils blancs, elle est dite zain. Elle peut aussi présenter des marques blanches.

La robe noire est un critère obligatoire dans le standard de plusieurs races de chevaux telles que le Mérens pyrénéen, le Frison hollandais et le Minorquin, elle est fréquente chez de nombreuses autres telles que le Fell et le Shire.

La classification des robes noires sur les papiers officiels des chevaux varie en fonction des pays. En France, les chevaux noirs à marques fauves, dits « noir pangaré », sont considérés comme noirs, mais ce n’est pas le cas dans la plupart des autres pays, dont les États-Unis.

Les chevaux noirs ont de tous temps marqué la culture et l’imaginaire grâce à une symbolique que l’on retrouve dans plusieurs mythes, légendes, ou histoires folkloriques, jusqu’aux superstitions et usages anciens. Cette robe, source d’inspiration pour les écrivains, a également donné son titre à l’une des plus célèbres sagas de littérature jeunesse mettant en scène un cheval : L’étalon noir ; ainsi qu’au tout premier roman animalier : Black Beauty.

La robe noire évolue de la naissance du poulain jusqu’à l’âge adulte. Les poulains noirs naissent généralement recouverts d’une bourre gris foncé, avec une robe plus claire de quelques tons par rapport à celle qu’ils arborent à l’âge adulte, parfois confondue avec la robe souris. Ils présentent alors souvent des marques primitives comme la raie de mulet et des zébrures sur les membres. Leur robe de naissance devient de plus en plus foncée au fil du temps et ces marques primitives se font invisibles.

En savoir plus…. http://fr.wikipedia.org/wiki/Noir_(cheval)

Publié dans CHEVAL | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello