• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 26 août 2012

Coccinelle asiatique invasive

Posté par othoharmonie le 26 août 2012

 

Fichier:Harmonia axyridis.jpgLa coccinelle asiatique, Harmonia axyridis, est une espèce aphidiphage et se nourrit de pucerons. Elle est originaire de Chine. Dès le début du XXe siècle, et surtout, vers la fin des années 1980, elle a été importée, en grand nombre, en Europe et aux États-Unis, dans le cadre de la lutte biologique. Mais son comportement, sa prolificité et sa voracité en ont fait perdre le contrôle, et elle est désormais considérée comme nuisible pour de nombreuses espèces de coccinelles autochtones, dont elle envahit le territoire et qu’elle tend à éliminer.

Après être restée discrète plusieurs décennies, elle s’est rapidement montrée invasive. Un premier foyer invasif a été détecté en Amérique du Nord-Est en 1988, puis un second en Amérique du Nord-Ouest en 1991.

En 2001, deux populations invasives ont été observées en Amérique du Sud (Argentine) et en Europe (Belgique) tandis qu’un foyer était observé en Afrique du Sud en 2004. En Belgique par exemple, la vente de l’espèce en a été stoppée, mais la coccinelle asiatique est devenue la coccinelle la plus répandue à Bruxelles et en 2006-2007 elle a beaucoup progressé dans le nord de la France. En 2010, les routes d’invasion d’Harmonia axyridis ont été retracées à l’aide de marqueurs génétiques. Les résultats montrent que l’aire native (Asie) est à l’origine de deux foyers principaux en Amérique du Nord-Est et du Nord-Ouest. Ces deux introductions sont donc indépendantes, mais il est impossible de savoir si elles sont accidentelles ou proviennent de populations utilisées en lutte biologique.

Les foyers invasifs d’Amérique du Sud et d’Afrique du Sud proviennent de la zone envahie en Amérique du Nord-Est. Enfin les populations invasives en Europe de l’Ouest sont issues d’un mélange entre des individus provenant d’Amérique du Nord-Est et des individus utilisés en Europe pour la lutte biologique, avec une contribution génétique de l’ordre de 40 % pour ces derniers.

Coccinelle asiatique invasive dans COCCINELLE 251px-CoccinelleAsiatiqueLilleMai_2008L’espèce est encore actuellement (juillet 2010) vendue dans les jardineries en France sous l’appellation Coccibelle. La documentation indique en petit : « (Harmonia axyridis, souche non volante, sélectionnée par l’INRA à partir d’une population naturelle) ». La boîte de soixante larves est produite par Biotop à Valbonne. La vente de cette souche a continué malgré les dangers dénoncés par les scientifiques, en particulier ceux de l’INRA.

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaire »

La Coccinelle est menacée

Posté par othoharmonie le 26 août 2012

Menace d’un tueur en série sur la bête à bon dieu

Par Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences

PDF A Partager

Amenée aux Etats-Unis pour y chasser les insectes nuisibles, une redoutable coccinelle asiatique y a fait quelques ravages avant de traverser l’Atlantique et d’atterrir en Grande-Bretagne où elle s’attaque aux coccinelles locales.

La Coccinelle est menacée dans COCCINELLE 320px-Coccinellidae_eating_AphidoideaBranle-bas de combat en Grande-Bretagne à l’approche du printemps ! Un envahisseur venu des Etats-Unis va se réveiller aux premières chaleurs et décimer les paisibles coccinelles, joie des enfants et mangeuses de pucerons. Cet ennemi public se cache bien : c’est aussi une coccinelle. Mais celle-là est asiatique, vorace et même cannibale à ses heures. Repérée durant l’été 2004, la trop joliment nommée Harlequin Ladybird, alias Harmonia axyridis, se multiplie, et croque sans vergogne les coccinelles britanniques qu’elle rencontre sur son chemin.

C’est justement ce penchant carnassier qui avait convaincu des chercheurs américains d’importer ce coléoptère asiatique pour lutter contre les nuisibles des jardins. La méthode s’est avérée efficace et même un peu trop. Au nord des Etats-Unis, des nuées de centaines de milliers d’Harlequin ont dévasté des plantations d’arbres fruitiers et des vignobles. Puis le tueur en série a traversé l’Atlantique, sans que l’on sache comment.

La Manche est moins large que l’Atlantique…

Le professeur Michael Majerus, généticien à l’université de Cambridge, vient de déclencher l’alerte. Harlequin Ladybird a été signalée dans tout le sud de l’Angleterre, en particulier à l’est, c’est-à-dire à une portée d’ailes du continent. Quand on a traversé l’Atlantique, la Manche n’est pas un obstacle… D’ailleurs, selon les spécialistes, Harmonia axyridis prolifère également en Europe continentale (France, Belgique et Pays-Bas notamment).

Cité par l’AFP, Michael Majerus s’inquiète vraiment. « La Harlequin est une menace mortelle pour nos coccinelles britanniques. Nous devons la surveiller de très près pour évaluer l’ampleur de sa diffusion et son impact« . Il vient d’ailleurs de mettre en place un dispositif pour détecter la présence de l’indésirable dans les campagnes britanniques et a fait passer une petite annonce pour embaucher un superviseur chargé de collecter toutes les informations transmises.

En France, on ne semble pas s’inquiéter autant mais ouvrons l’œil. Cette coccinelle monstrueuse se reconnaît assez facilement. Ses élytres (ailes) arborent davantage de points et sont souvent de couleur orange, parfois noirs. Entre la tête et le thorax, se remarque une marque noire en forme de W.

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaire »

Entre Coccinelles et pucerons

Posté par othoharmonie le 26 août 2012

 

EN PDF A Partager

Les champs d’orties, en bordure des cultures, représentent un réservoir de proies (pucerons) et de prédateurs de pucerons (coccinelles, syrphes, chrysopes, forficules…) relativement sûr, à condition de les maintenir.

Les orties et la lutte contre les pucerons

Entre Coccinelles et pucerons dans COCCINELLE 290px-Coccinelle1Une récente étude des pucerons et de leurs prédateurs a été menée en Belgique, sur des cultures de pois, blé et colza et sur des champs d’orties qui les bordaient.

Le nombre d’espèces de pucerons était plus important dans les orties que dans les champs cultivés, le nombre d’insectes auxiliaires aphidiphages plus élevé dans les orties que dans les cultures.  

Les auteurs de cette étude concluent : « Le maintien d’espèces végétales abritant de nombreux pucerons dans des zones marginales telles que les haies et les bandes cultivées ou non en bordure de champs permet de conserver des réservoirs d’auxiliaires tels que les prédateurs et les parasitoïdes aphidiphages à proximité des cultures. Comme les insectes aphidiphages sont capables de participer à la réduction des populations aphidiennes des cultures dès l’apparition des ravageurs, l’aménagement des agro-écosystèmes tel que le maintien des zones d’orties, doit être envisagé afin de favoriser les auxiliaires et promouvoir ainsi la lutte intégrée contre les ravageurs des productions végétales » [ALHMEDI et al., 2006].

Six espèces de coccinelles sont citées dans cette étude : Adalia decempunctata (L., 1758), Adalia bipunctata (L., 1758), Anatis ocellata (L., 1758), Coccinella septempunctata L., 1758, Harmonia axyridis la Coccinelle asiatique, espèce envahissante (PALLAS, 1773), Propylea quatuordecimpunctata (L., 1758).

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaire »

Coccinelle du Jardin

Posté par othoharmonie le 26 août 2012

Les coccinelles peuvent-elles combattre les pucerons ?

PDF Partager

Le jardin bioUne seule larve de coccinelle est capable de dévorer quotidiennement entre 100 et 120 pucerons, ce qui est considérable ! Vous allez pouvoir utiliser cette faculté en en introduisant dans votre jardin.

Pour cela, sachez que des larves de ces insectes, sélectionnées par l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), sont en vente dans les jardineries ! Au bout de leur abdomen, elles disposent d’une sorte de ventouse qui leur permet de s’accrocher. Avec un pinceau, vous pouvez en disposer, sans problème et rapidement, à proximité immédiate d’une colonie de pucerons, sur vos rosiers par exemple. Le nombre d’insectes à lâcher dépendra du niveau d’infestation, 1 à 2 sujets pouvant suffire par bouquet floral infesté.

Rassurez-vous : c’est au stade larvaire que vous utiliserez des coccinelles, c’est-à-dire à un moment où elles auront un grand appétit et où elles ne pourront pas s’envoler et quitter vos plantations.

En savoir plus

Question /réponse inspirée du livre écrit par Michel Caron – Le jardin bio – Éditions Ouest-France, n’hésitez pas à acheter le livre.

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaire »

Traiter son jardin à la Coccinelle

Posté par othoharmonie le 26 août 2012

 

EN PDF A Partager

Traiter son jardin à la Coccinelle dans COCCINELLE 320px-Harmonia_axyridis_Coccinelle_asiatique_PupesQu’il s’agisse d’un ficus dans le salon, d’un potager avec ses tomates et ses herbes aromatiques ou de quelques bacs de géraniums sur le balcon, le jardinage concerne trois Français sur quatre. Et ces derniers ont souvent la main trop lourde sur les fongicides, insecticides et autres herbicides… En clair, tous ces « -cides » sont des pesticides, des tueurs de parasites. Les risques que leur utilisation entraîne pour la santé humaine, sont réels. Sans oublier non plus, la santé des animaux : « les pesticides sont responsables de la mort du quart des hérissons », précise ainsi Yann Lamy, chargé du Jardin de Noé pour l’association Noé Conservation.

Observer son jardin

« Passer du temps dans son jardin et l’observer, c’est la meilleure manière de détecter rapidement une invasion » soutient Thierry Riveri, jardinier professionnel à Saint-Ouen (93). « Pour contrer une petite attaque localisée de pucerons, coupez la branche infestée ou arrachez le pied malade. »

Des armes naturelles

Contre les mauvaises herbes, munissez-vous… d’une binette ! Voilà en effet une « arme » efficace, qui vous évitera de recourir à un herbicide.

Enfin, n’oubliez pas les prédateurs naturels. Ils sont vos amis. C’est le cas des coccinelles, qui adorent les pucerons. Mais elles ne sont pas seules dans ce cas. Musaraignes et grenouilles font facilement leur quatre-heures de quelques limaces ou escargots. Pour attirer ces alliés, laissez simplement en friche un petit bout de votre jardin…

Et si vous décidez quand même d’utiliser des pesticides, lisez bien le mode d’emploi pour ne pas en abuser. Protégez-vous correctement, et éloignez les enfants 

Publié dans COCCINELLE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello