• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 11 août 2012

La Poule d’eau

Posté par othoharmonie le 11 août 2012


 

La Poule d'eau dans POULE et COQ 250px-Thimindu_2009_09_04_Yala_Sri_Lanka_Junglefowl_11La poule d’eau est souvent observée, principalement lorsqu’elle quitte la végétation du bord des eaux pour se nourrir, et par conséquent elle a reçu de très nombreux noms vernaculaires dans toute son aire de répartition. Les Japonais l’appellent ban et les Malgaches aretaka. Elle se nomme mandar batu en indonésien, debar aux Palaos et ghjallinaccia en corse, tait en estonien, khokhonoka en sotho et gallozz iswed en maltais.

La Gallinule poule d’eau (Gallinula chloropus) ou plus simplement poule d’eau, est une espèce d’oiseau appartenant à l’ordre des Gruiformes et à la famille des rallidés.

Elle est très fréquente dans les étangs et les mares, ainsi que dans les cours d’eau où la végétation est suffisamment dense.

  • Longueur : 32-35 cm
  • Envergure : 50-55 cm
  • Poids : 260-400 g

On la reconnaît facilement à son bec rouge à extrémité jaune. Son plumage va du bleu foncé au noir, avec des ailes brunes et une tache blanche au croupion. Ses pattes sont vert-jaune et ne sont pas palmées.

Régime alimentaire : omnivore. Elle plonge rarement pour se nourrir mais n’hésite pas à chercher sa nourriture sur la berge.

La poule d’eau niche dans les feuillages au bord de l’eau et défend jalousement son territoire, surtout en période de reproduction. Le mâle et la femelle, une fois le couple formé, restent fidèles jusqu’à la mort de l’un ou de l’autre. Les femelles peuvent pondre dans le nid d’une autre et les adultes peuvent adopter ou enlever les poussins d’autres femelles pour les élever. Les petits sont élevés par les deux parents. Un couple de poules d’eau peut avoir jusqu’à quatre couvées chaque année,  Juvénilede mai à septembre. Les jeunes de la première couvée aident leurs parents à élever ceux de la seconde. Les poussins ont une zone de peau rouge sur la tête ; ils sont nourris par les parents jusqu’à ce qu’ils apprennent à trouver leur nourriture seuls, soit environ deux semaines.

L’aire de répartition de cette espèce est très vaste, couvrant les Amériques, les Antilles, l’Europe et l’Afrique ainsi que la région malgache, l’Asie du sud et certaines îles du Pacifique (voir les sous-espèces pour plus de précisions).

Publié dans POULE et COQ | Pas de Commentaire »

Le Coq de Bruyère

Posté par othoharmonie le 11 août 2012


ou Grand Tétras

Le Grand Tétras (Tetrao urogallus), ou Grand coq de bruyère, est un gros gallinacé habitant les forêts de conifères de montagnes.

 Tetrao urogallusCette espèce appartient à l’ancienne famille des Tetraonidae actuellement incluse dans celle, plus vaste, des Phasianidae.

Il s’agit du plus gros Gallinacé d’Europe.

  • Mâle (ou coq) : Sombre. Cou gris, menton noir, caroncules rouges, bec blanc, plastron verdâtre (voir aussi bleuté) ; dos brun-gris, ailes marron (tache blanche à l’épaule) ; ventre sombre, flancs noirs, puis blancs vers l’arrière, croupion noir et blanc ; sus-caudales grises à pointes blanches, rectrices noires à taches blanches (dont la densité varie selon les régions), sous-caudales à pointes blanches. Taille : 74 à 90 cm ; Envergure : jusqu’à 125 cm ; Poids : jusqu’à 5 kg.
  • Femelle (ou poule) : Rousse barrée de noir et de blanc. Poitrine rousse, caroncules rouges (peu visibles), bec gris ; dos et ailes marron barrés de noir et de blanc ; ventre et flancs blancs tachetés de roux et de noir. Queue rousse, barrée de noir. Taille : 54 à 63 cm.

Cet oiseau se nourrit de bourgeons, de pousses de conifères, de baies, d’herbacées, d’insectes et d’aiguilles de conifères (surtout sapins et pins) en hiver.

Le coq de Bruyère se trouve en Europe : Cordillère Cantabrique, Pyrénées (où il est encore chassé), Cévennes, Alpes (très rare en France), Jura, Vosges, Forêt-Noire, Suisse, aire dispersée en Allemagne, Pologne et Europe de l’Est (massifs montagneux), Scandinavie, Pays baltes, introduit en Écosse (à partir de 1837).

On en trouve également en Asie : Grande partie de la Russie (Oural), jusqu’au fleuve Ienisseï, nord du Kazakstan et Nord-Ouest de la Mongolie.

Le Grand Tétras habite en Europe les forêts de conifères des montagnes (Abies alba, Picea excelsa, Pinus spp.) parsemées de feuillus (avec sous-bois riche en arbustes à baies et myrtilliers); en Asie et Scandinavie, ce milieu se retrouve aussi en plaine (Taïga).

Cette espèce polygame se retrouve chaque année au printemps sur des lieux dits « places de chant ».

Les coqs paradent (queue déployée, ailes pendantes, cou et tête redressés, barbe hérissée, cou plus ou moins gonflé), chantent (séries de « te-lep » rapides, env. 6 ou 7 secondes, accéléré à la fin, puis « pokfok » semblable à un bruit de bouchon et « djedzje », bruit semblable à un bruit de scie répété 3 ou 4 fois). Les poules vagabondent ici et là sur les places de chant et chacune choisit le coq avec lequel elle s’accouplera (toujours le coq dominant).

Le Coq de Bruyère dans POULE et COQ 220px-Buff_SussexLa femelle gratte une cuvette dans le sol, au pied d’un arbre, à l’abri d’un rocher ou sous une branche basse de conifère. La ponte a lieu de mai à juillet et comporte 6 à 9 œufs, jaune clair taché de brun, couvés 4 semaines. Les petits sont nidifuges et restent avec leur mère jusqu’à l’automne.

En France, le ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire a lancé en 2009 une stratégie nationale de conservation du Grand Tétras.

C’est un groupement constitué de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), de l’Office national des forêts (ONF), du Groupe tétras France et du réseau des réserves naturelles de France qui sera responsable de la mise en place de ce plan de sauvegarde dans l’Hexagone. Les chasseurs devraient également être pleinement associés au projet qui devrait être finalisée à la fin de l’année 2009.

Fiction : Parades de coqs de Bruyère

Publié dans POULE et COQ | Pas de Commentaire »

La Poule dinde

Posté par othoharmonie le 11 août 2012

 

 

 Une dinde blancheLa dinde est un oiseau de basse-cour élevé pour sa chair. En Mésoamérique, elle était un des seuls animaux élevés par les peuples indigènes pendant des milliers d’années. Les Européens la connaissent par les premiers colons espagnols qui la ramenèrent d’Amérique du Nord (Mexique) en Europe au XVIe siècle. Domestiquée depuis plus de 1 000 ans par les Mexicains, elle est connue depuis comme Guajolote, du nahuatl Huexōlōtl et elle représente une part importante de la gastronomie mexicaine.

Le mâle porte le nom de dindon et le petit porte le nom de dindonneau. La dinde glougloute.

La France serait le deuxième producteur mondial, avec 625 000 t/an (déclaration de la France à la FAO en 2004, pour 2 millions de tonnes de volailles de toutes espèces confondues produites en 2004 en France). Le tonnage produit en 2005 était de 550 600 tonnes équivalent carcasse (tec) selon l’OFIVAL (devenu l’Office de l’élevage en 2005). Plus du tiers de la production française est voué à l’export (220 000 tec en 2005 selon l’Office de l’élevage). La plupart de ces exportations sont destinées à des pays européens, au premier rang desquels se trouve l’Allemagne. Depuis plusieurs années, la production française de dinde, confrontée à une baisse de la consommation intérieure et des exportations sur le marché européen, se replie.

Ramené en Europe par les conquistadors espagnols en 1521, lors de la Conquête du Mexique, que l’on croyait être les Indes, ce volatile a pris le nom de « poule d’Inde », puis par usage « d’Inde » et enfin « dinde ».

  • Le mot « dinde » est parfois utilisé comme un terme péjoratif désignant une femme, et notamment une jeune fille, considérée comme sotte ou stupide. À ce sujet, voir idiotisme animalier.
  • En gaga (parler stéphanois), l’appellation est différente : on parle d’un dinde pour le mâle. La femelle est alors appelée « dindonne ».
  • Expression lorraine et champenoise : « être fier comme un dindon ». Se dit également en Bourgogne.

Publié dans POULE et COQ | Pas de Commentaire »

La Poule en général

Posté par othoharmonie le 11 août 2012


 Gallinula chloropusPoule est un nom vernaculaire ambigu en français. « Poule » est le nom donné généralement à la femelle de plusieurs espèces d’oiseaux, principalement des galliformes et en particulier à la poule domestique (Gallus gallus domesticus) mais ce terme peut désigner d’autres espèces parmi les oiseaux.

Comme poulet et poulain, le terme poule dérive du latin pullus, qui signifie petit animal. Ce terme a vite remplacé l’ancien français geline qui avait le sens de jeune poule. C’est le terme poulette qui porte aujourd’hui ce sens.

Poule pondeuse se dit d’une poule domestique que l’aviculteur élève pour obtenir des œufs.

Bantam, cayenne, bassette, gallinette : se dit d’une petite poule ou poule naine.

Chez les autres espèces que Gallus gallus domesticus, le nom vernaculaire précise un élément permettant d’identifier l’espèce ou le genre, comme poule faisane, poule de bruyère car la distinction de sexe n’est pas toujours précise, par exemple la poule d’eau est un nom vernaculaire qui désigne les spécimens mâles aussi bien que les femelles de plusieurs espèces. La « poulette de roche », quant à elle, dérive directement du terme « poule ».

Le terme poule est utilisé dans de nombreuses expressions, comme « poule mouillée » ou « avoir la chair de poule » à propos d’une personne qui a peur. « Poule » désigne aussi une femme en argot.

Quelques oiseaux appelés « poules »

Note : certains noms ont plusieurs significations. Ptilopachus petrosus

et par analogie avec l’aspect des poules :

Publié dans POULE et COQ | Pas de Commentaire »

La Poule des Pharaons

Posté par othoharmonie le 11 août 2012

 

OU Percnoptère

 percnoptère (Neophron percnopterus)Le Percnoptère ou Vautour percnoptère (Neophron percnopterus), aussi appelé Percnoptère d’Égypte, est une espèce de vautour de l’Ancien Monde que l’on trouve en Afrique autour du Sahara (Maghreb et sud saharien), dans le sud de l’Europe (Espagne, Italie, Grèce, bassin de la mer Noire et sud de la France), et en Asie de la Turquie jusqu’à l’Inde.

Il peut être désigné de façon désuète par le nom de Alimoche ou Catharte alimoche. En Béarn, il est également appelé la Marie-Blanque (En béarnais : Maria Blanca), et a donné son nom au col de Marie-Blanque, un col des Pyrénées françaises situé dans le département des Pyrénées-Atlantiques (64) sur la route de liaison entre la vallée d’Aspe et la vallée d’Ossau.

La taille de la Poule des Pharaons est de 58 à 78 cm, avec une envergure de 150 à 180 cm, pour un poids 1,5 à 2 kg, en fait le plus petit vautour de l’ancien Monde.

Il se caractérise par une face jaune, un bec long et mince, de couleur jaune également (le bout du bec peut être noir), un plumage blanc sauf pour la partie terminale des ailes (rémiges) qui est noire.

Le percnoptère ou Poule des Pharaon peut se nourrir de tout, la plupart du temps d’animaux morts (dépeçage des carcasses), mais aussi d’œufs dont il brise la coquille (œufs d’autruche en Afrique : il utilise des cailloux de 100 à 300 grammes pour briser la coquille). Il peut également être coprophage. L’estomac des percnoptères est parfaitement conçu pour affronter le plus dur des régimes alimentaires. Grâce à son jabot et à son gésier très extensibles, le charognard peut se bourrer d’un énorme repas avant d’affronter des jours et parfois des semaines de jeûne. Ses sucs digestifs puissants l’aident à digérer de la viande en putréfaction renfermant des toxines mortelles pour les autres carnivores.

Les Poules du Pharaon adultes vivent généralement en couple. Fidèles et farouches, ils établissent leur nid en des lieux accidentés, des falaises ou des gorges. Dans une cavité bien abritée, ils amassent des branches sèches, des ossements, des débris divers puis un matelas feutré de laine et de poils.

Il existe des spectacles avec des rapaces. Dans le cas particulier du percnoptère, on montre aux spectateurs un percnoptère qui casse une imitation d’oeuf d’autruche avec une pierre. L’objet contient de la viande : le percnoptère casse le faux œuf devant les spectateurs et dévore la viande. Ce spectacle peut par exemple être observé au Donjon des Aigles situé à Beaucens, près de Lourdes. On peut aussi l’observer aux Aigles d’Aure à Arreau.

Protégé depuis 1976, le plus petit vautour présent en France a vu sa population remonter à 87 couples en 2007. Son alimentation se raréfie du fait des lois sanitaires.

Vautour nubien (Torgos tracheliotus)Le Percnoptère d’Egypte bénéficie d’une protection totale sur le territoire français depuis l’arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l’ensemble du territoire. Il est inscrit à l’annexe I de la directive Oiseaux de l’Union européenne. Il est donc interdit de le détruire, le mutiler, le capturer ou l’enlever, de le perturber intentionnellement ou de le naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les oeufs et les nids et de détruire, altérer ou dégrader leur milieu. Qu’il soit vivant ou mort, il est aussi interdit de le transporter, colporter, de l’utiliser, de le détenir, de le vendre ou de l’acheter.

D’après Alan P. Peterson, cette espèce est constituée des trois sous-espèces suivantes :

  • Neophron percnopterus ginginianus (Latham) 1790
  • Neophron percnopterus majorensis Donazar, J.J. Negro, C.J. Palacios, L. Gangoso, J.A. Godoy, O. Ceballos, F. Hiraldo & N. Capote 2002
  • Neophron percnopterus percnopterus (Linnaeus) 1758

Publié dans POULE et COQ | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello