Lynx dans les Pyrénées

Posté par othoharmonie le 6 août 2012

 

La problématique du lynx dans les Pyrénées est intéressante et remarquable puisqu’elle repose sur deux incertitudes :

  • d’abord, la question fondamentale est de savoir si le lynx est toujours présent dans le massif ? En effet, malgré l’absence d’indices intangibles (cadavres, photos, crottes génétiquement attribuées au lynx) depuis des décennies, certains naturalistes pensent que le lynx hante toujours les forêts pyrénéennes.
  • ensuite, la seconde incertitude est liée à l’espèce peuplant ou ayant peuplé les Pyrénées : s’agit-il du lynx boréal (Lynx lynx) ? S’agit-il du lynx pardelle (Lynx pardinus) ? Est-ce les deux espèces ?

Lynx dans les Pyrénées dans LYNX 320px-MP-lynx_canadensis_3Aucun musée français n’a conservé de dépouilles de lynx pyrénéens. Il est donc très difficile de trouver des spécimens provenant des Pyrénées. Les hypothèses, actuellement avancées sur l’identité des lynx ayant peuplé les Pyrénées, reposent donc sur les descriptions rapportées par des temoins tiers et sur la découverte de restes osseux.

Lavauden (Inspecteur des Eaux et Forêts, 1930) explique dans un ouvrage fort bien documenté sur l’histoire naturelle du lynx, ce qui lui a laissé penser que des lynx pardelles peuplent les Pyrénées :

 » … C’est à Magné de Marolles qu’il faut demander la seule précision que nous ayons sur ce sujet. Cet auteur cite une lettre de M. Agieu lui disant, après examen renouvelé, que la peau d’un lynx tué aux environs de Saint Gaudens, en 1787 était d’un vrai fauve, tacheté d’un beau noir par-dessus tout le corps, même par les jambes, non à bandes suivies mais à petites mouches, et que le ventre est d’un gris bleu, c’est à dire le bout du poil blanc, et la bourre qui est à la racine d’un gris foncé. Cette description, très explicite, ne peut s’appliquer qu’au Lynx pardella. Par contre, les deux échantillons qui furent tués en 1917, au Canigou, auraient appartenu à l’espèce de l’Europe centrale, d’après la description, également très claire, qui fut faite à notre collège M. Salvat par une personne ayant vu les deux animaux. Ceux-ci n’avaient de mouchetures qu’aux pattes « .

Lavauden fait donc reposer sa présomption sur la présence de mouchetures aux pattes. Cependant, on sait maintenant que la description du lynx tué en 1787 peut parfaitement correspondre au lynx boréal. Ainsi, cette information, bien documentée, ne peut être considérée comme une preuve de la présence du lynx pardelle dans les Pyrénées. Justement, en conclusion de son ouvrage, L. Lavauden fait part de sa prudence : « souhaitons surtout que les prochaines captures soient examinées par un naturaliste compétent, qui puisse enfin décider sur pièces, autrement que par des conjectures (toujours peu satisfaisantes pour l’esprit, quelle que soit leur vraisemblance), si le Lynx des Pyrénées appartient ou non à l’espèce espagnole« . Malheureusement, il n’y eut plus d’animaux capturés dans les Pyrénées après le travail de Lavauden, seulement des suspicions de captures (voir plus bas).

Néanmoins, des restes osseux découverts dans des gouffres pyrénéens furent examinés. Provenant d’époques diverses, allant de l’époque actuelle au Würm ancien, tous ont été attribués à Lynx lynx. (Source : P. STAHL et J.-M. VANDEL, Encyclopédie des carnivores de France - Le Lynx boréal, SFEPM, 1998).

Mais, Luc Chazel (naturaliste, membre du Groupe Lynx Eurasie) indique, à propos du statut taxonomique du lynx pyrénéen, que le matériel fossile du versant français des Pyrénées se compose largement de restes attribuables à Lynx lynx, bien que Lynx pardinus ne soit pas absent. (Source : Luc CHAZEL, « Lynx Survive in Pyrenees », Cat News, issue 14 – Spring 1991).

La seule donnée récente sur la présence du lynx ibérique en France reste la possession d’un lynx pardelle naturalisé par un particulier vivant dans la région paloise (Pyrénées-Atlantiques). Le propriétaire affirme que ce lynx a été piégé dans les Pyrénées aragonaises en 1973.

Pour l’instant, le mystère sur l’espèce peuplant ou ayant peuplé les Pyrénées reste donc entier…

Sources :

  • Réponse du FIEP – Groupe Ours Pyrénées à un courrier envoyé, datant du 27/08/2001.
  • L’encyclopédie des Carnivores de France – Le lynx boréal, P. STAHL et J.-M. VANDEL, S.F.E.P.M. (1998).
  • « Lynx : New Data from the Eastern Pyrenees« , Luc CHAZEL, Cat News, issue 24 – Spring 1996.
  • « Lynx Survive in Pyrenees« , Luc CHAZEL, Cat News, issue 14 – Spring 1991.
  • Rapport d’Activité 2005 du Parc national des Pyrénées.
  • Site internet du Parc national des Pyrénées.

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello