• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 24 juillet 2012

L’oeuf de cent ans

Posté par othoharmonie le 24 juillet 2012

 

Fichier:Century egg1.jpgL’œuf de cent ans (en sinogrammes simplifiés : en pinyin : pídàn, littéralement œuf dans la peau), est un ingrédient chinois fait d’un œuf de cane, de poule ou de caille que l’on a conservé dans un mélange de boue riche en chaux, de paddy (riz non décortiqué), de cendre, de sel et de feuilles de thé pendant quelques semaines ou quelques mois, selon la méthode de préparation. Le jaune d’œuf devient vert foncé et de texture crémeuse avec une forte odeur de soufre et d’ammoniac, tandis que le blanc devient brun foncé et translucide comme une gelée, mais avec peu de saveur. La transformation de l’œuf de cent ans a lieu grâce aux éléments basiques de l’œuf qui augmentent graduellement le pH de 9 à 12 (ou plus). Ce processus chimique cause une fermentation inorganique qui transforme les protéines et gras sans saveur en des éléments plus simples mais avec une forte saveur.

Selon « l’Histoire de Yiyang », au début de la dynastie Ming, dans le district de Yiyang, une cane aurait pondu un œuf dans un tas de chaux. Découvert deux mois plus tard, une fois ouvert, le blanc et le jaune avait geléfié.

Lorsque les Occidentaux ont découvert cet aliment, ils pensaient à tort que l’œuf avait noirci après une très longue conservation, c’est pourquoi ils lui donnèrent le nom d’« œuf de cent ans ».

Pour la médecine chinoise, l’œuf de cent ans est de nature « froide », donc il est recommandé de le consommer avec du vinaigre et/ou du gingembre.

Publié dans POULE et COQ | Pas de Commentaire »

Le Coq

Posté par othoharmonie le 24 juillet 2012

Le coq est le roi de la basse-cour qu’il réveille, chaque matin, au son de ses « cocoricos ». Sa crête rouge, son orgueil, ont donné naissance aux expressions « rouge comme un coq » et « fier comme un coq ». Répandu sur toute la surface de la terre, c’est un ANIMAL combatif et, tant en Flandre qu’en Extrême-Orient, on organise encore de nos JOURS des combats de coqs très suivis. Les Gaulois avaient choisi le coq pour emblème. Dans la marine, le coq est le cuisinier du bord : il tire son origine du mot hollandais kok (cuisinier).

Le philosophe Socrate vient d’être condamné à mort : on l’accuse d’avoir corrompu la jeunesse !… A l’annonce de cette sentence, Socrate n’a pas une plainte, pas un reproche. Il se retire chez lui et se couche, entouré de ses disciples. Il s’entretient avec eux calmement, comme il a l’habitude de le faire. Soudain, il appelle son ami Criton : « N’oublie pas que nous devons sacrifier un coq à Esculape »… Puis, ayant prononcé ces paroles, il porte la coupe de poison à ses lèvres… Le « coq d’Esculape » est passé à la postérité pour symboliser la tolérance, car Socrate entendait par là qu’il faut parfois sacrifier à certains préjugés, même si on ne les accepte pas.

Coq Gaulois doré

Publié dans POULE et COQ | Pas de Commentaire »

Poule et coq d’Esope

Posté par othoharmonie le 24 juillet 2012

Des Coqs et de la Perdrix.
  Poule et coq d'Esope dans POULE et COQ Esope_00_Coq_Pierre_Precieuse-2b5a1Un homme qui se plaisait à nourrir une grande quantité de Poulets, acheta une Perdrix qu’il mit dans sa basse-cour parmi ses autres volailles. Dès que les Coqs la virent, ils lui donnèrent la chasse pour l’empêcher de manger, et ils la becquetèrent avec tant de violence, qu’elle fut obligée de s’enfuir. La Perdrix fort affligée de se voir chassée de la sorte, parce qu’elle était étrangère et nouvelle venue, se consola un moment après, en voyant les Coqs acharnés les uns contre les autres se déchirer des griffes et du bec.  » S’ils se font une guerre si cruelle, dit la Perdrix, quoiqu’ils aient été nourris ensemble, et s’ils se traitent avec tant d’inhumanité, je ne dois pas m’étonner qu’ils m’aient rebutée, moi qui ne suis qu’une étrangère. « 

Analyse des fables d’Esope

  Esope_12_Renard_Raisins-25f70 dans POULE et COQ

De la Poule et de ses Poussins.
241527uglyduckling05thumb  Une Poule mena ses Poussins aux champs, et s’écarta fort loin de sa basse-cour. Pendant qu’elle ne pensait à rien moins qu’au Milan, celui-ci parut prêt à fondre sur sa couvée. Tout ce qu’elle put faire alors pour la sauver, ce fut de fuir et de se sauver dans une ferme, d’où elle se trouvait fort proche, et de s’enfermer avec ses Poussins dans une cage qu’elle y trouva. Le fermier, qui s’en aperçut, accourut, et prit ainsi d’un seul coup la mère et ses petits ; mais celle-ci s’en consola, parce que du moins elle avait, disait-elle, mis ses Poussins à couvert des serres de leur plus cruel ennemi.

Analyse des fables d’Esope 

Publié dans POULE et COQ | Pas de Commentaire »

Poulet domestique

Posté par othoharmonie le 24 juillet 2012


La poule ou coq ou encore poulet domestique (Gallus gallus domesticus) est une sous-espèce d’oiseau de l’ordre des Galliformes. Cet oiseau est élevé à la fois pour sa chair, pour ses œufs, et parfois pour ses plumes. Il existe de nombreuses races principalement issues de la domestication d’une espèce sauvage particulière, le Coq doré.

Fichier:Gatinaise.pngLe mâle de la poule est le coq. Un jeune est appelé poussin et un pré-adulte mâle est appelé coquelet puis devient poulet ; un poulet femelle est une poulette. Un jeune coq châtré pour que sa chair soit plus tendre est un chapon, une poulette à laquelle on a ôté les ovaires pour le même motif est une poularde. Chapons et poulardes sont plus corpulents et ont une chair plus grasse que leurs équivalents non castrés.

Cette sous-espèce, bien que d’origine tropicale, a une répartition géographique très large, due à l’action de l’Homme. Elle s’adapte à une multitude de milieux, si l’on excepte les hautes latitudes, au-delà du cercle polaire, où les jours sont trop courts en hiver. Les yeux des poules ne leur permettent pas de voir la nuit (absence de bâtonnets), ce qui en fait un animal diurne exclusivement.

La poule est un animal terrestre et nidifuge.

L’oiseau est omnivore, son alimentation naturelle se composant de petits caryopses, de poacées, d’invertébrés du sol, de quelques feuilles d’herbacées et de petits cailloux qui servent au broyage des aliments dans le gésier après avoir été imbibé de mucus dans le jabot. Les minéraux absorbés par voie digestive ont une importance dans le processus de fabrication de la coquille des œufs.

C’est un animal adapté à la course (trois doigts posés au sol), et volant peu.

La poule atteint l’âge adulte et pond (même en l’absence d’un coq) à partir de l’âge de 5 à 9 mois (selon les races). L’œuf ne peut bien sûr être fécondé que s’il y a présence d’un coq. Il est conseillé pour obtenir un bon résultat de fécondation d’avoir un bon cheptel : 1 coq pour 10 poules en races légères, 1 coq pour 8 poules en races moyennes et 1 coq pour 6 poules en races lourdes.

Dans son aire d’origine, elle pond toute l’année, les saisons n’étant pas marquées. Dans les zones tempérées, elle cesse de pondre quand les jours raccourcissent (de août à décembre) et recommence quand les jours rallongent car l’hormone déclenchant l’ovulation n’est produite qu’après au moins 10 heures d’exposition de la poule à la lumière. Dans ce cas, le lendemain matin, un jaune d’œuf est libéré dans l’oviducte où il s’entoure d’albumen (le blanc), puis la coquille est fabriquée dans l’utérus en 16 à 19 heures.

La poule pond un œuf par jour ou un tous les deux jours (soit 100 à 300 œufs par an selon les races et l’âge). Chaque année, la poule diminue sa ponte de 20 à 30 %, jusqu’à épuisement des ovocytes (ménopause, vers 7-9 ans).

Les œufs sont pondus dans des nids grossièrement bâtis. Ils sont de couleurs variées. Les consommateurs urbains achètent certaines couleurs : œufs roux en Europe, blancs aux États-Unis, par exemple ; cela procède d’un préjugé fortement ancré socialement.

Poulet domestique dans POULE et COQ 250px-Chicken_eggsUne fois que 8 à 12 œufs sont déposés dans le nid, la poule change de comportement. Elle se met à glousser et se déplume au niveau du bréchet, le tout étant déterminé par une augmentation du taux de progestérone. Les œufs sont alors incubés : la poule se lève une fois par jour pour s’alimenter et prendre un bain de terre ; elle retourne régulièrement les œufs (indispensable au développement harmonieux du fœtus). Le développement embryonnaire s’effectue au cours d’une période d’incubation pendant laquelle l’œuf est maintenu à une température aux alentours de 38-39 °C. C’est l’objet de la couvaison assurée naturellement par la poule ou artificiellement, par un incubateur artificiel. Au départ de la couvaison, la poule diffuse beaucoup de chaleur, mais vers la fin, elle chauffe moins les œufs, le métabolisme des poussins prenant le relais. La couvée arrive à terme de façon parfaitement synchrone, et il y a communication entre les poussins prêts à éclore (il faut 19 à 21 jours, selon les races et la taille).

Les poussins sont élevés de 1,5 à 3 mois selon les races. Les jeunes s’emplument progressivement. Lorsque le taux de progestérone baisse chez la mère, et qu’elle va recommencer à pondre, elle rejette les jeunes, qui vivent alors en fratrie jusqu’à l’âge adulte.

Si la longévité de la poule peut atteindre 18 ans, les nombreuses maladies et sa mauvaise santé ne lui permettent que rarement de vivre plus de 12 ans. La ménopause survient vers 7-9 ans, lorsque les ovocytes de l’ovaire unique (le gauche) sont épuisés.

Publié dans POULE et COQ | Pas de Commentaire »

COQ et/ou POULE

Posté par othoharmonie le 24 juillet 2012


Le coq se distingue de la poule par sa taille plus importante, par une crête rouge vif sur la tête et ses barbillons plus développés, par ses ergots, par les coloris plus éclatants de son plumage et par sa queue en panache de plumes. Il se distingue aussi par son cri, le « cocorico ».

Fichier:Coq orpington fauve.JPGLa combativité naturelle des coqs est mise à profit pour organiser des combats. Cette tradition fut très vivace dans le Nord de la France, où elle peut encore être observée, et en Belgique, où elle est désormais interdite. Elle perdure également dans le sud-est asiatique ainsi qu’en Amérique latine.

Suite à des dérèglements hormonaux, une poule ménopausée peut prendre partiellement les caractères sexuels secondaires du coq.

La poule cagnette, caquette (quand elle pond), claquette, cloque (quand elle parle à ses poussins dans l’œuf), clousse (quand elle couve), crételle, glousse (quand elle converse avec ses congénères). Il lui arrive même, rarement, de chanter comme un coq.

Le poussin pépie, piaille, piaule.

Le coq se distingue aussi par son cri, le « cocorico » dont la transcription phonétique varie selon les langues (cock a doodle do en anglais, quiquiriqui en espagnol, kokeriko en espéranto, etc.). Le chant du coq est inné, il n’est pas appris.

« Cocorico » est utilisé par certains Français pour manifester leur chauvinisme, probablement parce que ce cri est interprété comme une manifestation d’orgueil de la part du coq, mais surtout parce que le coq gaulois est l’emblème du pays.

Dans une basse-cour, les poules sont clairement rangées par ordre de priorité pour la nourriture, les perchoirs, les partenaires sexuels ; généralement, la hiérarchie de dominance est linéaire : elle comporte un animal A qui domine tous les autres, un animal B qui les domine tous sauf l’animal A, etc.

De la même manière, une hiérarchie de dominance règne au sein des coqs.

Les poules sont dotées d’une intelligence assez développée. Par exemple, elles sont capables de reconnaître individuellement chacune des poules du poulailler, même sur photographie.

Elles sont également dotées d’empathie. Une étude britannique en 2011 montre que les poules sont sensibles aux souffrances de leurs semblables (augmentation de leur rythme cardiaque et de leurs gloussements lorsqu’elles sont en présence de leurs poussins dont les plumes sont ébouriffées par des souffles d’air).

En poulailler : protéger l’animal du vent et de la pluie ; compter au minimum 1 m² pour 2 poules. Le poulailler doit comporter perchoirs, nids (caisses stables remplies de foin ou paille), abreuvoirs.

En liberté : une poule revient toujours dormir au même endroit si elle s’y sent bien : abritée, au calme, disposant d’un haut perchoir.

Publié dans POULE et COQ | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello