• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 13 juillet 2012

La bave d’Escargot

Posté par othoharmonie le 13 juillet 2012

 

XIXe siècle : Tarenne, Figuier et Baron-Barthélémy

 

Le XIXe siècle réhabilite totalement l’escargot pour lui accorder une place importante en thérapeutique et débute, en 1808, avec les travaux de Georges Tarenne sur l’emploi de cet animal contre la hernie.

Crème à base de bave d'escargot - Armonia Ayant constaté que le « suc d’escargot » se fixe de façon particulièrement tenace sur les textiles, Tarenne a pensé qu’il pénètrerait facilement la peau et se répandrait ainsi dans toute la partie malade. Considérant également « que l’on mange des escargots et que les personnes qui ont la poitrine faible en boivent le jus, quelquefois même le suc pur, [...], ce suc, insinué dans les muscles, ne devrait pas être plus nuisible que la chair cuite, ni que le bouillon et la liqueur naturelle de ces animaux, introduits dans l’estomac. »

 Tarenne expose : « Sa viscosité, sa force astringente ou de contraction et ses facultés reproductrices me firent aussitôt présumer qu’il fermerait, de quelque manière que ce soit, les ouvertures herniaires. »

 Tarenne fournit également de nombreuses recommandations : « Le hernieux se fera confectionner un bandage de type classique, mais dont la pomme doit être concave de façon à pouvoir recevoir un godet du diamètre de la hernie, de préférence en faïence, en porcelaine ou en verre, plutôt qu’en fer blanc ou en bois. Ce godet sera rempli de laine, de préférence, de coton ou d’étoupe, puis on y introduira le « suc » d’un ou deux escargots, recueilli en blessant ces mollusques en divers sens avec une cheville de bois dur en forme de poinçon, ce qui déterminera l’écoulement d’une liqueur qui est « le sang du colimaçon », seul à avoir la propriété annoncée ».

 Il donne également des conseils très précis sur la durée du traitement (de l’ordre de trois mois, tout au plus quatre), sur la saison préférable (le printemps), sur le nombre d’escargots à utiliser (environ 200 s’ils sont de vigne, davantage s’ils sont de jardin, pour un traitement ordinaire), sur la fréquence de renouvellement des applications (le mieux est quotidiennement) et sur diverses précautions à prendre.  

En 1840, O. Figuier publie un Mémoire sur la composition chimique des escargots et sur les préparations pharmaceutiques dont ils sont la base.

 La bave d'Escargot dans ESCARGOT creme-a-la-bave-descargot-bave-descargotIl donne alors le nom d’hélicine à l’huile transparente de couleur jaune, extraite d’Hélix pomatia mais aussi de « toutes les grosses espèces d’escargots ». Il décrit dans son ouvrage plusieurs formes pharmaceutiques : sucre d’escargot, tablettes, sirop, pâte d’escargot, chocolat d’escargot ; qui sont indiquées contre les rhumes opiniâtres, la phtisie au 1er et 2e degré, les irritations aiguës et chroniques de la poitrine et des organes digestifs. La pommade d’escargots est réservée à l’usage externe pour les gerçures et les efflorescences dartreuses.

 Figuier, à la suite de ses travaux, donne son nom à différentes spécialités plus tard concurrencées par celles de la Maison Mure.

 Dans son Mémoire sur les préparations à base d’hélicine admises à l’exposition universelle de 1855, Baron-Barthélémy parlant de l’hélicine : « l’opinion du célèbre pharmacologue Barbier nous semble décisive dans cette question. Il est constant, dit-il, que, dans les phlegmasies lentes des organes pulmonaires, l’action des préparations de limaçons a pu quelquefois diminuer l’activité du travail morbide, en arrêter les progrès, et enfin, détruire tout à fait la maladie. »

 Il cite également les nombreuses indications des préparations héliciées : employées contre la plupart des phlegmasies, contre les rhumes et les toux opiniâtres, les bronchites, les catarrhes, les asthmes, les diverses hémoptysies, les inflammations des amygdales, angines, enrouements, grippe, croup, coqueluche ; les toux nerveuses de l’enfant ; les affections des poumons : pneumonie, phtisie pulmonaire ; les crampes nerveuses de l’estomac et des intestins, gastrites, gastroentéralgies ; les migraines dépendant d’une indisposition maladive de l’estomac ; la toux qui suit ou accompagne les maladies inflammatoires de la peau, telles que : rougeole, scarlatine, petite vérole, érésipèle, etc. ; les maladies longues, accompagnées d’irritation ou de dépérissement; et certaines affections cutanées. Il ajoute : « les chanteurs trouvent en elles de puissants auxiliaires contre les altérations diverses de la voix. »  

 

http://www.ordre.pharmacien.fr Documents de référence – Histoire et art pharmaceutique

Publié dans ESCARGOT | Pas de Commentaire »

Limaçon des vignes

Posté par othoharmonie le 13 juillet 2012

 

Extrait de DORVAULT L’Officine 1995 XXIIIe édition :

Limaçon. Colimaçon, Escargot ; Helix pomatia L. (Mollusques – gastéropodes) p.1002

 

Ce gastéropode est commun dans les vignes du Midi, où on en fait une grande consommation comme aliment, et où on remplace l’Helix pomatia par l’Helix aspersa ou par l’H. vermiculata.

Limaces diverses Il contient un mucus abondant auquel on attribuait, il n’y a pas encore longtemps ses propriétés médicinales, tandis que, d’après les expériences de Figuier, il les devrait surtout à un principe soufré qu’il a nommé Hélicine. (Piria a donné le même nom à un produit d’oxydation de la salicine par l’acide azotique.)

 Pectoral peu employé. Les préparations héliciées sont un saccharolé, un sirop, une pâte, des pastilles, un bouillon. Elles sont généralement agréables au goût et préférables à l’animal lui-même.

 L’Hélicine de Lamarre et caulier est un mélange de pulpe de limaçon 500g et de sucre et gomme 250g. On mêle, on sèche à l’étuve et on réduit en poudre. Aromatiser au citron. Les autres escargots semblent jouir des mêmes propriétés que l’hélice vigneronne.

 Comme succédané de l’huile de foie de morue, Guérin, de La Rochelle, a proposé la littorine au sucre de lait ou saccharure préparé avec P.E. de sucre de lait et de littorine privée de sa coquille, pilés ensembles et desséchés au B.-M. puis à l’étuve. Le saccharolé sec est réduit en poudre fine et conservé pour l’usage en flacons bien bouchés. La littorine (bigorneau ou

vignot) est l’escargot de mer (Helix maritima), gastéropode très commun sur nos côtes maritimes.

 

 

http://www.ordre.pharmacien.fr Documents de référence – Histoire et art pharmaceutique

Publié dans ESCARGOT | Pas de Commentaire »

L’Escargot, thérapeute du XXè siècle

Posté par othoharmonie le 13 juillet 2012

 

XXe et XXIe siècles : Hélicidine, HPA et nouvelles recherches

Dessin de Vitrina pellucida Les travaux du XXe siècle vont réellement confirmer les propriétés thérapeutiques de l’escargot. Ce siècle voit persister dans les campagnes des croyances populaires : il est par exemple conseillé contre l’asthme d’absorber des limaçons rouges, vivant au soleil, et recueillis avant son lever.

 Ou encore : « Pour guérir les clous, les furoncles ou plaies de mauvaise nature, on achète aux marchands qui étalent les escargots sur les petites voitures, pour un sou d’escargot : il en donne deux, trois ou quatre suivant leur grosseur. On prend un escargot, on le maintient sur la plaie, il prend le mal, grossit, devient noir et le malade se trouve guéri après avoir répété l’opération deux ou trois fois ».  

 Mais ce siècle est avant tout marqué par les travaux de Quevauviller, en 1953, qui précise : « s’il ne viendrait à l’idée de personne de tenter une telle thérapeutique dans la tuberculose, des recherches récentes ont confirmé, avec diverses préparations à base de mucus d’Helix pomatia, les vertus calmantes dans la coqueluche et la bronchite chronique, en raison des propriétés antispasmodiques et fluidifiantes des sécrétions ».

 Il existe alors plusieurs solutions obtenues à partir du mucus d’Helix pomatia : l’Hélicidine, la

Pertussidine et la Pomaticine. La préparation d’extrait de mucus est décrite : « Le plus généralement, on fait dégorger les animaux en présence de 1 p. cent en poids de ClNa. Le mucus est recueilli, décanté, filtré et concentré à sec selon divers procédés. Soit par évaporation sous vide à basse température, soit par lyophilisation, soit par nébulisation, etc.

 Les solutions aqueuses préparées avec ces extraits sont conservées aseptiquement en ampoules stériles après passage sur filtres spéciaux, ou bien additionnées de substances antiseptiques dont la plus utilisée est la glycérine. »

 Erepta setilirisdans la forêt de Mare Longue Quevauviller expose la composition chimique des Hélix : plus de trente enzymes dans le suc digestif, de nombreuses enzymes dans l’hépatopancréas, le muscle et l’hémolymphe. Il met en évidence les activités pharmacologiques du mucus : une activité mucolytique in vitro, une action inhibitrice sur les cultures de bacilles coquelucheux de Brolet et Gaugon et une  activité spasmolytique sur les voies respiratoires.

 Mais l’activité antispasmodique du mucus sur l’arbre bronchique n’apparaît qu’à fortes doses et non aux doses thérapeutiques. Les propriétés thérapeutiques sont alors attribuées aux activités mucolytiques et bactériologiques.

 Les travaux de Quevauviller et de son équipe aboutissent en 1957 à la mise sur le marché de l’Hélicidine, sirop antitussif employé chez l’adulte et l’enfant comme chez le nourrisson.

Cette spécialité est encore commercialisée aujourd’hui.

 Plus tard, en 1999, Pons et al. montrent que l’effet bronchorelaxant de l’hélicidine fait intervenir une libération de prostaglandine E2. D’autre part l’escargot ayant une place importante dans le régime alimentaire crétois, des chercheurs se sont demandé s’il n’avait pas une incidence sur le faible taux de mortalité par accident cardiovasculaire dans ce pays. Les résultats ont montré que les plantes dont se nourrissent les escargots, en particulier le pourpier, sont riches en acide alphalinolénique. Cet acide aurait des effets protecteurs contre les maladies cardiovasculaires en évitant la fibrillation ventriculaire et en réduisant l’agrégation plaquettaire.  

Plegma caelaturaLes escargots marins sont également à l’étude, et principalement les espèces qui, pour se défendre contre les prédateurs utilisent une neurotoxine.

 Ces études ont abouti à la mise au point d’un peptide synthétique dérivé du venin d’escargot : le ziconotide (SNXII). Les études précliniques et cliniques de cette molécule ont montré un puissant effet anesthésiant. Utilisé dans les douleurs chroniques sévères, ou dans les douleurs réfractaires aux analgésiques opiacés, ce peptide semble donner des résultats concluants. De plus il n’entraînerait pas, contrairement à la morphine, d’effet de tolérance. Toujours à l’étude en 2004, ce peptide, si les essais cliniques sont validés, pourrait montrer la voie d’une nouvelle catégorie d’analgésiques.

 D’autres substances ont déjà été isolées : la conotoxine TVIIA du Conus tulipa (escargot marin piscivore) et le Contryphan-Vn du venin du Conus ventricosus (escargot méditérannéen). Les recherches actuelles portent également sur l’HPA (Helix Pomatia Agglutinin), une lectine utilisée comme indicateur pronostic pour certains cancers (sein, estomac, colon).

 L’HPA identifie en fait des oligosaccharides associés à un cancer de mauvais pronostic.

Dans le cancer du sein, des expériences ont permis, grâce à l’HPA, de déterminer un oligosaccharide particulier : l’HPAgly1. Chez les patientes présentant un taux élevé d’HPAgly1, la période précédant une rechute était plus courte que chez les patientes ayant un faible taux de cet oligosaccharide. D’autre part des études dans l’adénocarcinome du poumon, ont montré que l’HPA pouvait également être utilisée comme facteur de pronostic dans ce type de cancer.  

http://www.ordre.pharmacien.fr Documents de référence – Histoire et art pharmaceutique

Publié dans ESCARGOT | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello