Histoire évolutive de la coquille d’escargot

Posté par othoharmonie le 9 juin 2012

Histoire évolutive de la coquille d'escargot dans ESCARGOT 220px-Zonitoides_nitidus_drawing.svgLes gastéropodes primitifs (plus ou moins apparentés aux amphineures) devaient avoir une masse viscérale et une coquille coniques, dressée verticalement au-dessus de la région céphalo-pédieuse. Mais cette disposition, qui était adaptée à des animaux fouisseurs, a dû se modifier une première fois pour permettre la reptation en surface. Masse viscérale et coquille se sont rabattues vers l’arrière.

À ce stade, le gastéropode a encore une symétrie bilatérale normale.

L’évolution des gastéropodes s’est effectuée en plusieurs étapes.

Torsion à 180°

Cette disposition est devenue incommode par suite du resserrement de la cavité palléale entre la masse viscérale et le pied. Alors s’est produite une torsion de 180° en sens inverse des aiguilles d’une montre, qui a ramené la cavité palléale en avant (juste en arrière de la tête).

Conséquence de cette torsion : ploiement en « U » du tube digestif, anus rapproché de la bouche, branchies en avant du cœur, organes de droite passés à gauche et inversement, système nerveux croisé en « 8″. La symétrie bilatérale est inversée, mais non détruite.

C’est le stade où se sont arrêtés les prosobranches (branchies en avant du cœur), du groupe des diotocardes (qui ont un cœur à deux oreillettes).

Enroulement spiral

En général, les choses n’en restent pas là. La masse viscérale et la coquille, ne pouvant s’allonger indéfiniment en ligne droite, s’enroulent en spirale ou en hélice. L’enroulement a toujours lieu vers le pied (courbe vers l’arrière), et en général, en débordant du côté droit (pointe à droite) : c’est l’enroulement dextre.

220px-Door_snail dans ESCARGOTConséquence de cet enroulement : atrophie, puis disparition de l’oreillette, du rein, et de la branchie du côté droit. L’animal devient asymétrique.

C’est le stade où se trouvent les prosobranches monotocardes (à une oreillette) et les pulmonés, qui en dérivent par adaptation à la vie terrestre.

Perte secondaire éventuelle de l’enroulement

Il peut enfin se produire une détorsion et un déroulement, qui font revenir la cavité palléale en arrière du corps. Mais les organes disparus ne réapparaissent pas. L’asymétrie subsiste intérieurement, sinon extérieurement. C’est le stade ultime atteint par les opisthobranches (à branchies en arrière du cœur).

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello