Histoire de la Blatte

Posté par othoharmonie le 26 mai 2012

 

Histoire de la Blatte dans BLATTES - TERMITESLes blattes peuplent presque tous les habitats terrestres. Leurs adaptations morphologiques, physiologiques et comportementales leur permettent de survivre dans quasiment n’importe quelle condition extrême. Certaines creusent leur terrier sous le sable, en plein désert, pour y trouver de l’humidité. D’autres nagent, ou même plongent sous l’eau. D’autres, enfin, sont associées à des organismes symbiotiques qui digèrent la cellulose du bois qu’elles percent.

Les blattes vivant dans les appartements sont des insectes grégaires. Elles produisent une phéromone d’agrégation. Il s’agit d’une substance odorante incitant les individus d’une même espèce à se regrouper. Des abris où leurs excréments sont abondants apparaissent (en anglais un Fecal Focal Point). A cet endroit, les insectes sont en sécurité. L’abondance des excréments et de la phéromone indique aux blattes que leur cachette n’a pas encore été découverte par leurs ennemis (les habitants du logement). Expérimentalement, on observe que les blattes se développent moins vite lorsqu’elles sont isolées. De plus, les cafards se nourrissent davantage en présence de cette phéromone.

 Les blattes vivent en petits groupes de type familial. Ces groupes se composent d’individus du même âge et probablement nés de la même mère. Dans les habitations, ces groupes se rassemblent pour former des grandes communautés de plusieurs centaines ou même de milliers d’individus. Cependant, le concept de hiérarchie ou de spécialisation des tâches est inexistant. Chaque individu est autonome.

Les blattes sont très résistantes, y compris à des doses de radiations mortelles pour l’homme. En janvier 2008, L’émission MythBusters a effectué des tests d’irradiations sur des insectes et confirmé une survie à des doses d’une dizaine de fois la dose mortelle pour un humain, ce phénomène est général aux invertébrés (les mouches du vinaigre de l’expérience ont survécu à des doses beaucoup plus fortes).

Les blattes peuvent rester un mois sans manger ni boire, et retenir leur respiration pendant 45 minutes (sous l’eau).

 Une blatte décapitée peut survivre 7 à 9 jours (il est à rappeler que le système nerveux central des insectes est constitué d’une chaîne de ganglions le long du corps, et non centré autour d’un cerveau comme pour les vertébrés), la respiration s’effectuant par des trous disséminés dans son corps, les spiracles et son abdomen pouvant stocker de l’énergie pour cette durée.

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello