A propos des Lamas !

Posté par othoharmonie le 3 mai 2012

Offrandes chez les Incas

Les « vierges du Soleil »

Fichier:Lama glama.jpgLeur nom véritable en quechua est acclacuna, « femme choisie ». Garcilaso traduisit par vierge du soleil car tout simplement elles devaient rester vierges, étant consacrées au soleil et son représentant l’Inca… Elles étaient chargées de préparer la nourriture et la boisson du Soleil, de faire les prières pour celui-ci. On les sacrifiait parfois lors de rituels, et l’Inca choisissait ses épouses parmi elles. On les choisissait parmi les plus jeunes filles de chaque communauté, à l’âge de huit ans en général, puis vers douze ans. Grâce à plusieurs cérémonies elles accédaient au statut de novices. Enfin, trois ans plus tard, elles choisissaient entre le mariage et devenir une vraie accla-cuna. Si elles faisaient ce dernier choix, elles ne pouvaient plus se marier (du moins de leur propre volonté) et se devaient de rester chastes. Si elles prenaient un amant elles étaient enterrées vivantes, leur amant pendu, et toute la communauté de celui-ci massacrée ainsi que leurs animaux. Pour achever le travail, le village était rasé et on stérilisait les terres avec du sel. En fait, même une personne prise simplement à tenter d’entrer dans la maison des acclas était pendue immédiatement. Dans leur vie de tous les jours, les acclas faisaient des tentures ou des vêtements précieux destinées à l’Inca et sa famille ou qu’on offrait en cadeaux. Elles devaient veiller également à la conservation du feu sacré d’Inti. On peut constater qu’elles présentent de nombreuses ressemblances avec les vestales romaines. Les acclas avaient leur propre hiérarchie interne, celles qui restaient en bas de l’échelle tenaient le rôle de servantes des autres.

A propos des Lamas ! dans LAMA 242px-Lombards_Museum_005_bisLes incas, pour le culte des dieux, faisaient de nombreuses cérémonies pour les événements particuliers. La plus importante était l’Inti Raymi, la fête du Soleil : une procession vers un lieu sacré avait lieu avant son lever, puis à l’aube l’Inca entonnait un hymne. Alors, la cérémonie en elle-même commençait. Pendant une période d’une semaine, le peuple était en fête… Lors des processions, on pouvait transporter des statues divines ou des momies. Des nobles importants suivaient. Seules les personnalités les plus importantes participaient. Au cours des rites, on avait souvent recours à la divination. Celle-ci était indispensable avant toute action importante : on recherchait l’approbation des dieux et on voulait savoir si la réussite serait au rendez-vous. Les méthodes variaient : observation du mouvement d’animaux, d’entrailles d’un lama sacrifié… On pouvait aussi entrer en  » communication  » avec le monde des choses invisibles en absorbant de la coca. Celle-ci était souvent utilisée dans des rituels et considérée comme une plante sacrée. La divination pouvait aussi servir à rechercher un coupable ou chasser les démons… La danse était une autre façon d’entrer en transe. On dansait jusqu’à l’épuisement afin d’entrer en contact avec les dieux. Les danseurs pouvaient être masqués et costumés, et interprétaient les divers mythes. Ces danses avaient une signification religieuse.

Des offrandes étaient faites aux dieux. On donnait par exemple de la nourriture liée à ces derniers, comme le maïs qui avait une place importante dans la société inca, ou la plante sacrée, la coca. La chicha, sorte d’alcool fait à partir de maïs fermenté, était aussi très souvent offert .Il était lié au culte divin et fabriqué par les  » vierges du soleil « . Une autre sorte d’offrande était le sacrifice. La victime était souvent un lama. Il était considéré digne de remplacer l’homme et d’être offert aux dieux ; le lama noir était pour les incas l’animal le plus pur. Parfois avaient aussi lieu des sacrifices humains. Généralement, il s’agissait de prisonniers de guerre. Ils pouvaient être égorgés ou jetés d’une falaise. Des  » vierges du soleil  » étaient parfois aussi enterrées  Un lama devant le Machu Picchuvivantes, quand il ne s’agissait pas d’enfants, comme dans la légende de Tanta Carhua qui évoque une petite fille choisie pour être offerte aux dieux. Le sacrifice était considéré comme la mort la plus digne avec la chute au combat. La victime rejoignait les dieux dans l’au-delà. Souvent, le sacrifié buvait pendant la cérémonie une coupe de chicha qui engourdissait ses sens. Viracocha, le Créateur, était supérieur encore au Soleil, car il était l’être suprême. C’était le dieu adoré par les premiers habitants du Pérou. Son culte commença dans la société inca sous le règne de Viracocha, qui prit comme nom de roi celui du dieu, et prit son essor sous Pachacuti. Ce dernier rapporta que Viracocha lui était apparu en rêve, et qu’il était son protecteur particulier. Par conséquent l’empereur fit ériger un magnifique temple avec une statue en or à l’effigie du dieu. C’est de Viracocha dont il est question dans le mythe de la création : issu du lac Titicaca, il est à l’origine du soleil, de la lune et des étoiles. Ensuite, il fit sortir du lac Titicaca quatre couples, dont le chef était Ayar Capac (lequel prit ensuite le nom de Manco Capac), qui furent à l’origine de la civilisation inca. Viracocha le Créateur, le Civilisateur et le Transformateur, aussi orthographié Huiracocha ou Wiraqoca, est un dieu bon qui rassure ses fidèles. C’est une des raisons de sa popularité. On le représente généralement comme un vieil homme barbu portant une robe, un sac sur le dos. Un mythe raconte les derniers jours de Viracocha sur terre. Etant très âgé, il se préparait à quitter le monde. Il donna son bâton, lorsqu’il le croisa, au père de Manco Capac. Celui-ci devint le premier empereur inca. Ensuite Viracocha promit de revenir un jour et alla s’enfoncer dans les eaux du Pacifique. 

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello