Pêche à la Mouche

Posté par othoharmonie le 30 avril 2012

 

La pêche à la mouche est à la fois une activité de pleine nature, un loisir et un sport qui consiste à leurrer un poisson avec un leurre nommé mouche de pêche.

La première description écrite de pêche à la mouche se trouve dans le Natura Animalium, où Claude Élien (200 après J.C.) décrit une technique de pêche macédonienne consistant à leurrer des « poissons tachetés » (probablement des truites fario) à l’aide d’hameçons recouverts de laine rouge et cerclés de plumes de coq. Il est remarquable de constater qu’au XXIe siècle c’est la même technique, pratiquement inchangée, qui permet aux « moucheurs » de leurrer des truites en imitant par exemple Ecdyonurus venosus (éphémère rougeâtre de la famille des Heptagéniidés).

Pêche à la Mouche dans MOUCHELa deuxième référence écrite est celle de Juliana Berners (ou Barnes ou Bernes, l’orthographe des noms en vieil anglais étant très difficile à déterminer aujourd’hui), abbesse de l’abbaye de Sopwell (Angleterre) au XVe siècle : il s’agit d’ailleurs du premier écrit sur la pêche fait par une femme. Le Livre de St-Alban (Book of St-Alban) est une sorte de guide de savoir-vivre à l’usage de la noblesse : il traite donc des trois savoirs fondamentaux qui font « un homme de qualité », à savoir d’héraldique, de chasse (notamment de fauconnerie) et de pêche. Troisième partie du Livre de St-Alban, le Traité de pêche à la ligne a été imprimé pour la première fois en 1496, mais plusieurs exemplaires manuscrits lui sont antérieurs, dont le plus ancien date de 1425. Il est aujourd’hui couramment admis qu’il s’agissait déjà de la transcription d’un ouvrage antérieur, probablement une ode issue de la Cour d’Orange. Le Traité de pêche à la ligne décrit parfaitement les techniques à mettre en œuvre pour fabriquer douze leurres artificiels (imitant des insectes) appelés mouches.

C’est au XVIIe siècle que la littérature consacrée à la pêche à la mouche commence à s’étoffer vraiment, notamment avec les remarquables apports de Charles Cotton et de Izaak Walton.

Les moucheurs se réclament d’une pratique de pêche sportive, tant par l’aspect physique qu’elle nécessite, que par un état d’esprit particulier. La graciation ou no-kill en est une des nombreuses manifestations : une proportion croissante de moucheurs remettent à l’eau volontairement la majorité de leurs prises, même celles dépassant la taille légale de capture. Ce respect du poisson participe à une nouvelle approche qui séduit chaque jour davantage de pratiquants. Plus proche de la nature et du milieu, le moucheur profite de la pêche, de la rivière et des poissons (qu’il considère volontiers comme des partenaires de jeux) en oubliant complètement l’aspect alimentaire qui est traditionnellement lié à toute pratique halieutique. Parallèlement à la pêche en no-kill des parcours de pêche en no-kill ont vu le jour un peu partout en France pour permettre aux moucheurs et pêcheurs sportifs de pratiquer leur passion dans de meilleures conditions « suis-je aujourd’hui plus malin que le poisson » ou « est-ce le poisson qui est plus malin que moi » dans un esprit d’éthique et de respect « hameçon sans ardillon » et « épuisette obligatoire ».

L’image de la pêche à la mouche

250px-Pecheursaumon dans MOUCHELa pêche à la mouche en Europe a du mal à se départir d’une image de pêche compliquée et chère, voire snob. Outre l’originalité radicale de la pratique et de sa technique de lancer, qui nécessite beaucoup de pratique pour être maitrisée, cette réputation provient probablement du fait que les pêcheurs à la mouche utilisent beaucoup de termes anglais. Cela vient du fait que les origines modernes de cette technique sont britanniques et qu’une très grande partie du vocabulaire n’a pas été traduite.

On parle parfois de chapeaux à plume, terme péjoratif désignant les moucheurs se considérant comme supérieurs aux autres pêcheurs en raison de leur pratique, supposée plus technique, plus fine et plus aboutie que les autres.

Cet aspect élitiste est en train de disparaître grâce à la baisse du prix du matériel et à l’augmentation du nombre de pratiquants, qui sont désormais de tout niveau social.

De plus, la technique est aujourd’hui démythifiée : bien décrite et expliquée dans de nombreux livres, revues spécialisées, DVD ou sites web, le débutant qui souhaite commencer trouvera de nombreuses références simples et accessibles, sans compter les nombreux clubs mouches bien répartis sur le territoire français.

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello