• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 30 avril 2012

Peuple des mouches

Posté par othoharmonie le 30 avril 2012

 

au Museum d’histoire Naturelle de Nantes retrouvez le peuple des mouches sous un regard ludique et pédagogique (à partir de 4 ans).

Peuple des mouches dans MOUCHE MOUCHE-ET-FOURMIChacun croit connaître les mouches. Cependant notre perception ne se base que sur 5 ou 6 espèces. Or, l’ordre des diptères (insectes possédant une seule paire d’ailes) représente probablement entre 15 et 20 % des espèces animales terrestres. Leur rôle dans les écosystèmes est souvent sous-estimé.

Mais au fait, comment fait la mouche pour marcher au plafond ? Qu’est-ce qu’une mouche tsé-tsé ? Comment combattre le paludisme ? Peut-on trouver des truffes avec une mouche ?

Les visiteurs pourront découvrir l’immense diversité des diptères en parcourant les 12 tentes dédiées à leur observation.

Des planches aquarellées de l’entomologiste Eugène Séguy illustrent la beauté de ces insectes et un surprenant mouchomaton rend compte de notre comportement face aux mouches !

Le visiteur termine son parcours en devenant membre d’un jury. Il doit en effet se prononcer sur le sort de cet insecte : condamner la mouche ou la gracier ? Réflexion sur la vie et la mort, l’utilité et le rôle des espèces dans la Nature et en particulier celui de l’Homme.
Cette exposition propose un voyage émotionnel, naturaliste et artistique dans l’univers de ces insectes méconnus…

Exposition bilingue Français-Allemand produite par le muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel en Suisse.

Pour ceux qui voudront continuer leur découverte en Novembre et Décembre, des animations accueillent les 4-6 ans (mercredi matin) et les 6-10 ans (mercredi et samedi après-midi).

Tarifs :

Gratuit pour les moins de 18 ans, Adultes 3,50€ – Animations: 3€ pour les Nantais et 6€ pour les Non Nantais.

Publié dans MOUCHE | Pas de Commentaire »

Mouche

Posté par othoharmonie le 30 avril 2012

INSECTE diptère, de la famille des muscidés, la mouche est partout dès qu’arrivent les beaux JOURS. Longue de 6 à 8 mm, elle
Mouche dans MOUCHE 220px-Christus_carthusian_%28detail%29possède 2 antennes courtes, de gros yeux, 6 pattes munies à la fois de griffes et de ventouses qui lui permettent de se maintenir sur les surfaces rugueuses ou unies. Avec sa trompe, elle aspire ses aliments qu’elle a préalablement enduits de salive. Elle transmet des germes de maladie qu’elle dépose au hasard ou, pour certaines espèces, qu’elle inocule en piquant les hommes et les ANIMAUX. C’est un insecte d’autant plus dangereux qu’il se reproduit rapidement, la femelle pondant 150 oeufs à la fois. Sa larve, un petit ver, est « l’asticot ». En Afrique, la redoutable mouche tsé-tsé transmet la maladie du sommeil. Prendre la mouche : se mettre en colère.

Dans sa fable Le Coche et la Mouche, La Fontaine montre une mouche se croyant aussi utile que les CHEVAUX qui tirent une voiture, vole de l’un à l’autre, donne des conseils, critique et lorsque le but est atteint, s’attribue tout le mérite de cet effort pénible. Ainsi font les gens qui se mêlent des affaires des autres et sont plus irritants qu’utiles. On les appelle les « mouches du coche ».

Publié dans MOUCHE | Pas de Commentaire »

Pêche à la Mouche

Posté par othoharmonie le 30 avril 2012

 

La pêche à la mouche est à la fois une activité de pleine nature, un loisir et un sport qui consiste à leurrer un poisson avec un leurre nommé mouche de pêche.

La première description écrite de pêche à la mouche se trouve dans le Natura Animalium, où Claude Élien (200 après J.C.) décrit une technique de pêche macédonienne consistant à leurrer des « poissons tachetés » (probablement des truites fario) à l’aide d’hameçons recouverts de laine rouge et cerclés de plumes de coq. Il est remarquable de constater qu’au XXIe siècle c’est la même technique, pratiquement inchangée, qui permet aux « moucheurs » de leurrer des truites en imitant par exemple Ecdyonurus venosus (éphémère rougeâtre de la famille des Heptagéniidés).

Pêche à la Mouche dans MOUCHELa deuxième référence écrite est celle de Juliana Berners (ou Barnes ou Bernes, l’orthographe des noms en vieil anglais étant très difficile à déterminer aujourd’hui), abbesse de l’abbaye de Sopwell (Angleterre) au XVe siècle : il s’agit d’ailleurs du premier écrit sur la pêche fait par une femme. Le Livre de St-Alban (Book of St-Alban) est une sorte de guide de savoir-vivre à l’usage de la noblesse : il traite donc des trois savoirs fondamentaux qui font « un homme de qualité », à savoir d’héraldique, de chasse (notamment de fauconnerie) et de pêche. Troisième partie du Livre de St-Alban, le Traité de pêche à la ligne a été imprimé pour la première fois en 1496, mais plusieurs exemplaires manuscrits lui sont antérieurs, dont le plus ancien date de 1425. Il est aujourd’hui couramment admis qu’il s’agissait déjà de la transcription d’un ouvrage antérieur, probablement une ode issue de la Cour d’Orange. Le Traité de pêche à la ligne décrit parfaitement les techniques à mettre en œuvre pour fabriquer douze leurres artificiels (imitant des insectes) appelés mouches.

C’est au XVIIe siècle que la littérature consacrée à la pêche à la mouche commence à s’étoffer vraiment, notamment avec les remarquables apports de Charles Cotton et de Izaak Walton.

Les moucheurs se réclament d’une pratique de pêche sportive, tant par l’aspect physique qu’elle nécessite, que par un état d’esprit particulier. La graciation ou no-kill en est une des nombreuses manifestations : une proportion croissante de moucheurs remettent à l’eau volontairement la majorité de leurs prises, même celles dépassant la taille légale de capture. Ce respect du poisson participe à une nouvelle approche qui séduit chaque jour davantage de pratiquants. Plus proche de la nature et du milieu, le moucheur profite de la pêche, de la rivière et des poissons (qu’il considère volontiers comme des partenaires de jeux) en oubliant complètement l’aspect alimentaire qui est traditionnellement lié à toute pratique halieutique. Parallèlement à la pêche en no-kill des parcours de pêche en no-kill ont vu le jour un peu partout en France pour permettre aux moucheurs et pêcheurs sportifs de pratiquer leur passion dans de meilleures conditions « suis-je aujourd’hui plus malin que le poisson » ou « est-ce le poisson qui est plus malin que moi » dans un esprit d’éthique et de respect « hameçon sans ardillon » et « épuisette obligatoire ».

L’image de la pêche à la mouche

250px-Pecheursaumon dans MOUCHELa pêche à la mouche en Europe a du mal à se départir d’une image de pêche compliquée et chère, voire snob. Outre l’originalité radicale de la pratique et de sa technique de lancer, qui nécessite beaucoup de pratique pour être maitrisée, cette réputation provient probablement du fait que les pêcheurs à la mouche utilisent beaucoup de termes anglais. Cela vient du fait que les origines modernes de cette technique sont britanniques et qu’une très grande partie du vocabulaire n’a pas été traduite.

On parle parfois de chapeaux à plume, terme péjoratif désignant les moucheurs se considérant comme supérieurs aux autres pêcheurs en raison de leur pratique, supposée plus technique, plus fine et plus aboutie que les autres.

Cet aspect élitiste est en train de disparaître grâce à la baisse du prix du matériel et à l’augmentation du nombre de pratiquants, qui sont désormais de tout niveau social.

De plus, la technique est aujourd’hui démythifiée : bien décrite et expliquée dans de nombreux livres, revues spécialisées, DVD ou sites web, le débutant qui souhaite commencer trouvera de nombreuses références simples et accessibles, sans compter les nombreux clubs mouches bien répartis sur le territoire français.

Publié dans MOUCHE | Pas de Commentaire »

Vidéo de la mouche…

Posté par othoharmonie le 30 avril 2012

P’tite vidéo de montage

vidéo, posté sur youtube  

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans MOUCHE | Pas de Commentaire »

Les trois Mouches

Posté par othoharmonie le 30 avril 2012

 


Fichier:Urophora.cardui.female.jpgDans une auberge isolée, un samouraï est installé, seul à une table . Malgré trois mouches qui tournent autour de lui, il reste d’un calme surprenant. Trois rônins entrent à leur tour dans l’auberge. Ils remarquent aussitôt avec envie la magnifique paire de sabres que porte l’ homme isolé. Sûrs de leur coup, trois contre un, ils s’assoient à une table voisine et mettent tout en œuvre pour provoquer le samouraï. Celui-ci reste imperturbable, comme s’il n’avait même pas remarqué la présence des trois rônins. Loin de se décourager, les rônins se font de plus en plus railleurs. Tout à coup, en trois gestes rapides, le samouraï attrape les trois mouches qui tournaient autour de lui, et ce, avec les baguettes qu’il tenait à la main . Puis calmement, il repose les baguettes, parfaitement indifférent au trouble qu’il venait de provoquer parmi les rônins. En effet , non seulement ceux-ci s’étaient tus, mais pris de panique , ils n’avaient pas tardé à s’enfuir. Ils venaient de comprendre à temps qu’ils s’étaient attaqués à un homme d’une maîtrise redoutable . Plus tard, ils finirent par apprendre , avec effroi, que celui qui les avait si habilement découragés était le fameux Miyamoto Musashi.

spiritualité Bouddhiste. 

Publié dans MOUCHE | Pas de Commentaire »

Bourdonner … la mouche

Posté par othoharmonie le 30 avril 2012

La Mouche

Une démonstration naturelle pour éclairer l’éternelle vérité:

 »Dieu est Amour »

Reçu par la Grâce du Seigneur par

Jacob Lorber

Introduction

 

(DICTÉE PAR LE SEIGNEUR)

- Le 3 septembre 1840 -

 Musca domesticaC’est une bonne chose de diriger souvent l’oeil de son propre sentiment sur telle ou telle chose et de percevoir en elle Mon Amour et Ma Sagesse, aussi petit que puisse être l’objet à prendre en considération; parce que même dans ce qui est petit il y a toujours quelque chose d’infini, et il est par conséquent digne d’un regard spirituel, car tout ce qui cache en soi quelque chose d’infini, est un atome émané de Moi, dans lequel veille un être éternel.

 Si donc à présent Je fais bourdonner devant vous, dans une petite chanson, une négligeable mouche, vous devez penser que pas même ce petit animal n’appartient au non comptés; car, si les atomes de la lumière et les monades de l’éther Me sont connus exactement par le nombre, à travers toutes les éternités d’espace et de temps, comment cela ne devrait-il pas être le cas de la mouche dont la formation a nécessité le concours de certainement plus d’un milliard entier d’atomes?

 Laissons donc bourdonner un petit peu une mouche.

 

La_Mouche_-_Jacob_Lorber_.pdf‎ (Taille du fichier : 552 Ko, type MIME : application/pdf)

Découvrez l’infinie Sagesse que recèle ce minuscule petit être qu’est la Mouche.

http://nous-les-dieux.org/Pdf:La_Mouche_-_Jacob_Lorber_.pdf

Publié dans MOUCHE | Pas de Commentaire »

Poésie « La Mouche »

Posté par othoharmonie le 30 avril 2012

Traduction en prose de la poésie “La Mouche”

 

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

Sur un ton joyeux, en bourdonnant, la mouche alerte chante une gentille chansonnette de louange à Moi, le puissant Créateur;

 Poésie De joie délicieuse elle bourdonne, et exprime finement l’amour, et tourne dans la mer de l’amour sous une poussée profonde, et prononce de façon bien claire des paroles de Grâce; et vous annonce et vous montre comment on peut avancer par de pauvres sentiers.

 Observez donc ce petit animal: Voyez comme il tourne alerte et joyeux, et comment sans aucun souci il obéit à l’impulsion qui le pousse, en suivant plein de gratitude l’orientation que Je lui ai donnée; et jamais il n’aspirera, contrairement à vous, à ce qui est défendu.

 Je vous le dis: Ce n’est pas sans motif qu’il a été placé si près de vous; même si, à dire vrai, le moyen est quelque peu petit, il a cependant été choisi par Moi ! 

Je lui ai donné une paire d’ailes, ténues, à l’égal de l’éther, afin qu’elle puisse bien facilement voler dans l’air, et accomplir ses tours allègres dans les rayons du soleil, et y absorber de ses petits yeux la lumière de la couronne d’or, et porter cette lumière aux formes mortes, pour leur vie, et témoigner du caractère de Ma vivifiante Douceur. 

Et Je lui ai donné aussi, avec sage pensée, six légères pattes; et afin qu’elle perçoive la douceur de la vie, Je l’ai munie d’une trompe appropriée, pour sucer sa nourriture. 

Et vous voyez, ce que maintenant Je vous ai dit, prenez-le comme clé d’une énigme, et dans votre coeur pensez bien à la mouche; 

Je vous le dis, la mouche, oui, la mouche vous chante la victoire ! 

Que ce thème, voyez-vous, vous serve d’exercice; vous pourrez le travailler pendant le temps libre que vous Me consacrez. 

Je vous ai donné ce petit thème insignifiant afin que votre humilité y puisse trouver un bon aliment; 

Quant au reste, dans ce qui va suivre, ce petit animal vous sera présenté par 

Moi comme un témoignage de la nature, jusque dans ses plus minutieux détails. 

Moi, à qui toutes les choses sont bien connues, Je vous donne cela. 

Amen, Amen, Amen !

 

par Jacob Lorber

Publié dans MOUCHE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello