Genèse de la Mouche – chapitre 4

Posté par othoharmonie le 29 avril 2012


Chapitre 4
- Le 16 Mars 1842

 

Première utilité, souvent gênante pour l’homme, de la mission de la mouche 

 Empis tesselataDonc nous avons vu de quelle façon ce petit animal répond à sa mission à l’égard du pôle négatif; cependant il est à noter que ce qui vous a été dit jusqu’ici, ne constitue pas l’unique but négatif de ce petit animal; et qu’il y a encore de nombreux buts accessoires qui lui sont assignés, de la même façon que le fait un sage patron qui n’assigne pas à ses ouvriers seulement un travail à exécuter, mais au contraire charge chaque ouvrier de faire, outre le travail principal, encore plusieurs autres travaux accessoires de genre très divers, afin qu’aucun mouvement des travailleurs n’ait à rester infructueux; et ainsi, avant de passer à la description d’une autre des fonctions principales de ce petit animal, il est bien que vous appreniez à connaître encore quelques-unes des fonctions accessoires.

Vous voyez, Mes chers Petits, durant l’été, c’est pour vous bien souvent chose très ennuyeuse, quand dans une salle de nombreuses mouches bourdonnent alentour et vous agacent; particulièrement quand elles deviennent trop importunes.

 Cependant, pour ce motif, personne ne doit invectiver contre ces petits insectes; car justement durant ces journées elles accomplissent un travail accessoire, petit certes, mais très important, et justement très souvent utile pour l’homme, comme aussi pour les animaux domestiques que l’homme garde en sa maison. Désireriez-vous donc à présent savoir en quoi consiste cet utile travail accessoire? Ayez un peu de patience encore, car je veux auparavant vous rappeler quelque chose, et ensuite nous entrerons aussitôt dans le sujet.

 Vous voyez, Mes chers Enfants, au cours d’une semblable très chaude journée estivale, particu1ièrement lorsque vous observez que le mercure du baromètre se trouve très bas, d’innombrables milliards de milliards d’organismes atomiques (petits animaux de l’éther) sont engendrés depuis les couches les plus basses de l’éther dans l’air atmosphérique, ce qui fait que l’air vous apparaît souvent si fortement bleuâtre, au point qu’il vous est difficile d’apercevoir des localités qui ne se trouvent éloignées que de quelques heures de marche.

 En ces conditions, à chacune de vos inspirations plusieurs trillions de ces animaux se promènent dans votre corps; mais bien que ces petits animaux soient si petits qu’il n’est pas possible pour vous de les apercevoir, même s’il y en avait mille millions en un seul tas, cependant la somme de plusieurs décillions qu’un homme aspire parfois en une semblable journée, forme sûrement un nombre déjà assez important; et puisque ces organismes sont extrêmement dangereux pour la vie corporelle, cette quantité serait sans aucun doute suffisante pour ôter à l’homme la vie matérielle. Et cela parce que la propriété de ces petits animaux qui les rend incompatibles avec la vie naturelle, est à peu près la même que celle de l’acide prussique le plus pur.

Donc, ceci nous est désormais connu; mais ce qu’a à voir la mouche à ce sujet, nous ne le savons pas encore. Sinon que, justement ici il s’agit du service accessoire de ce petit animal, service dont il a été fait mention auparavant et que maintenant Je vous révélerai.

 Mouche charbonneuse Vous voyez, cette portion de ces « petits animaux éthérés atomiques » que l’homme absorbe en respirant, n’est pas précisément la plus dangereuse pour sa santé, parce qu’elle est aussitôt attirée avidement et opportunément par le sang, qui, en cette période de l’année particulièrement commence à manquer du nécessaire oxygène; mais bien diversement arrive-t-il avec cette portion qui se dépose sur la peau, et de préférence aux points où les pores sont pour la plus grande partie ouverts.

 Aussitôt que ces petits animaux y pénètrent, ils prennent face à ceux attirés par le sang, un caractère positif; tant que ce pôle externe ne prend pas la prépondérance sur l’intérieur, l’homme ne court aucun danger, comme c’est par exemple le cas quand il s’agit d’une température modérée; mais si ce pôle extérieur domine d’un seul millionième l’intérieur, alors se présente immédiatement le plus grand danger pour la vie naturelle; car dans ces conditions, pourrait se produire dans l’homme un renversement des polarités, dont les conséquences seraient les mêmes que celle de la piqûre d’une aiguille qui aurait été auparavant trempée dans l’acide prussique le plus concentré.

 Et si ensuite la polarité positive extérieure devait dominer subitement d’une centième partie celle négative intérieure, il se produirait subitement une décharge électrique visible, par laquelle l’homme, en quelques instants, serait tellement détruit, que de tout son corps il ne resterait qu’une demi poignée de cendres puantes.

 En ce qui concerne le premier de ces cas, vous en avez la preuve dans les maladies de la peste; celles-ci ne sont rien autre que de telles conséquences; ensuite, en ce qui concerne le second cas, cela se rencontre certes bien plus rarement, mais le phénomène d’autocombustion, comme on l’appelle, n’est pas totalement inconnu, en particulier dans les pays méridionaux.

 Et maintenant que nous connaissons aussi cela, jetons un coup d’oeil à nos petits ouvriers, et observons-les à l’oeuvre.

 Vous voyez, notre mouche a aussi une paire d’yeux qui sont si grands, qu’ils forment presque la septième partie de la totalité de son corps. Chacun de ces yeux, de par lui-même, n’est cependant pas, comme vous pourriez peut-être le croire, un oeil simple, mais est composé à son tour de plus de mille petits yeux. Ces yeux sont ainsi disposés avec ordre l’un à côté de l’autre, comme les cellules d’une ruche; chaque oeil particulier est pointu en forme de cône, et tous convergent enfin vers un centre visuel commun; ainsi disposés ils font fonction dans notre petit animal de microscope d’une puissance d’agrandissement indescriptible pour vous, à l’aide de quoi cet insecte peut apercevoir même chacun en particulier de ces organismes atomiques mentionnés ci-dessus.( Pour les opticiens, voilà un inestimable objet d’art, nouveau, et cependant très ancien.)

 Mais outre cela, l’estomac aussi de la mouche est conformé de sorte que justement ces petits animaux éthériques lui servent de principale nourriture; par conséquent, lorsque l’une ou l’autre mouche aperçoit sur la peau de l’homme un tas de ces petits animaux atomiques, elle se précipite dessus en vitesse, et ne s’en va pas si facilement avant de les avoir tous consommés.

 Mais, outre les yeux, ce petit animal a aussi une paire de petites antennes qui fait fonction en lui de nez, et comme il ne peut se servir des yeux que pour de courtes distances seulement, ainsi ces antennes lui servent pour rechercher la nourriture bien souvent même à de très grandes distances. Oui, J’en viens même à vous dire qu’il y a des mouches capables de flairer au moyen de ces petites antennes quelque chose d’appétissant même à des heures de distance.

 Voilà donc, Mes chers Enfants, que nous avons à nouveau découvert une merveille en ce petit insecte, c’est-à-dire, l’un des buts accessoires indiqués plus haut de son existence.

 N’est-ce donc pas un service très utile que rend ce petit animal? Certainement, et vous pouvez même garder bien à l’esprit ce que maintenant Je vous dis: Lorsque dans une localité quelconque, particulièrement durant l’été, ce petit animal disparaît soudain, vous pouvez sans aucun doute considérer ce fait comme un signe certain que Je M’approche armé d’un terrible fouet.

 Mais, comme cette fonction accessoire de notre petit animal se trouve à présent devant nous bien éclairée, il en a également diverses autres encore, et toutes on ne peut plus utiles.

 Clogmia albipunctata Et si nous voulions apprendre à les connaître toutes de fond en comble, J’aurais pour plusieurs années à vous en faire des dictées; mais vous pouvez certainement admettre que tout ce qu’il y a de créé, donc sans aucun doute, la mouche aussi, n’existe pas pour un seul et unique but, mais bien pour mille buts et plus, bons et très divers.

 Par conséquent pour ne pas faire traîner en longueur notre sujet, avant de passer au pôle positif de l’insecte en question, Je veux vous exposer encore deux seulement de telles fonctions utiles accessoires, en confirmation de Mes déclarations; et pour aujourd’hui nous laisserons là ce sujet.

 

Extrait de : Une démonstration naturelle pour éclairer l’éternelle vérité :  »Dieu est Amour » Reçu par la Grâce du Seigneur par Jacob Lorber  1942

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello