Genèse de la mouche chapitre 10

Posté par othoharmonie le 28 avril 2012


Chapitre 10
- le 23 Mars 1842 -

 Terre et Atmosphère – Une gradation d’esprits.

 Caractéristique de l’éther.

 Le Soleil, sa lumière septuple et les trois couleurs primaires

  Homalodisca vitripennisVous aurez peut-être déjà entendu affirmer parfois que, plus une région de la Terre est basse, plus dense y est aussi l’air. Ceci est une conséquence très naturelle; car non seulement l’air, mais bien aussi toutes les choses: plus elles se trouvent près de leur point commun central, plus elles deviennent denses; mais, à l’inverse, plus elles s’éloignent de ce point central, plus elles se dispersent et s’écartent l’une de l’autre.

 Ce qu’est ensuite vraiment l’air même qui entoure un corps céleste, nous le saurons déjà en partie au cours de la présente communication, mais plus encore par d’autres éclaircissements sur les choses du monde naturel, qui vous ont déjà été donnés depuis longtemps.

 Mais, pour vous dispenser, Mes chers enfants, de faire de trop longues recherches. Je vous répète maintenant une nouvelle fois que l’air, comme toute la matière, n’est autre qu’un conflit spirituel-matériel et matériel-spirituel; et que les puissances spirituelles sont d’autant plus méchantes qu’elles se trouvent plus bas; et que plus haut elles se trouvent au-dessus des planètes, plus elles sont tendres, pacifiques et constantes.

 Et maintenant que nous savons tout cela, il ne devra certainement pas nous être difficile de reconnaître, au moins en un coup d’oeil général, le contenu de la Terre avec l’air qui l’entoure, et par conséquent dire d’un coeur léger: la totalité du corps terrestre, avec l’atmosphère qui l’entoure, aussi haut qu’elle puisse aller, n’est autre qu’une gradation des esprits qui se sont agglomérés sur une telle planète dans le but de commencer le voyage de «retour» que nous connaissons déjà.

 Mais à ce point vous demanderez: Qu’est-donc ensuite ce qui remplit l’espace immense entre le soleil et une planète?

 Quand il s’agit de cela, les savants font entrer en scène un éther ; manière évidente ce qu’est réellement cet éther?

 En vérité, une semblable question pourrait difficilement procurer à quelqu’un d’entre eux la récompense de cinquante ducats; car en premier lieu, l’éther ne peut même pas être observé avec le plus puissant microscope, car déjà l’air, qui est beaucoup plus dense, ne peut pas être perçu dans ses parties par un quelconque microscope; certes, les physiciens pourraient bien analyser l’éther chimiquement, mais à condition qu’ils fussent en mesure d’en renfermer un petit peu dans leurs éprouvettes; mais étant donné que la région où se trouve l’éther proprement dit commence seulement à une hauteur de deux, trois, quatre, et vers le pôle nord même bien de dix milles pieds allemands au-dessus de la Terre(*), il sera chose quelque peu difficile à tous les naturalistes de se procurer durant leur vie terrestre de l’éther de cette région, aux fins de leurs investigations.

Genèse de la mouche chapitre 10 dans MOUCHE 220px-Ephemeroptera_2 Mais nous voulons parcourir une voie bien plus commode et plus sûre, c’est-à-dire celle tracée par la confiance profonde et par le véritable amour; en suivant ces voies, un pastoureau de boeufs et de brebis trouvera que Sirius lui est bien plus proche et qu’elle peut être bien mieux contemplée que ne peut l’être une petite goutte de pluie tombée sur le nez d’un savant mathématicien qui suit la voie sombre des recherches myopes entreprises par l’entendement humain.

 Nous disons donc: l’éther est également un être spirituel, qui est en rapport positif à l’égard de toutes les planètes, mais par contre négatif à l’égard des soleils.

 L’éther est donc constitué par des esprits extrêmement purs, pacifiques et patients; car s’ils n’étaient pas ainsi, combien difficile serait pour les corps célestes le mouvement autour du soleil, au long de l’orbite très étendue qu’ils doivent parcourir avec une extraordinaire rapidité!

 Mais vu que ces esprits éthériques sont extrêmement purs, pacifiques et conciliants, ainsi leur présence ne constitue pour personne le plus petit empêchement au mouvement, bien que faible et insignifiant soit l’être ou la chose qui veut se mouvoir ou bien qui est contrainte à se mouvoir.

 Voilà donc, Mes chers enfants, que sachant à présent cela il ne nous sera plus difficile de saisir le pourquoi du rayonnement d’un soleil et de la propagation de sa lumière; toutefois, avant que nous puissions aborder ce sujet, nous devons aussi consacrer quelque attention au soleil resplendissant qui fait face aux planètes, et nous demander: quel en est l’aspect et qu’arrive-t-il là ?

 Il est aussi nécessaire de savoir cela, car autrement vous finiriez tôt ou tard par vous poser vous-mêmes la question: comment donc est-il possible d’expliquer à quelqu’un un effet, en le laissant dans l’ignorance de la cause qui le produit?

 Nul n’a besoin qu’on lui explique que le soleil est un corps céleste doté d’une puissance lumineuse extraordinairement grande, puisque chacun de ses propres yeux sains, peut le constater.

 Mais qu’est-ce qui confère cette extraordinaire luminosité au soleil ? – Et quel aspect a sa surface, ainsi que son intérieur jusqu’à son centre? Ceci, voyez-vous est une autre paire de manches, et c’est ce qui doit être éclairci encore avant en toute brièveté, pour pouvoir alors ensuite revenir avec profit à notre thème principal.

 En premier lieu, s’agissant de soleils, leur extraordinaire grandeur doit déjà vous frapper, étant donné qu’un soleil est souvent un et même plusieurs millions de fois plus grand que l’une ou l’autre de ses planètes.

 Qu’est donc le soleil en lui-même?

 dans MOUCHE En lui-même, le soleil est une planète à l’état parfait, et toutes les planètes ne sont que des satellites de cette planète grande et parfaite.

 De quoi donc dérive alors cette éblouissante splendeur qui entoure une semblable planète parfaite?

 La lumière du soleil dérive de la joie spirituelle d’amour de ces esprits qui l’entourent.

 Ces esprits sont-ils déjà peut-être des esprits parfaits? Cette question doit à nouveau être scindée, et précisément en sept points différents, sept points qui ne devraient pas être bien difficiles à comprendre, car ils se trouvent l’un à côté de l’autre dans le plus bel ordre.

 Ces sept points, ce sont sept diverses classes d’esprits en activité dans le soleil, qui ensemble conditionnent la grande lumière du soleil.

 Et si vous voulez apprendre à connaître de plus près la nature intérieure de ces esprits, il vous suffit de jeter un regard aux sept préceptes de l’amour du prochain, et aux trois préceptes qui leur servent de base et par lesquels l’homme apprend quels sont ses rapports avec Dieu, Son Créateur; ainsi vous aurez bien vite devant vous le cercle parfait de l’union des esprits sur un corps solaire. Les couleurs de l’arc-en-ciel vous permettent aussi de reconnaître cet ordre.

 Que résulte-t-il de ce préambule?

 Rien d’autre que le soleil, dans sa sphère intérieure, est un lieu de rassemblement de sept différentes espèces d’esprits. Une partie de ces esprits doivent être envoyés, pour leur épreuve, du soleil vers les planètes, tandis que tous les autres sont ceux qui sont déjà revenus, comme esprits parfaits, vers le soleil. La première classe d’esprits, encore à perfectionner, constitue l’intérieur du soleil, tandis que la seconde, déjà perfectionnée, en constitue l’enveloppe lumineuse extérieure.

 Vous voyez, si votre vue était quelque peu perçante, la pierre d’achoppement pourrait déjà être ôtée; mais comme vous avez toujours encore la vue faible et que vous êtes en même temps un peu durs d’oreille, J’ajoute que ce sont justement ces esprits qui, par leur vie d’amour et de joie, produisent le rayonnement du soleil.

 En ce qui concerne ensuite la propagation de cette lumière, il suffit seulement que J’attire votre attention sur ce qui a été dit des esprits qui se trouvent encore en voie de perfectionnement, et qui doivent encore s’éloigner du soleil; par conséquent vous avez maintenant là, expliquée par le menu, cette propagation de la lumière dont il a déjà été fait mention précédemment quand on traita de la formation d’un noeud planétaire; et ainsi vous est désormais expliquée aussi l’essence des petits animaux atomiques émanants du soleil, déjà plusieurs fois mentionnés, par lesquels les vibrations des esprits déjà perfectionnés sont un don fortifiant pour les esprits imparfaits durant le voyage vers leur perfection.

  Extrait de : Une démonstration naturelle pour éclairer l’éternelle vérité :  »Dieu est Amour » Reçu par la Grâce du Seigneur par Jacob Lorber  1942

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello