Seigneur des Mouches

Posté par othoharmonie le 27 avril 2012

Seigneur des Mouches dans MOUCHE 220px-BeelzebubBelzébuth, littéralement le « Seigneur des Mouches« ; Latin : Beelzebūb) est un dieu païen du monde sémite vraisemblablement vénérée à Éqrôn (ou Accaron). Dans des sources principalement bibliques et postérieures aux textes vétéro-testamentaires, Belzébuth est un démon, un prince de l’Enfer.

Baal, appellation commune pour les dieux dans les mondes philistins et phéniciens, signifie « maître » ou « propriétaire ». D’après la Bible, Baal-zvuv était une divinité adorée par les philistins, un oracle. En ougaritique zbl b’l ars signifie prince, maître de la terre. Il est aussi une forme du diable pour les chrétiens.

Pour Thomas K. Cheyne, le nom originel de la déité pourrait être Baal-Zebul, Zebul signifiant « élevé » ou « prince », et signifier quelque chose comme le « prince Baal » ou le « maître des princes » ou le « propriétaire de la haute demeure« . L’existence d’une divinité portant ce nom a été attestée, plus au nord, vers l’actuelle Syrie. Le nom originel aurait ensuite été transformé en Baal-Zebub.

Différentes hypothèses existent quant à l’origine et au sens de cette seconde partie du nom, Zebûb ou Zoubeb ou zboub, qui signifie « mouche » ou « moustique » ou « petit insecte ». L’hypothèse principale voit dans cette déformation un calembour consistant à déformer le nom en « seigneur des mouches » pour s’en moquer et réduire son importance.

Dans le même esprit, il a été proposé qu’il s’agirait d’une variante de Zabal, « fumier » ; la divinité serait alors nommée « seigneur du fumier », déformation donnée par les Israélites à un dieu ennemi, référence aux sacrifices qui lui sont faits, zabal portant le sens d’enfumer. Cette deuxième version est cependant contestée par les exégètes modernes.

Pour le théologien Jacques Ellul, il s’agit d’une habitude de la judéité antique que reflète le texte biblique de reprendre des aspects culturels du monde alentour, pour les détourner ou s’en moquer, ainsi selon lui Baal-Zebul le chef des princes devient Baal-Zebub le seigneur des mouches, ou encore le taureau mythologique qui devient un simple veau d’or. Une dernière hypothèse possible est que Zebûl serait un nom de lieu disparu depuis.

Il existe plusieurs orthographes alternatives, quoique moins fréquentes, comme Baal-sébub, Baal-zébub, Baalzébuth, Béelzébub, Béelzébuth, Belzéboul, Belzébul, Belzébut, etc.

Ancien Testament

220px-Azazel dans MOUCHELe culte de Belzébuth est évoqué dans le deuxième livre des Rois dans la querelle qui oppose le roi Ochozias au prophète Elie. Dans cet épisode de la vie d’Elie, Belzébuth est une divinité païenne adorée à Éqrôn, et non un démon.

Etant tombé du balcon de son palais, Ochozias fait consulter Belzébuth (Béel-Zébub) pour savoir s’il guérira ; mais Dieu envoie Elie pour informer celui-ci qu’il sera puni pour avoir adoré un dieu païen. Ochozias envoie alors à deux reprises un groupe de soldats pour se saisir d’Elie et par deux fois, Dieu les fait périr. A la troisième fois, Dieu épargne les soldats qui s’en retournent et confiment au roi Ochozias la sentence prononcée par Elie à son encontre. Ochozias meurt et son frère Joram lui succède.

Nouveau Testament

Le nom de Belzébuth apparaît à plusieurs endroits dans le Nouveau Testament et laisse entendre qu’au premier siècle le monde sémite tient maintenant Belzébuth comme le chef des démons. Un glissement sémantique s’est effectué entre les écrits vétéro-testamentaires et les Evangiles ; de divinité païenne, Belzébuth est maintenant considéré comme un démon.

Belzébuth est cité dans deux épisodes de la vie du Christ : le discours apostolique et la guérison d’un démoniaque sourd-muet.

  • Dans le discours apostolique, Jésus envoie ses apôtres en mission. Il leur donne le pouvoir de guérison et d’exorcisme, et les exhorte à évangéliser. À cette fin, il partage un certain nombre de recommandations et d’encouragements, et les prépare à ce qu’ils soient persécutés, à ne pas craindre la persécution. Ainsi, le Christ les met en garde contre ces maisons dont le maître serait Belzébuth : se choisir un tel maître est révélateur de la moralité de ceux qui y habiteraient.

« Il suffit au disciple d’être comme son maître, et au serviteur comme son seigneur. S’ils ont appelé le maître de maison Béelzéboul, combien plus les gens de la maison ! Matthieu 10,25 »

  • Dans l’épisode de la guérison d’un démoniaque sourd-muet, le Christ est en conflit avec les scribes et les pharisiens. L’évangile de Marc apporte cette précision, que l’objet du conflit porte sur le respect du Sabbat, en effet, le Christ guérissait, même le jour du Sabbat. Il guérit donc un démoniaque sourd-muet, et déclenche la vindicte des docteurs de la loi juive qui l’accusent d’être possédé par Béelzéboul, et de chasser les démons au nom de Béelzéboul. À ceci le Christ répond que seul l’Esprit Saint peut chasser des démons. Dans l’évangile de Luc, les pharisiens et les scribes exigent du Christ un prodige ; celui-ci leur répond qu’il ne leur donnera que le signe de Jonas, c’est-à-dire, sa résurrection, trois jours après sa Passion.

« Si Satan est divisé contre lui-même, comment son royaume pourra-t-il subsister ? puisque vous dites que c’est par Béelzéboul que je chasse les démons. Luc 11,18 »

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello