• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 31 mars 2012

Allégorie de la Grenouille

Posté par othoharmonie le 31 mars 2012

Allégorie de la Grenouille dans GRENOUILLEL’allégorie de la grenouille utilise une soi-disant observation du XIXe siècle sur le comportement d’une grenouille placée dans de l’eau chauffée doucement pour illustrer un phénomène d’accoutumance progressive conduisant à ne pas réagir à une situation grave. En pratique, les expériences montrent que la grenouille cherche au contraire à s’échapper alors que si celle qui est plongée directement dans l’eau très chaude elle meurt.

L’allégorie de la grenouille se fonde sur une observation concernant le comportement d’une grenouille placée dans un récipient d’eau chauffée progressivement pour illustrer le phénomène d’accoutumance conduisant à ne pas réagir à une situation grave.

Cette thèse se base sur l’idée que si l’on plongeait subitement une grenouille dans de l’eau chaude, elle s’échapperait d’un bond alors que si on la plongeait dans l’eau froide et qu’on portait très progressivement l’eau à ébullition, la grenouille s’engourdirait ou s’habituerait à la température et finirait ébouillantée.

 dans GRENOUILLECette allégorie cherche à illustrer des phénomènes de prises d’habitudes se révélant dans des situations de crise — récurrentes ou sous forme de continuum. En ce sens, elle est une variante psychologique de l’habituation.

Par exemple, elle peut expliquer les mécanismes de résignation des femmes battues.

Elle a été remise au goût du jour par l’ouvrage « La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite… et autres leçons de vie », d’Olivier Clerc (JC Lattès, 2005), traduit dans 10 langues et popularisée en économie par Michel Debaig et Luis Maria Huete, sous le nom de Paradoxe de la grenouille, pour expliquer les contradictions culturelles et habitudes de pensée qui menacent les entreprises.

 L’allégorie de la grenouille est utilisée par Al Gore dans le film Une vérité qui dérange pour illustrer la manière dont l’humanité court à sa perte si elle ne réagit pas au lent réchauffement climatique de la planète.

Publié dans GRENOUILLE | Pas de Commentaire »

Métaphore de la grenouille

Posté par othoharmonie le 31 mars 2012

Latone et les paysans lyciens

Métaphore de la grenouille dans GRENOUILLE 220px-Hera_Staatliche_Antikensammlungen_2685Latone (Leto), mère d’Achille et de Diane, poursuivie par la colère de Junon en raison de ses relations illicites avec Jupiter, s’est retrouvée assoiffée sur les marges d’un fleuve en Lycie. Les paysans de ce pays voulant l’empêcher de s’abreuver, elle les a transformés en grenouilles. (Ovide, Métamorphoses, VI, 340-380.

 

Cette métamorphose, racontée par Nicandre de Colophon et Antoninus Liberalis, réécrite par Ovide, a obtenu une immense fortune depuis le Moyen Âge, mais particulièrement aux XVIIe et XVIIIe siècles, comme l’on peut juger par ses innombrables représentations, d’abord sous forme d’enluminures, des gravures illustrant les successives et nombreuses éditions des Métamorphoses d’Ovide, ainsi que par de nombreuses peintures (voir ci-dessous) ,des faïences, tapisseries et même des fontaines car une histoire d’eau s’y prêtait à merveille.

 

Reproduction en Peinture

File:Wind in the Willows pg 292.pngPortant ses deux enfants dans les bras, la Latone de Tintoretto domine en position debout les paysans qui se retrouvent accroupis, pataugeant dans l’eau. Telle une sorcière faisant un geste magique, Latone et les paysans en voie de transformation ne sont que des détails qu’il faut rechercher à l’intérieur du paysage imaginaire de Roelandt Savery Encerclée par des individus athlétiques, la Latone de Francesco Albani fait un geste in extremis destiné à se protéger et à sauver ses enfants. De manière similaire à la composition de Roelandt Savery, une végétation luxuriante entoure Latone, confrontée avec des paysans menaçants mais déjà rendus inoffensifs par leur métamorphose. La belle composition d’Antonio Carracci confronte une Latone au sein dénudé aux paysans ébahis sur un fond d’une végétation éparse au bord d’une rivière. Les paysans du tableau de David Teniers (Le Jeune) brandissent des haches face à une Latone séraphique qui invoque les anges du ciel. Ultérieurement, on va assister à l’apparition de compositions plus théâtrales, au goût de l’époque, en particulier celles de Johann Georg Platzer, et de Johann Baptist Zimmermann.

Publié dans GRENOUILLE | Pas de Commentaire »

Légende de Naruto et les grenouilles

Posté par othoharmonie le 31 mars 2012

 

Jiraya (, Jiraiya) est un personnage du manga Naruto.

File:Frogman Leaping page 55.jpgJiraya est un homme de cinquante ans aux longs cheveux argentés. Il porte constamment avec lui le parchemin permettant de signer le pacte d’invocation des crapauds. Son bandeau frontal porte le kanji 油 (Abura, Huile). Une ligne rouge descend de chacun de ses yeux à la façon d’une larme et il a une verrue sur le côté gauche de son nez. Contrairement à un ninja traditionnel il porte des geta.

Revenu à Konoha peu avant l’attaque d’Orochimaru lors de la 3e phase de l’examen chūnin, il commence à entraîner Naruto, lui apprenant la « technique d’invocation » en lui faisant signer un pacte avec les crapauds. Peu après l’attaque d’Orochimaru et la mort du 3e Hokage, il lui est proposé de reprendre sa charge en tant que 5e Hokage, ce qu’il refuse, préférant effectuer le voyage avec Naruto pour aller chercher la remplaçante potentielle, Tsunade. Durant ce voyage, il apprend à Naruto la technique de l’« Orbe tourbillonnant », qui consiste à concentrer du chakra dans une main en le faisant tournoyer de manière à former une sphère de chakra dévastatrice.

 À la fin de la première partie, il emmène Naruto afin de le protéger d’Akatsuki et de parfaire son entraînement durant un peu plus de deux ans et demi.

 Le destin de Jiraya s’est joué dans un combat face à Pain, chef officiel d’Akatsuki. Après avoir vaincu trois des avatars (Chikushodô, Ningendô et Gakidô), et pensant avoir terminé le combat, il se fait surprendre par Shuradô, qui arrive en renfort avec Tendô et Jigokudô, et lui fait perdre son bras gauche à cette occasion. Par la suite, après avoir capturé Chikushodô dans une dimension parallèle, à l’intérieur d’un crapaud, Jiraya pense être sur le point de percer le mystère de Pain, et retourne au combat avec l’espoir de le découvrir. Hélas, au moment même où il y parvient, Shuradô lui broie la gorge, l’empêchant ainsi de parler. Il est alors transpercé dans le dos par les cinq avatars restants de Pain.

File:时局图.jpg Il voit alors sa vie défiler devant ses yeux et ressasse ses échecs (les rebuffades de Tsunade, la désertion de son ami Orochimaru, les morts de son maître Hiruzen Sarutobi et de son élève Minato Namikaze…), se persuadant qu’il a lui-même raté sa mort, qu’il souhaitait digne d’un Hokage. Finalement, en pensant à Naruto à qui il a transmis ses idéaux et dont il a inspiré le prénom à ses parents, il a un dernier sursaut et trouve suffisamment de volonté pour relancer son cœur ; il arrive ainsi à transmettre à Fukasaku le secret de Pain, lui gravant un message codé sur le dos : « Il n’existe pas réellement ».

 Suite à la déflagration causée par le missile que Shuradô lance pour tenter d’intercepter la grenouille, Jiraya coule finalement dans un lac du village de la Pluie, le sourire aux lèvres et satisfait, léguant tous ses espoirs de réussite à son « filleul » Naruto et lui confiant le monde ninja. Ses dernières pensées seront pour chercher un titre à son prochain livre : « La légende (ou geste) de Naruto Uzumaki ».Légende de Naruto et les grenouilles dans GRENOUILLE 220px-Logo_Naruto_Shipp%C5%ABden_%28jp%29.svg

Publié dans GRENOUILLE | Pas de Commentaire »

L’Ermite aux crapauds

Posté par othoharmonie le 31 mars 2012

 

Jiraya (personnage de Manga) se fait appeler « l’ermite aux crapauds » car il possède le parchemin permettant d’invoquer des crapauds, mais aussi et surtout car il a reçu un entrainement spécial des crapauds du Mont Myôboku (妙木山, Myōboku Zan) avec qui il a vécu plusieurs années de sa vie et dont il est très proche.

File:Old french fairy tales 0243.jpg Jiraya a signé un pacte de sang avec les crapauds du « Mont Myôboku », pouvant invoquer ces derniers lors de ses combats.

 De fait, de nombreuses techniques de Jiraya ont un rapport avec les crapauds.

Le vieux sage ermite, un crapaud siégeant au Mont Myôboku et dont les prédictions se réalisent toujours, lui a prédit, dans sa jeunesse, qu’il deviendrait un « pervers sans égal » et un ninja au « talent incroyable ». Il lui a prédit également qu’il prendrait un élève qui sera plus tard responsable d’un grand bouleversement dans le monde ninja, amenant soit la paix dans celui-ci, soit provoquant sa destruction, et que Jiraya aura à faire un choix difficile, le chemin qu’il prendra déterminant le « destin du monde ». Selon la prédiction, Jiraya devra également voyager et écrire des livres.

 Depuis cette prédiction, Jiraya sera sans cesse à la recherche de ce destin, rêvant d’un monde où la paix, l’amour et la liberté régneraient en maîtres. Il a toujours essayé de transmettre son rêve à ses élèves, cherchant à les influencer pour leur donner des idéaux de paix.

Jiraya aime se mettre en scène lorsqu’il se présente ou s’apprête à combattre, effectuant une sorte de danse contenant des poses, et des sautillements à cloche-pied. Ces mises en scène sont souvent gâchées par la moquerie de la personne en face ou les mouvements brusques des crapauds sur lesquels il se tient. 

Il est surnommé par Naruto « l’ermite pervers » (ero-sennin), ou « l’ermite pas net » dans la version française de l’anime, en raison de son fort penchant pour les femmes bien plus jeunes que lui. Jiraya a une grande affection pour Naruto, qu’il considère comme son petit fils, sa mort causera d’ailleurs une grande peine à Naruto car au delà du maître il avait lui aussi trouvé en Jiraya un modèle et un protecteur.

File:"Frog, Ibo Legendary Figure", 1959 - NARA - 558960.jpg Il est l’auteur des livres que Kakashi lit : « Le paradis du batifolage », « La furie du batifolage », ainsi que « Tactique de batifolage ». Il se sert des bains publics (sources thermales ou autres…) comme source d’inspiration, s’aidant parfois d’une longue-vue. Ce hobby lui rapporte énormément d’argent (Naruto découvrira par hasard l’état de son compte en banque), qu’il dépense abondamment dans les auberges en compagnie de jeunes filles, sous prétexte de récupérer des informations…

 Bien qu’il dise que l’argent, les femmes et l’alcool sont les interdits du ninja, il n’hésite pas à les enfreindre tous en même temps peu après avoir fait la leçon à Naruto (il a volé tout l’argent économisé par celui-ci pour s’offrir à boire en compagnie de jolies filles dans un bar). Dans l’anime, il refera le même coup à Sakura et Naruto au Pays des Rizières ( Ta no Kuni) où se trouve le village caché du Son d’Orochimaru.

Publié dans GRENOUILLE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello