• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 23 mars 2012

Avant d’être grenouille

Posté par othoharmonie le 23 mars 2012

 

Avant d'être grenouille dans GRENOUILLE tetardÀ un de ses stades de développement, la larve de la grenouille est appelée un têtard.
  Le cycle de croissance d’une grenouille peut se décomposer en 9 étapes :

  1. Avant l’éclosion
  2. Larves juste après l’éclosion s’accrochant à des algues
  3. Avec des branchies extérieures
  4. Les branchies extérieures sont recouvertes et sont absorbées
  5. Larves sans membres d’environ un mois avec des branchies internes
  6. Têtard avec jambes arrières, d’environ deux mois
  7. Avec les jambes avant qui paraissent
  8. Avec les quatre jambes libres
  9. Une jeune grenouille d’environ trois mois, montrant une absorption presque totale de la queue ainsi que le changement de la gueule de têtard en celle de grenouille.

 Au sortir de l’œuf, le têtard est caractérisé par une grosse tête confondue avec son abdomen (d’où son nom), et il respire grâce à des branchies internes ou externes. Il n’a pas encore de pattes, mais est munie d’une queue natatoire.

 Les couleurs et tailles et les motifs qui peuvent orner les robes des têtards varient selon les espèces. Ils sont généralement brun-noir à noir, avec parfois des ponctuations plus claires ou des points dorés… Chez certaines espèces, une partie des têtards peut passer un hiver complet dans la vase et ne se métamorphoser qu’à la fin du printemps suivant. Ces têtards sont beaucoup plus grands que les autres (parfois plus grands que l’adulte). Ils cessent de se nourrir lors de la métamorphose, durant laquelle leur taille se réduit.tetard_ml dans GRENOUILLE

 Jusqu’au début du XXème siècle, dans les grands lacs, dans les étangs des zones tempérées, les têtards pouvaient être présents par millions.

Une grande partie des têtards échappent à la prédation par les oiseaux et les poissons (toxicité, faible appétence, camouflage pour certaines espèces). C’est le jeune amphibien qui sera au stade suivant le plus victime de prédateurs ou de maladies ou de déshydratation, gel, etc.

 En savoir plus, clic ici….  http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%AAtard

 

 

Publié dans GRENOUILLE | Pas de Commentaire »

La grenouille et l’homme

Posté par othoharmonie le 23 mars 2012

File:Bundesarchiv Bild 183-1987-0415-005, Krötenschutz, Warnschild zur Krötenwanderung.jpgLa grenouille d’élevage est principalement produite pour sa chair. La race « Rivan 92 » de la grenouille rieuse est considérée comme domestique en France.

 En cuisine, ce sont les cuisses qui sont consommées. On parle de déguster des cuisses de grenouille. Les Français ont la réputation mondiale d’être des mangeurs de grenouilles, ce qui leur a valu leur surnom anglais de froggies, frog signifiant grenouille en anglais. Ainsi, on appelle « Vallée des grenouilles » un quartier de Londres, peuplé de beaucoup de Français.

 Grenouille  de laboratoire

La grenouille est l’un des animaux utilisés couramment dans l’enseignement pour étudier par la dissection le système nerveux, l’appareil digestif ou l’appareil uro-génital.

 Les espèces du genre Xenopus, qui ont pour certaines la rare particularité pour un animal d’être polyploïdes, sont utilisées comme modèle en laboratoire, notamment dans l’étude de l’embryogénèse et génétique du développement.

 Vocabulaire

Publié dans GRENOUILLE | Pas de Commentaire »

Grenouille de compagnie

Posté par othoharmonie le 23 mars 2012

La grenouille fait partie des nouveaux animaux de compagnie (NAC).

File:Die Gartenlaube (1887) b 385.jpg On a par ailleurs relevé un cas d’apprivoisement de grenouille sauvage à Meudon au XIXe siècle ; il est détaillé par le naturaliste Louis Eugène Robert.

 « Je croyais n’avoir rien à signaler en erpétologie ; cependant l’apprivoisement bien constaté d’une grenouille est un fait trop intéressant pour le passer sous silence. Voici un extrait de ce que M. Guérin Méneville, zoologue des plus distingués, a bien voulu nous communiquer à ce sujet :

 « Nous n’avions jamais entendu dire que la grenouille fût susceptible de s’apprivoiser, de venir à la voix, de se laisser toucher, de prendre de la mie de pain, quoique jouissant toujours de la plus complète liberté dans un grand bassin, en compagnie d’autres grenouilles et de nombreux poissons de la Chine ; c’est cependant ce que j’ai été à même de voir un grand nombre de fois, ainsi que beaucoup d’autres personnes.

 « Lorsque madame Panckoucke, dont l’amabilité ne le cède en rien au mérite de l’artiste-peintre, assistait au déjeuner de ses poissons dorés, une belle grenouille verte ne tardait pas à paraître et à se pavaner au milieu d’eux, en cherchant à leur disputer quelques miettes.

 Madame Ernestine P……. l’appelait-elle doucement, la batracienne venait au bord du bassin, y appuyait ses pattes de devant, et attendait qu’on voulût bien lui donner un peu de mie trempée ; elle se laissait alors toucher et caresser par les dames dans les mains desquelles elle se glissait volontiers ; enfin, on pouvait la sortir de l’eau et la transporter assez loin sans qu’elle parût s’inquiéter ni chercher à fuir.  »

 

Extrait : — Louis Eugène Robert, Histoire et description naturelle de la commune de Meudon, 1843

Publié dans GRENOUILLE | Pas de Commentaire »

Grenouilles de fiction

Posté par othoharmonie le 23 mars 2012

Bandes dessinées et littérature de jeunesse

 

Cinéma et télévision

Jeux vidéo

Musique

• Peace Frog, chanson des Doors

Autres

Smacks, symbole des céréales éponymes de la marque Kellogg’s

Publié dans GRENOUILLE | Pas de Commentaire »

Crapaud

Posté par othoharmonie le 23 mars 2012


File:Frogs2.JPGLe crapaud est un BATRACIEN terrestre. Il a des pattes courtes, ce qui l’empêche de bien sauter. Il vit dans des trous, sous les pierres, et se nourrit d’INSECTES et de petits ANIMAUX nuisibles. Il joue, de ce fait, un rôle très utile et mériterait d’être protégé; mais les pustules qui recouvrent sa peau visqueuse lui créent bien des ennemis que son aspect dégoûte. Les crapauds pondent leurs oeufs dans

Marquant un tournant capital dans la Révolution française, la Convention nationale se réunit pour la première fois le 21 septembre 1792 et, dès le lendemain, elle proclame la République, à l’unanimité. Mais cet accord ne dure pas. Très vite, Girondins et Montagnards s’opposent. Entre eux, sur les travées les plus basses de l’assemblée, siègent des députés indécis ou indépendants. Ils forment la « PLAINE » que, par mépris, on finit par appeler le « MARAIS« . Un JOUR, le « montagnard » Saint-Just les invective et les traite de « crapauds du Marais »… Ce surnom leur resta. Plus tard, poussés par la peur, ces « crapauds du Marais » renversèrent Robespierre et l’envoyèrent à l’échafaud avec ses amis : Saint-Just était du nombre….

Publié dans GRENOUILLE | Pas de Commentaire »

Grenouille dans l’héraldique

Posté par othoharmonie le 23 mars 2012

 

Les grenouilles sont très présentes dans l’art héraldique de plusieurs pays, dont la France.

  • Exemple en France  Grenouille dans l'héraldique dans GRENOUILLE 218px-Blason_ville_fr_R%C3%A2nes_%28Orne%29.svg

Rânes ( dans l’Orne) – La latitude de la ville de Rânes est 48.6405 et la longitude de la ville de Rânes est -0.2108. Rânes posséde 1 code postal, situé région de Basse-Normandie, en département de Orne, en arrondissement de Arrondissement d’Argentan.
La Région de Rânes est Basse-Normandie. La Département de Rânes est Orne. La Arrondissement de Rânes est Arrondissement d’Argentan.

 

Code postal de Rânes : 61150

Découpage administratif de Rânes

Région :Basse-Normandie 99
Département :Orne 61
Arrondissement :Arrondissement d’Argentan

Coordonnées GPS de Rânes

Latitude : 48.6405
Longitude : -0.2108

A propos de Rânes

Ranes est une commune française, située dans le département de l’Orne et la région de Basse-Normandie, à partir de 1035 habitants peuplée Ranais. Certaines formes suggèrent la lénition des consonnes intervocaliques. En tout état de cause, l’échec des formes plus anciennes sont suffisantes et cohérentes rend l’origine obscure de ce nom. Le bois est la caractéristique du paysage de la commune c était plus évidente avant 1960 et les opérations de consolidation des exploitations agricoles.

Épendes (Vaud)Suisse190px-Ependes-coat_of_arms.svg dans GRENOUILLE

PetersrodaAllemagne212px-Wappen_Petersroda.svg

BaloziSuèdeFichier:Coat of Arms of Baloži.svg

Publié dans GRENOUILLE | Pas de Commentaire »

Crapaud en Bourgogne

Posté par othoharmonie le 23 mars 2012


Crapaud commun : attention, traversée dangereuse !

De nombreuses légendes associées aux sorcières dont ils auraient été les compagnons privilégiés tournent autour des crapauds. Mais, même s’il est déconseillé de se frotter les yeux après en avoir touché un, en raison du léger poison qu’il secrète pour se protéger, le crapaud commun (Bufo Bufo), est, comme tous les batraciens, totalement inoffensif. Mieux, c’est une grenouille de couleur rousse marbrée de brun, aux joues noiresun ami du jardinier dont il défend les récoltes contre pas mal de ravageurs. La limace fait notamment partie de son alimentation.

On peut admirer ses magnifiques yeux exorbités de couleur rouge-cuivré-orange fendus par une pupille horizontale. On peut aussi louer sa fidélité à son étang d’origine où il retourne chaque année assurer sa descendance, au mépris de tous les dangers.

Le crapaud vit sur terre et se reproduit dans l’eau. Durant l’hiver, il hiberne à l’abri dans les bois, sous un tas de feuilles, un paquet de branchages ou dans les galeries souterraines de petits mammifères. Puis, dès que la température se réchauffe, en février-mars, il quitte son abri pour rejoindre son lieu de reproduction, qui peut se trouver à plusieurs kilomètres de là.

Mais il n’est pas seul. Tous les crapauds d’un secteur, et il peut y en avoir des milliers, convergent pendant a même période de quelques semaines, vers leur étang de reproduction. S’ensuivent, dès la nuit tombée durant les soirées de printemps, d’impressionnantes migrations. Plus petits et plus nombreux, les mâles se disputent et assaillent les femelles, parfois même avant l’arrivée au point d’au où ils pourront enfin féconder les milliers d’œufs relâchés par leurs compagnes. Petits points noirs dans de longs filaments gélatineux accrochés aux herbes ou aux pierres, ils deviendront têtards 15 jours plus tard avant de se métamorphoser au terme d’une période d’un moi et demi à trois mois, selon les ressources du milieu et la température de l’eau.

« Cette période de migration est extrêmement dangereuse pour les crapauds » explique Gaëtan Balay, chargé d’étude faune sauvage à la Société d’Histoire naturelle d’Autun (SHNA), responsable de la coordination du programme amphibiens de SOS faune ; « si une route traverse l’espace entre le quartier d’hiver et le point d’au, ils peuvent être victimes en masse de la circulation automobile. Il y a deux ans, près de 1000 individus ont été écrasés en une seule nuit sur la D951 à Chamoux, dans l’Yonne, entre Vézelay et Clamecy ».

Pour éviter que se renouvelle ce carnage, la SHNA a mis en place un système de barrière sur ce lieu stratégique : « Nous posons une barrière au bord de la route et lorsque les crapauds entrent en contact avec l’obstacle, ils vont longer la barrière pour la contourner. Ils tombent ensuite dans l’un des seaux régulièrement enterrés, accolés à la barrière. Chaque matin, nous relevons les seaux et nous transportons les amphibiens piégés de l’autre côté de la route. Nous n profitons pour faire des relevés sur les populations concernées (espèce, effectif, sexe…) »

La barrière a fini d’être installée le week-end du 24 février 2012 et les premiers crapauds mâles solitaires, accompagnés de quelques tritons palmés, ont été piégés dès la première soirée. La destruction directe par la circulation automobile n’est malheureusement pas la principale menace qui pèse sur cette espèce protégée. La disparition ou la dégradation des zones humides réduit leur habitat. Mais, depuis 2008, un programme « Réseaux mares de Bourgogne », animé par le Conservatoire d’espaces naturels de Bourgogne, s’attelle à enrayer la diminution de ces petites zones humides remarquables via différents moyens d’actions et grâce au concours de multiples partenaires, dont le Parc.

Dans ce sens, le recensement des points noirs routiers où ils sont écrasés ainsi que des zones d’habitat des crapauds est essentiel. C’est pourquoi tous les Morvandiaux sont invités  à communiquer leurs observations par l’intermédiaire de la base E-observations mise en place sur le site de Bourgogne-Nature ou encore en contactant directement la SHNA.

Barre de séparation

Contacts : Gaëtan Balay, Société d’histoire naturelle d’Autun, Maison du Parc, 58230 Saint Brisson 03 86 78 79 87 shna.gaean@orange.fr - e-observation : sur le site www.bourgogne-nature.fr onglet Base fauna.

bbf@bourgone-nature.fr

Publié dans GRENOUILLE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello