Pieuvre et évolution

Posté par othoharmonie le 18 mars 2012


Pieuvre et évolution dans PIEUVRE 175px-Colossal_octopus_by_Pierre_Denys_de_MontfortLa pieuvre est unique aujourd’hui, parmi les invertébrés, pour le haut degré d’évolution qu’elle représente. Des mollusques primitifs d’il y a 500 millions d’années, qui portaient une lourde coquille, à la pieuvre qui peuple nos mers, l’adaptation de cet animal à son milieu a été prodigieuse.

La pieuvre commune (Octopus vulgaris) appartient à la classe des céphalopodes (un mot qui signifie tête et pieds), ce sont les plus évolués des mollusques. Ils sont apparus dans les océans il y a plusieurs centaines de millions d’années, au cambrien (ère primaire), bien avant les vertébrés. À cette époque, ils possédaient une coquille externe. Ce sont probablement les premiers animaux d’une certaine taille nageant dans les océans, et ils y ont joui d’une grande liberté pendant des millions d’années. Leur situation a commencé à se détériorer à la fin du paléozoïque (ère primaire) – au dévonien et au carbonifère – et davantage encore au début du mésozoïque (ère secondaire), au moment où les poissons et, plus tard, les reptiles se sont répandus dans les océans. Pour survivre, certains céphalopodes se sont retirés dans des eaux plus profondes, d’autres sont devenus plus mobiles, car l’épaisseur de leur coquille s’est réduite. À l’approche de l’ère tertiaire, elle devient interne ou disparaît. Les calmars, seiches et pieuvres vont ainsi survivre jusqu’à nos jours dans les eaux côtières, dangereuses mais riches.

 320px-Enteroctopus_dolfeini dans PIEUVRE   Les différentes phases de cette évolution ont pu être très rigoureusement suivies, grâce aux nombreux fossiles de céphalopodes primitifs ayant une coquille externe (ammonites, bélemnites…) qui ont été retrouvés. Il en existe actuellement un représentant encore en vie : le nautile. Comme ses ancêtres, celui-ci construit, au cours de sa croissance, des loges successives dans lesquelles l’eau est remplacée par un gaz qui assure sa flottabilité. En revanche, on ne sait guère, en l’absence de données paléontologiques les concernant, comment les espèces actuelles, à corps mou ou munies d’une coquille interne, ont évolué dans le passé. On sait seulement que tous les céphalopodes ont été, à une époque, en compétition avec des vertébrés, ce qui a influencé leur évolution.

   Les céphalopodes récents les mieux connus représentent trois lignées distinctes. Le calmar évolue en pleine mer, la seiche, elle, est un peu au-dessus du fond marin, tandis que la pieuvre (ou poulpe) ne le quitte que rarement.

    Octopus vulgaris est certainement l’un des céphalopodes les plus répandus et les plus connus. Le philosophe grec Aristote l’identifiait déjà parmi les autres espèces de la Méditerranée orientale.

Laisser un commentaire