• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 24 février 2012

Histoire de Dolly la Brebis

Posté par othoharmonie le 24 février 2012

 

Dolly  (5 juillet 1996 – 14 février 2003) est le nom donné à une brebis célèbre pour avoir été le premier mammifère cloné de l’histoire à partir d’un noyau de cellule somatique adulte par l’équipe de Keith Campbell et Ian Wilmut chez PPL Therapeutics, en association avec le Roslin Institute à Édimbourg en Écosse.

Histoire de Dolly la Brebis dans MOUTONLe 2 avril 1996, la manipulation génétique est réalisée par une équipe de chercheurs (Ian Wilmut et Keith Campbell) écossais chez PPL Therapeutics en Écosse à partir de cellules de glande mammaire de la brebis adulte « geniees », dont le noyau cellulaire est transplanté dans l’ovule énucléé d’une autre brebis, nommée Belinda. 277 cellules-œufs furent créées, qui donnèrent naissance à 30 embryons. Un seul d’entre eux put se développer jusqu’à l’âge adulte : Dolly. Pour la première fois, un être viable issu de cette technique de clonage va survivre. Le 23 février 1997, le monde apprend la naissance d’une agnelle, Dolly, obtenue à partir d’une cellule de glande mammaire d’une brebis âgée de 6 ans, dont elle est la copie génétique conforme. La production en séries d’individus possédant le même patrimoine génétique est devenue possible. Le 6 janvier 1998, un physicien américain, Richard Seed, annonce qu’il a l’intention de cloner des êtres humains.

Les scientifiques écossais ont appelé la brebis Dolly en hommage à Dolly Parton, chanteuse américaine de country dotée d’une poitrine avantageuse, car le clonage a été réalisé à partir de cellules de glande mammaire.

Dolly est exposée depuis son décès en 2003 au Musée royal d’Écosse, à Édimbourg.

220px-Francisco_de_Zurbar%C3%A1n_006 dans MOUTONLe fait que le clonage de Dolly ait eu un tel succès est dû au fait que ce fut le premier mammifère né sans qu’une fécondation d’un ovule par un spermatozoïde ait eu lieu, par la technique de la constitution d’un embryon par fusion en laboratoire d’un noyau cellulaire et d’un ovule énucléé : la brebis ainsi née possède un patrimoine nucléaire identique à un individu déjà existant. Cependant, Dolly n’est pas le clone parfait de Belinda. En effet, dans l’ovule utilisé, comme dans toutes les cellules, se trouvaient des organites, les mitochondries (les « usines énergétiques » de la cellule), qui possèdent leur propre patrimoine génétique. Dolly est donc aussi le fruit de la brebis qui a donné son ovule.

Les chercheurs se sont vite aperçu qu’elle vieillissait rapidement. L’arthrite prématurée de Dolly a été attribuée au fait que la cellule prise sur Belinda alors âgée de 6 ans disposait de télomères raccourcis. Cela est dû au fait que la longueur des télomères est réduite après chaque division cellulaire. De fait, Dolly avait un patrimoine génétique vieux de 6 ans dès sa naissance.

D’autres interprétations indiquent que l’arthrite de Dolly pourrait être due à son mode de vie trop protégée en laboratoire.

Dolly a finalement été euthanasiée en février 2003 suite à ses problèmes d’arthrite précoce et des difficultés respiratoires

220px-Lammetje_%28Nunspeet_2004%29Le clonage à partir de cellules différenciées d’un organisme adulte constitue une avancée importante :

  • Cela prouve que la régulation de l’expression des gènes est réversible. On s’en doutait depuis des années, mais on n’avait pas de preuve aussi éclatante.
  • Cela représente une possibilité technique très intéressante dans la perspective de la production d’animaux transgéniques (qui possèdent des gènes en plus, par exemple, des gènes qui codent des protéines humaines utilisées à des fins médicales) ou d’animaux présentant des qualités particulières.

Ce phénomène médiatique a été aussi le moyen de diffuser des idées fausses qu’un clone est la copie conforme d’un autre individu. L’identité est celle de l’ADN nucléaire, ce qui implique que le clone n’est donc :

  • ni génétiquement identique à un autre individu : le patrimoine génétique est composé de l’ADN nucléaire contenu dans le noyau des cellules de l’organisme et de l’ADN mitochondrial (ADNmt) contenu notamment dans le cytoplasme de l’ovule (donc aussi dans l’ovule énucléé). À l’origine, les chercheurs pensaient que l’ovule énucléé était un environnement qui devenait neutre au fur et à mesure de l’expression de l’ADN, mais les recherches ont montré que l’ADNmt contribue à la reprogrammation de l’ADN du noyau cellulaire, il interagit avec l’ADN nucléaire et influence donc son expression, et, une fois l’organisme parvenu à maturité, il joue un rôle dans la respiration cellulaire, la production des protéines et l’homéostasie (certaines maladies génétiques sont donc exclusivement mitochondriales). Demeure néanmoins l’identité non négligeable de l’ADN nucléaire.
  • ni une physionomie identique : conséquence du rôle du milieu (dont participe notamment l’ADNmt) dans lequel s’exprime l’ADN, même si une grande ressemblance existe, elle est finalement moindre que celle qui existe entre des jumeaux homozygotes. Autant dire que pour une brebis blanche les traits physionomiquement distinctifs ne sont pas nombreux, ce qui renforce la grande ressemblance entre Dolly et Belinda.

220px-Rumunia_5806Depuis cette époque, d’autres mammifères tels que chevaux et taureaux ont été clonés et on estime qu’il peut s’agir d’une technique intéressante pour sauvegarder les espèces en voie de disparition.

Impact de Dolly dans la culture

  • En 2002, Steve Reich, compositeur de musique contemporaine, créait Three Tales, une œuvre s’inspirant en partie de l’aventure technologique constituée par Dolly, et qu’il met en perspective avec d’autres avancées technologiques cruciales du XXe siècle et leurs conséquences historiques.
  • En 2008, le groupe Ez3kiel cite Dolly dans sa musique  » Versus  » .

Publié dans MOUTON | Pas de Commentaire »

Troupeau de moutons

Posté par othoharmonie le 24 février 2012

 

Chrysoma Ulysse a combattu le cyclope Poplyphème

Le cyclope Polyphème était le fils du dieu Poséidon et de la nymphe Thoosa. Selon le mythe, il était gigantesque et se nourissait de chair humaine.

Troupeau de moutons dans MOUTON 220px-Suovetaurile_LouvreComme tous les cyclopes, il n’avait qu’un seul oeil situé au centre de son front. Il faisait paître son troupeau de moutons sur le mont Etna, près de la caverne où il habitait.

Il est le plus populaire des cyclopes car il a combattu le héros Ulysse dans son odyssée de retour.

Ulysse avait débarqué avec son équipage sur les terres de celui-ci et trouvèrent la grotte. Le monstre revient avec son troupeau et les surprend.

Disant se nommer ‘personne’, Ulysse lui demanda de pouvoir rester se reposer un peu. Polyphème s’empara de deux membres du groupe et les dévora sur le champ. Puis il plaça une grosse pierre devant l’entrée de la caverne pour les garder prisonniers.

Le cyclope dévora plusieurs des membres de l’équipage, quand il but du vin au point de s’enivrer et de tomber endormi. A l’aide d’un tronc d’arbre qu’ils ont aiguisé, ils crevèrent l’oeil du monstre qui dormait.

Polyphème complètement aveugle laissa ses moutons sortir en touchant leur dos pour s’assurer de ne pas laisser sortir les intrus de la caverne. Les aventuriers se sont donc accrochés sous les moutons pour s’enfuir.

Une fois dans leur embarcation et en direction de la haute mer, l’équipage se mit à lancer des injures au cyclope. Celui-ci lança de gros rochers en direction des voies, mais ils purent malgré tout s’enfuir. 

Polyphème demanda l’aide de ses frères pour se venger contre ‘personne’, et ceux-ci pensait qu’il était devenu fou. Il demanda à son père Poséidon de le venger, et déchaîna plusieurs tempêtes redoutables contre le héros.

 220px-Liten_askenasisk_sjofar_5380 dans MOUTONllos

Dans la mythologie grecque, Chrysomallos (en grec ancien Χρυσόμαλλος / Khrusómallos, de χρυσός / khrusós, « l’or » et de μαλλός / mallós, « la touffe de laine ») est une créature fantastique douée de parole et représentée comme un bélier ailé à la toison d’or et aux cornes d’or.

Légende

Il apparaît pour la première fois lorsqu’il est convoqué par le dieu Hermès : celui-ci lui donna pour mission de sauver les enfants de Néphélé. Mais seul Phrixos survécut. Et celui-ci fit sacrifier le bélier en l’honneur de Zeus.

La Toison de Chrysomallos fut donnée à Éétès : c’est la fameuse Toison d’or.

Publié dans MOUTON | Pas de Commentaire »

Mouton-Rothschild

Posté par othoharmonie le 24 février 2012

Premier Grand Cru Classé de Pauillac

« Premier je suis, second je fus, Mouton ne change…. »

 

Image illustrative de l'article Château Mouton RothschildChâteau Mouton Rothschild est l’un des plus célèbres vins au monde. En 1893, le Baron Nathaniel de Rothschild acquièrt à Pauillac le Château Brane-Mouton qu’il nomme aussitôt Château Mouton Rothschild . En 1922, le Baron Philippe de Rothschild, âgé d’à peine 20 ans, s’investit pleinement dans la propriété. Le meilleur second cru classé du classement de 1855 obtient son entrée dans le club des premiers crus classés en 1973 grâce à un décret signé par Jacques Chirac. Château Mouton Rothschild est connu depuis 1945 pour afficher chaque année sur sa bouteille, une étiquette réalisée par un grand artiste comme Picasso, Miró ou Warhol. Château Mouton Rothschild est aujourd’hui la propriété de la Baronne Philippine de Rothschild. Philippe Dalhuin est aux manettes de la propriété depuis 2004, il assure une constance irréprochable à ce merveilleux cru de Pauillac. L’arrivée de Philippe Dalhuin, ancien directeur de Château Branaire-Ducru, a permis aux vins de cette légende de Pauillac de renouer avec les sommets. Un important travail dans les chais ainsi qu’une sélection encore plus rigoureuse ont permis de rendre les vins de Mouton encore plus harmonieux et plus précis. Très recherchés, les vins de Mouton Rothschild ont définitivement renoués avec leur devis : Premier je suis, second je fus, Mouton ne change. Château Mouton Rothschild réalise son second vin, Le Petit Mouton, qui lui aussi a fait d’énormes progrès.

Publié dans MOUTON | Pas de Commentaire »

Mouton animal totem

Posté par othoharmonie le 24 février 2012

Fichier:Ansdell Richard A Ewe with Lambs and A Heron Beside A Loch.jpgS’il est votre animal totem, vous êtes paisible et modeste. Vous apportez chaleur, amour et sécurité à votre famille et sacrifiez volontairement vos besoins pour satisfaire les siens. Vous appréciez la compassion et le service. Vos proches font l’expérience de vos éclats spontanés de joie et apprennent de vous comment profiter des plaisirs simples. Vous aimez célébrer les nouveaux commencements, comme le premier jour du printemps. Vous êtes une source de réconfort et de consolation lorsque la mort est imminente, car vous comprenez le voyage de l’âme dans l’au-delà.

IL PEUT VOUS AIDER A :
- mieux exprimer vos émotions, surtout la joie et le bonheur.
- profiter des plaisirs de tous les jours.
- mettre votre éducation et vos talents au service des autres.
- accepter l’amour et la protection d’autrui.

ACCEDEZ A SON POUVOIR EN :
- guérissant les blessures du passé avec l’aide d’un thérapeute ou d’un conseiller.
- pardonnant les membres de la famille et en éliminant tout sentiment négatif à leur égard.

EN TANT QUE GUERISSEUR :
- purifie le corps.
- aide à guérir du mauvais traitement. Gif moutons

EN TANT QUE GARDIEN OU PROTECTEUR :
- protège contre la violence.
- garde votre groupe social.

Publié dans MOUTON | Pas de Commentaire »

Mouton et bien-être

Posté par othoharmonie le 24 février 2012

 

Gif moutonsLes meilleures pâtures pour les moutons ne sont pas des prairies de graminées mais des mélanges de graminées et d’autres plantes herbacées de type dicotylédones. Les types de pâtures où les moutons sont élevés varient fortement, de pâturages semés intentionnellement à leur intention à des zones naturelles parfois très pauvres. Les plantes toxiques les plus communes pour les moutons sont présentes dans la plupart du monde et comprennent (sans s’y limiter) les glands de chêne, les tomates, l’if, la rhubarbe, les pommes de terre et les rhododendrons.

Les moutons sont des herbivores qui se nourrissent essentiellement d’herbe broutée au ras du sol, contrairement à d’autres ruminants apparentés comme les chèvres et les chevreuils qui se nourrissent plutôt de feuilles. Avec une face beaucoup plus fine que les vaches, les moutons coupent l’herbe plus près du sol et épuisent plus rapidement les pâturages que les bovins. Pour cette raison, de nombreux bergers utilisent le système de pâtures tournantes où un troupeau occupe successivement les prairies, ce qui donne le temps aux plantes de récupérer.

Mouton et bien-être dans MOUTON 270px-Child_and_eweParadoxalement, les moutons peuvent à la fois être la cause de la propagation ou de la disparition d’espèces végétales envahissantes. En piétinant et coupant la végétation naturelle des pâturages, les moutons et autres animaux d’élevage favorisent l’apparition de plantes envahissantes. Toutefois, les moutons préfèrent souvent manger les espèces envahissantes telles, pour les États-Unis, les bromes, l’euphorbe âcre, les puéraires et les centaurées maculées qui remplacent des espèces naturelles telles que les armoises, et dans ce cas le pâturage des moutons un moyen efficace de restauration de la végétation naturelle.

En dehors des fourrages, l’autre aliment de base pour les ovins est le foin, surtout pendant les mois d’hiver. Tous les moutons peuvent survivre en pâture l’hiver mais pour des questions de rentabilité, il est plus facile de les rentrer et de les nourrir d’herbes séchées. La plupart des régimes alimentaires des moutons comprennent un apport de minéraux, soit incorporés dans le reste de l’alimentation soit en pierres à lécher.

Fichier:Sheep Shaf Mouton.JPGÉvidemment, les moutons ont besoin d’une source permanente d’eau potable à leur disposition. La quantité d’eau nécessaire pour les moutons varie avec la saison et le type et la qualité des aliments consommés. Lorsque les moutons se nourrissent de grandes quantités d’herbes fraîches et en saison humide (notamment avec la rosée matinale, les moutons se nourrissant beaucoup dès l’aube), ils ont moins besoin d’eau. Lorsque les moutons sont parqués ou mangent de grandes quantités de foin sec, ils ont besoin de plus d’eau. Les moutons ont besoin d’eau propre, et peuvent refuser de boire de l’eau qui est couverte d’écumes ou d’algues.

Publié dans MOUTON | Pas de Commentaire »

Histoire du mouton

Posté par othoharmonie le 24 février 2012

 

Fichier:PECORE-SHEEPS-CORDEIROS-01.JPGLes moutons ont été parmi les premiers animaux à être domestiqués par l’homme; des sources fournissent une domestication datant d’entre neuf et onze mille ans en Mésopotamie. L’espèce a plusieurs caractéristiques, comme un manque relatif d’agressivité, une taille gérable, une maturité sexuelle précoce, un caractère sociable et des taux de reproduction élevés, qui font qu’elle est particulièrement facile à apprivoiser. Aujourd’hui, Ovis aries est une espèce entièrement domestiquée, un animal qui est largement tributaire de l’homme pour sa santé et sa survie. De petites populations sauvages de moutons existent encore mais uniquement dans des zones dépourvues de prédateurs (habituellement des îles). Les populations de moutons sauvages n’ont jamais atteint l’ampleur de celles des chevaux sauvages, des chèvres, des porcs ou de chiens.

Les détails sur la descendance des moutons depuis leurs ancêtres sauvages sont actuellement peu connus. L’hypothèse la plus communément admise est que Ovis aries descend des espèces de mouflons d’Europe et d’Asie. On a également supposé que le mouflon européen est une ancienne espèce de moutons domestiques retournée à l’état sauvage plutôt que le contraire.

Quelques races de moutons, comme le Castlemilk Moorit d’Écosse, sont le résultat de croisements de moutons avec des espèces sauvages de mouflons européens. On pensait que l’urial (Ovis vignei) avait pu être un ancêtre de mouton actuel car il y a quelquefois des croisements mouton-urial en Iran. Toutefois, l’urial, l’argali (Ovis ammon) et le mouflon des neiges (Ovis nivicola) ont un nombre différent de chromosomes de celui d’Ovis aries, ce qui rend une relation directe invraisemblable et les études phylogénétiques ne montrent aucun signe d’ascendance de l’urial chez le mouton. D’autres études comparant les races de moutons d’Europe et d’Asie ont montré d’importantes différences génétiques entre les deux. Deux explications à ce phénomène ont été proposées. La première est qu’il y a actuellement une espèce ou des sous-espèces de moutons sauvages inconnus qui ont contribué à la formation de l’espèce ovine domestique. Une deuxième hypothèse suggère que cette variation soit le résultat de plusieurs vagues de captures de mouflons dans la nature, de façon semblable à celle d’autres animaux d’élevage.

Gif moutonsAu départ, les moutons ont été élevés uniquement pour leur viande, leur lait et leur peau. Les stèles trouvées sur les sites archéologiques iraniens donnent à penser que les premières sélections de moutons pour leur laine peuvent avoir commencé environ VIe millénaire av. J.-C., mais les premiers vêtements de laine ont été tissés seulement deux à trois mille ans plus tard. À l’âge de bronze, les moutons avaient toutes les caractéristiques principales des races modernes et étaient largement répandus dans toute l’Asie occidentale. Toutefois, il existe une différence essentielle sur les techniques de recueil de la laine entre les moutons actuels et les moutons d’autrefois. Les premiers moutons ne pouvaient pas être tondus et devaient avoir leur laine recueillie à la main dans un processus de délainage. La laine pouvait également être recueillie sur le sol après sa chute. Ce trait survit aujourd’hui dans quelques races telles que le Soay. En effet, le Soay, ainsi que d’autres races d’Europe du Nord ont la queue courte, une toison qui ne peut être tondue, une petite taille et des cornes dans les deux sexes rappelant étroitement les anciens moutons. À l’origine, le tissage et la filature de Gif moutonslaine était un art pratiqué à la maison, avant d’être une technique industrielle. Les Babyloniens, les Sumériens, les Perses dépendaient de l’élevage des moutons et, bien que le lin ait été le premier tissu à être façonné pour l’habillement, la laine était un produit prisé. L’élevage de troupeaux pour leur toison a été une des premières industries et les troupeaux étaient un moyen d’échange dans l’économie de troc. De nombreuses figures bibliques avaient de grands troupeaux et les sujets du roi d’Israël étaient imposés en fonction du nombre de béliers qu’ils possédaient.

Publié dans MOUTON | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello