Mouton des Amériques

Posté par othoharmonie le 22 février 2012

Mouton des Amériques dans MOUTON 220px-Aberdeen_ramAucun des espèces ovines originaire d’Amérique n’a jamais été domestiquée, bien qu’elles soient plus proches génétiquement du mouton domestique que de nombreuses espèces ovines d’Asie et d’Europe. La première race de mouton arrivée en Amérique du Nord est probablement la race Churra arrivée avec Christophe Colomb lors de son deuxième voyage en 1493. Le deuxième lot de moutons arriva avec Hernán Cortés en 1519 au Mexique. Il ne semble pas y avoir eu de commerce de laine ou d’animaux entre les populations locales, mais les troupeaux vont se propager dans tout ce qui est maintenant le Mexique et le sud-ouest des États-Unis avec les colons espagnols. La race Churra a également été introduite dans la tribu amérindienne Navajo et est devenue une partie essentielle de leurs moyens de subsistance et de leur culture. L’actuelle race Navajo-Churro est le résultat de ce patrimoine.

Amérique du Nord

Fichier:Mutton bustin.jpgLe transport suivant de moutons vers l’Amérique du Nord n’aura lieu qu’en 1607, avec le voyage du Susan Conant en Virginie. Toutefois, les moutons qui sont arrivés au cours de cette année là ont tous été abattus à cause de la famine et aucun troupeau permanent ne put s’installer dans la colonie pendant deux ans, jusqu’en 1609. En 1611, les colons avaient porté leur cheptel à 400 têtes. En 1640, il y avait environ 100 000 moutons dans les 13 colonies et, en 1662, on construisit une usine de laine à Watertown, au Massachusetts. Pendant les périodes de troubles politiques et de guerre civile en Grande-Bretagne dans les années 1640-1650, le commerce maritime a été perturbé et les colons ont jugé urgent de démarrer leur propre production de laine pour leurs vêtements. De nombreuses îles au large de la côte ont été débarrassées de leurs prédateurs pour y mettre les moutons en sécurité: Nantucket, Long Island, Martha’s Vineyard et les petites îles à Boston Harbor en sont été les principaux exemples. Il reste quelques rares races de moutons américains, comme le Hog Island qui sont le résultat de ces troupeaux insulaires. La mise de moutons et de chèvres en liberté dans les îles était une pratique courante de la colonisation au cours de cette période. Dès le début, le gouvernement britannique va interdire l’exportation de moutons ou de laine vers l’Amérique pour empêcher toute tentative de concurrence avec les îles Britanniques. C’est une des nombreuses mesures commerciales restrictives qui ont précipité la Révolution américaine, car l’industrie du mouton a continué d’augmenter en dépit des interdictions.

Peu à peu, à partir des années 1800, la production ovine va migrer vers l’ouest des États-Unis. Aujourd’hui, la grande majorité des troupeaux vit dans la partie occidentale du pays. Au cours de cette migration vers l’ouest, la concurrence entre les éleveurs d’ovins et de bovidés va devenir plus vive, pouvant s’achever parfois en guerres rangées. En dehors de la simple concurrence pour les pâturages et les droits sur l’eau, les éleveurs de bovidés pensaient que les sécrétions des glandes des pieds des moutons rendaient impropres les terrains aux bovidés.

Lorsque la production ovine fut bien installée sur l’ouest des États-Unis, elle s’adapta à d’autres coutumes de l’ouest américain comme le rodéo. Dans l’Amérique d’aujourd’hui, un événement traditionnel amusent certains, c’est les rodéos de mouton dans lesquels les enfants concourent pour voir qui peut rester le plus longtemps sur le dos d’un mouton avant de tomber.

Une autre conséquence du mouvement vers l’ouest des troupeaux de moutons en Amérique du Nord a été le déclin des espèces sauvages comme le mouflon canadien (Ovis canadensis). La plupart des maladies de l’espèce ovine domestique sont transmissibles aux ovins sauvages, et ces maladies, ainsi que le surpâturage et la perte de leur habitat, ont été cités comme les principaux facteurs de la chute du nombre de mouflons américains. La production ovine a atteint un sommet en Amérique du Nord au cours des années 1940-1950 avec 55 millions de têtes. Depuis, et encore aujourd’hui, le nombre de moutons ne cesse de diminuer avec la baisse du prix de la laine et la diminution de la consommation de viande ovine.

Amérique du Sud

220px-Merino_New_Zealand dans MOUTONEn Amérique du Sud et en particulier en Patagonie, l’élevage du mouton est une industrie encore active. L’élevage du mouton a été largement favorisé sur cette partie du continent américain par l’immigration espagnole et britannique, populations dont les pays d’origine avaient une importante industrie de l’élevage du mouton à cette époque. L’Amérique du Sud a un assez grand nombre de moutons, mais la nation ayant le plus important cheptel ovin en 2004 (le Brésil) avait à peine plus de 15 millions de têtes, beaucoup moins que la plupart des grands pays d’élevage. Les principaux défis que doivent relever les éleveurs de moutons d’Amérique du Sud sont la baisse phénoménale du prix de la laine à la fin du XXe siècle et la destruction de l’habitat par l’exploitation forestière et le surpâturage. La région sud-américaine la plus importante internationalement pour l’élevage du mouton est la Patagonie, qui a été la première à rebondir après la chute des prix de la laine. Avec simplement quelques rares prédateurs et pratiquement aucune concurrence pour les pâturages (le seul mammifère rival est le guanaco), la région est la mieux adaptée au monde pour élever des moutons surtout la région du rio de la Plata dans la Pampa. La production ovine en Patagonie a culminé en 1952 à plus de 21 millions de têtes, mais est revenue à moins de dix millions aujourd’hui. La plupart des éleveurs se concentrent sur la production de laine de moutons Mérinos et Corriedale pour l’exportation mais la rentabilité a diminué avec la baisse du prix de la laine, tandis que l’industrie du gros bétail continue de croître.

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello