• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 6 janvier 2012

Message des abeilles

Posté par othoharmonie le 6 janvier 2012

imagesDepuis des millions d’années, je vole à travers les champs afin d’embraser l’âme de mon groupe aux fleurs.

Par ma pompe, ô fleurs, je vous embrasse d’un cœur de feu ardent, tel un baiser éternel où vous me donnez votre nectar solaire, m’unifiant ainsi au tout, me rappelant d’où je viens et comment j’étais créée : d’une union de ma reine sous le Soleil.

Ô fleurs, vous faites de moi un messager de l’Amour, vous me confiez votre pollen comme si c’était votre cœur afin de le partager avec vos consœurs fleurs et arbres.

 Je permets ainsi à la Terre de fleurir sous un arc en ciel de couleurs à enivrer nos coeurs.

 Par votre partage, vous permettez de faire vivre ma collectivité, en échange je deviens votre messager de l’Amour éternel.

Signé l’abeille !

Publié dans ABEILLES | 1 Commentaire »

La nature et les abeilles

Posté par othoharmonie le 6 janvier 2012

issu des Annales Akashiques par Jen Eramith – Traduction Anne Duquesne
 
Pourquoi un si grand nombre d’abeilles est-il en train de mourir en ce moment sur la Planète Terre ?

abeille-sur-fleur-dasterLa réponse est que leur cycle naturel est perturbé. Il est perturbé en raison de facteurs multiples, dont les polluants chimiques et des interrupteurs de rayonnement dans l’environnement. Les abeilles utilisent des signaux chimiques et des signaux de rayonnement pour leur dire quand accomplir différentes tâches, quand se mettre en sommeil, quand être actives et comment trouver ce qu’elles recherchent. Les substances chimiques et le rayonnement qui ont été ajoutés à votre atmosphère interrompent ces cycles. Les abeilles sont généralement très sensibles aux UV. Il leur en faut une certaine quantité quand elles sont dehors au cours de la journée et pour leur dire quand rentrer le soir. Lorsqu’il y a un rayonnement supplémentaire dans l’atmosphère, même des ondes radio, les abeilles vont considérer qu’elles ont rempli la journée entière alors ²qu’elles ne sont sorties que depuis une demi-journée ou même moins. Aussi, elles ne recueillent pas assez d’éléments nutritifs pour couvrir leurs besoins pendant toute une saison. Au fil du temps, cela décime l’essaim. La génération d’abeilles suivante sera plus faible à la prochaine saison et donc encore plus sensible aux polluants chimiques et aux interrupteurs de rayonnements et ses compétences vont encore diminuer.

Plusieurs facteurs en jeu rendent les choses encore plus difficiles. Les abeilles sont une espèce indicatrice pour les êtres humains, parce que les êtres humains sont aussi multidimensionnels. Les êtres humains sont également très sensibles à de multiples facteurs. Vos rythmes circadiens, tout comme les rythmes des abeilles, ont été largement interrompus et votre santé est compromise. Une grande partie des problèmes de santé que vous voyez chez les êtres humains dans le monde aujourd’hui sont modifiés, ou même causés par l’interruption de vos rythmes circadiens. Parce que même si vous n’en êtes pas conscients, les êtres humains réagissent très vivement à différents niveaux de lumière et à leurs variations au cours de l’année. Vous répondez à différentes substances chimiques. Votre corps change complètement en fonction des différentes substances chimiques que vous rencontrez dans votre environnement.

Les abeilles sont très, très sensibles à la pollution chimique et aux radiations. Les êtres humains sont moins sensibles, mais beaucoup plus sensibles que vous ne l’imaginez. Il y a une grande leçon à tirer de ce que vous voyez arriver aux abeilles. Parce que les produits chimiques et les radiations qui les touchent vous affectent aussi. Les effets seront de plus en plus évidents au fil du temps si vous continuez à vous exposer à ces éléments qui interrompent le sain équilibre de vos rythmes naturels…

Seuls les membres ont accès à cette canalisation complète, qui explique comment le déclin de la population des abeilles (et d’autres interruptions des cycles naturels) aura une incidence sur la vie sur terre, y compris la vie humaine.

Pour accéder à toutes les Archives et lire la suite de ce dossier, devenez Membre d’Akashic Transformation ou, si vous êtes déjà membre, identifiez-vous maintenant.
Les sujets sont canalisés en fonction des questions que vous posez… Posez votre question aujourd’hui !

 

Source : http://www.anneduquesne.com/
Page d’origine : http://www.akashictransformations.net/page/ARonFREE

Publié dans ABEILLES | Pas de Commentaire »

Abeille, signe de la création

Posté par othoharmonie le 6 janvier 2012

 

 honeybee-525224_960_720Les abeilles sont irremplaçables et surtout indispensables… Pourquoi ?

 Car elles participent au bon fonctionnement du cycle végétal et animal.

Sans les abeilles, il n’y aurait pas la reproduction possible d’entre les plantes, ni le moment temps important pour la fécondation des plantes qu’elles quelles soient.

Bien sûr elles fabriquent du miel, qui purifie l’organisme et reste un aliment très sein et pur également, mais il est formellement déconseillé de tuer ou de chasser les abeilles pour cette cause ci que je viens d’énoncer.

 Si nous voulons garder une Terre naturelle et toujours vivante et surtout en pleine croissance et expansion alors pensez-y…

 Les abeilles dans la civilisation pharaonique ancienne étaient considérées comme des symboles et comme des signes venant des Dieux et de la toute puissance créatrice. Les abeilles et le miel sont considérés, encore de nos jours, comme un moyen de lutter contre les agressions extérieures du corps et de favoriser l’élimination des toxines du corps en le redynamisant.

 Tout comme le papillon ou toutes sortes d’insectes, selon mon expérience nous avons tendance “malheureusement” à croire que c’est un signe médiumnique  et à se persuader que ce sont bien des signes de Dieu ! Des signes de la puissance créatrice certes, mais médiumnique… ? Pourquoi pas.

 Prenons alors l’abeille, tout comme le papillon ou encore la chauve-souris ou la chouette, le hibou également comme des petits animaux ou cellules vivantes prêtent à nous donner un signe selon notre réceptivité. Si celui qui y croit pense que sa présence est un signe, alors très bien. Nous avons tous nos croyances, et celles-ci demeurent depuis la nuit des temps très ancrées dans nos moeurs…

 De même, que les petits rongeurs et mammifères nocturnes participent également à la démarche! Disons-nous plutôt que toutes ces espèces présentes à nos côtés sont là grâce à la puissance créatrice divine mais aussi pour nous rassurer des mauvais présages ou toutes autres sortes de mauvais sorts jetés contre nous.

  (Nous avons des abeilles en liberté qui volent au dessus de notre maison, signe de bon augure).

 

Publié dans ABEILLES | Pas de Commentaire »

Veau d’or

Posté par othoharmonie le 6 janvier 2012

 

Veau d'or dans VACHE - BOEUF.... 220px-Christofle-vache-troph%C3%A9eagricoleEnviron trois mois après avoir quitté l’Egypte, les Hébreux campent au pied du mont Sinaï. Moïse s’est déjà rendu une première fois sur cette montagne, lors de l’épisode du Buisson ardent. Délaissant momentanément son peuple, il y retourne une deuxième fois, et reçoit le code de l’Alliance, fondement de la Torah (la Loi divine). Pour sceller cette alliance, il sacrifie de jeunes taureaux. Puis il y revient une troisième fois, et Dieu (Yahvé) lui remet alors deux tables de pierre sur lesquelles est gravé le Décalogue (les Dix Paroles), qui stipule notamment : « Tu ne feras pas d’images de moi ». Il reste sur le Sinaï pendant quarante jours, et les Hébreux, au bas de la montagne, se croient abandonnés. Moïse serait-il mort ?

Inquiets pour leur avenir, ils ressentent le besoin d’un support spirituel. Aaron, le prêtre, menacé de mort (cela pourrait entraîner la disparition du sacerdoce), accède à leur demande : construire un veau en or, une représentation païenne par excellence, qui fait penser à Baal, souvent figuré par cet animal, ou aux taureaux divinisés d’Egypte,  Apis, Boukhis et Mnèvis. En redescendant du Sinaï, Moïse constate le sacrilège : son frère Aaron a construit un autel pour cette statue, autour de laquelle  dansent les Hébreux. Il parvient à calmer la colère de Dieu et, devant les siens, brise les tables,  dans VACHE - BOEUF....signifiant ainsi que l’Alliance est rompue. Il fait fondre le métal de l’idole, lequel, réduit en poudre, est mélangé à de l’eau que chaque Hébreu doit boire pour prouver son repentir. Moïse retourne sur le Sinaï, où Dieu lui remet deux autres tables identiques aux premières. L’Alliance est renouée. Cet épisode célèbre a bien entendu une grande portée religieuse : l’Alliance ne doit jamais cesser, les exigences de Dieu sont grandes, mais son amour et son pardon sont immenses.

Source : le Dictionnaire de Dieu par Pierre Chavot aux Editions France Loisirs.

 

Publié dans VACHE - BOEUF.... | 1 Commentaire »

Vache rousse de la Bible

Posté par othoharmonie le 6 janvier 2012

Vache rousse de la Bible dans VACHE - BOEUF.... 220px-CH_cow_2La Vache est un animal emblématique pour de nombreuses religions, en Inde comme en Egypte ancienne. Comme les moutons et les chèvres, elle fournit à la fois le lait, liquide nourricier, sa viande, et une peau réservée à de multiples usages. Il n’est donc pas étonnant de la voir figurer dans la Bible.

Ainsi, Josèph, petit-fils d’Abraham et fils de Jaco, s’installe en Egypte, où il prédit au pharaon sept années d’abondantes récoltes (symbolisées par sept « vaches grasses ») et sept années de disette (sept « vaches maigres ») – rejoint ensuite par son père et ses frères, il sera avec ces derniers, l’ancêtre des douze tribus qui formeront le pays d’Israël. Plus tard, quand les Hébreux vivent leur Exode dans le désert, est institué le sacrifice de la vache rousse, couleur liée traditionnellement, et injustement, au péché et au Malin. Dans la Bible, le livre des Nombres (19, 1-22) en décrit le déroulement. Cette vache doit avoir presque la couleur du sang (expression de la vie), ne comporter aucun défaut (poil blanc par exemple), et n’avoir jamais porté le joug, car elle aurait alors servi au domaine profane, c’est-à-dire non sacré.

Elle est ensuite sacrifiée et entièrement brûlée ; ses cendres, mélangées à de l’eau, servent alors à composer une préparation destinée à purifier ceux qui ont été au contact d’un cadavre, humain ou animal ; on y ajoute du bois de cèdre, symbole de résistance, et de l’hysope, plante odorante qui sert à purifier les lépreux (maladie considérée comme un châtiment de Dieu). Cette pratique, ou « offrande d’expiation » (hattat en hébreu) ; fut poursuivie dans le Temple de Jérusalem, et pris fin après la destruction de celui-ci (70 apr. JC). Dans la Michnah (commentaires des rabbins du IIIè siècle av. JC à la fin du IIè siècle de notre ère), le traité Parah (« vache »), intégré dans l’ordre Tohorot, s’intéresse à la manière de choisir, d’abattre et brûler les vaches rousses.

Selon ces écrits, le rite de la vache rousse, considéré comme majeur, était si difficile à appréhender pour les humains que, dit-on, même Salomon, le roi réputé pour sa sagesse, ne pouvait le comprendre.

Le christianisme n’a pas retenu ce sacrifice. Dans le Nouveau Testament, l’épître aux Hébreux (9, 13-14) est claire : le sang versé par le Christ, qui s’est volontairement sacrifié pour le salut des hommes, est infiniment plus purificateur.

220px-Jersey_cow_and_her_calf dans VACHE - BOEUF....Enfin, la Vache (al-Baqara) est le titre de la 2è sourate (chapitre) du Coran, la plus longue avec ses 286 versets. Après avoir évoqué le mystère de Dieu et les fondements de l’islam (aumône, dénonciation de l’incrédulité, nécessité de louer le Dieu créateur, paradis et enfer…), cette sourate se penche ensuite sur Moïse et sur la vache rousse (67-73), puis sur d’autres éléments essentiels, comme la révélation du Coran, le pouvoir qu’a Dieu d’abroger des versets du Coran, la quibla, direction de la Kaaba (sanctuaire) de La Mecque, où se tournent les prières des musulmans, le pèlerinage à La Mecque (Hadjj),la communauté musulmane (oumma), la condition des femmes. Nous y retrouvons aussi Abraham, le père des croyants (juifs, chrétiens et musulmans), Saül, le premier roi d’Israël, Goliath, l’ennemi abattu par David, Jésus, les « gens du Livre » (ahl al-Kitab), c’est-à-dire juifs et chrétiens, et enfin le démon,  source du mal.

 

Source : le Dictionnaire de Dieu par Pierre Chavot aux Editions France Loisirs.

Publié dans VACHE - BOEUF.... | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello