• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 5 janvier 2012

Araignée de la Création

Posté par othoharmonie le 5 janvier 2012

 

Areop-Enap ou Areow Eñab est une divinité araignée de la mythologie nauruane à l’origine de la création du monde. Areop-Enap est un nom nauruan qui signifie en français « vieille araignée ».

 Cosmogonie

  Nesticus eremitaÀ l’origine du monde, celui-ci est constitué d’une vaste étendue d’eau. L’araignée nommée Areop-Enap, plongée dans l’obscurité, cherche alors à se nourrir et trouve un objet arrondi qu’elle ramasse. Elle l’examine sans succès de tous les côtés pour trouver une ouverture et voir l’intérieur. L’objet, qui s’avère être un bénitier, sonne creux lorsque Areop-Enap tape dessus et elle en conclut qu’il est vide. Finalement, en usant de charme et de diplomatie, le coquillage s’entrouvre et Areop-Enap se glisse à l’intérieur (ou Areop-Enap est happé par la moule selon une autre version).

 Le coquillage refusant de se rouvrir, Areop-Enap entreprend d’explorer à tâtons cet endroit sombre et étroit et trouve un petit escargot. Au lieu de le manger, elle le recueille entre ses pattes et dort ainsi durant trois jours afin de se renforcer aux côtés de cet autre être ancien. Délaissant le petit escargot, elle continue ensuite ses recherches, trouve un plus grand escargot et dort de la même manière à ses côtés pendant trois jours. Après une demande de l’araignée, le petit escargot parvient à ouvrir légèrement le bénitier. Pour le récompenser, Areop-Enap le transforme en Lune en le plaçant dans la partie occidentale du ciel.

 Avec le peu de lumière qui éclaire ainsi l’intérieur du coquillage, Areop-Enap aperçoit un ver ou une chenille qu’il appelle Rigi. Il lance alors un sort à Rigi pour le rendre plus fort et qu’il puisse ainsi ouvrir la moule. Rigi place ainsi sa tête contre la valve supérieure et sa queue contre la valve inférieure mais la moule résiste. Rigi commence à transpirer au point que sa sueur forme une flaque, puis un lac et enfin une mer. La salinité de la mer force la moule à s’ouvrir ce qui la tue. Areop-Enap crée alors la Terre à partir de la valve inférieure, le ciel avec la valve supérieure et le Soleil à partir du grand escargot qu’il place dans la partie orientale du ciel. La chair de la moule sert à fabriquer les îles et Areop-Ena Conculus lyugadinusp utilise sa soie pour créer la végétation. Areop-Enap, se rendant alors compte que Rigi est mort d’épuisement, l’enveloppe dans un cocon et le place dans le ciel pour former la Voie lactée.

 Une fois le monde en place, Areop-Enap crée les humains avec des pierres pour que ceux-ci soulèvent encore plus le ciel et découvre qu’il existe d’autres créatures dans ce monde récent. Areop-Enap crée alors une créature ailée à partir de la poussière présente sous ses ongles afin que celle-ci harcèle toutes les créatures. Ces dernières se rassemblent toutes dans le but de la tuer et Areop-Enap peut ainsi connaitre tous les noms des habitants du monde.

Publié dans ARAIGNEE | Pas de Commentaire »

Victor Hugo aime l’Araignée

Posté par othoharmonie le 5 janvier 2012

 

Victor Hugo aime l'Araignée dans ARAIGNEE 220px-White_tailed_spiderIl s’agit d’un poème de Victor Hugo, célèbre poète du XIXe siècle, chef de file du mouvement romantique. Ce texte, J’aime l’araignée, composé de sept quatrains alternant décasyllabes et pentasyllabes en des rimes croisées, est extrait d’un recueil, Les Contemplations, publié durant l’exil de l’écrivain en 1856, et plus précisément du livre III, Les luttes et les rêves. Il semble en effet que, à travers cette oeuvre, l’auteur tente de lutter contre les préjugés des hommes envers les êtres rejetés que sont les araignées et les orties.

C’est pourquoi il convient de se demander comment Victor Hugo parvient, en exprimant une compassion paradoxale à l’égard de ces créatures, à inviter le lecteur à adopter une vision nouvelle de l’araignée et de l’ortie. Nous répondrons à cette question tout d’abord en étudiant l’expression de l’amour et de la compassion paradoxales du poète pour ces deux êtres ; puis la manière avec laquelle il tente de convaincre le lecteur de les percevoir autrement.

Introduction

I) L’amour et la compassion du poète pour l’araignée et…

Voir la version complète

 

Victor Hugo, J’Aime L’Araignée

J’aime l’araignée et j’aime l’ortie,
Parce qu’on les hait ;
Et que rien n’exauce et que tout châtie
Leur morne souhait ;

Parce qu’elles sont maudites, chétives,
Noirs êtres rampants ;
Parce qu’elles sont les tristes captives
De leur guet-apens ;

Parce qu’elles sont prises dans leur oeuvre ;
O sort ! fatals noeuds !
Parce que l’ortie est une couleuvre,
L’araignée un gueux ;

Parce qu’elles ont l’ombre des abîmes,
Parce qu’on les fuit,
Parce qu’elles sont toutes deux victimes
De la sombre nuit.

Passants, faites grâce à la plante obscure,
Au pauvre animal.
Plaignez la laideur, plaignez la piqûre,
Oh ! plaignez le mal !

Il n’est rien qui n’ait sa mélancolie ;
Tout veut un baiser.
Dans leur fauve horreur, pour peu qu’on oublie
De les écraser,

Pour peu qu’on leur jette un oeil moins superbe1,
Tout bas, loin du jour,
La mauvaise bête et la mauvaise herbe
Murmurent : Amour !

 Heteropoda sp.

Publié dans ARAIGNEE | Pas de Commentaire »

Araignée rouge

Posté par othoharmonie le 5 janvier 2012

 

Araignée rouge dans ARAIGNEEL’araignée rouge est un minuscule acarien qui parasite les plantes de jardin, de serre et d’intérieur. En suçant la sève, elle provoque un jaunissement des feuilles. On peut en prévenir l’apparition avec des vaporisations régulières, mais les infestations importantes doivent faire l’objet d’un traitement.

 Les araignées rouges, Tetranychus urticae, sont de redoutables ravageurs qui peuvent parasiter les plantes, les arbustes et les arbres (notamment les conifères) du jardin durant la belle saison, ainsi que les plantes sous serre ou d’intérieur. Ce ne sont pas des insectes : les araignées rouges appartiennent à la famille des Arachnides, et plus précisément à l’ordre des Acariens. Elles se nourrissent des tissus de la plante et surtout de sa sève.

 Ce parasite est difficilement visible à l’oeil nu, car les individus adultes sont d’une taille inférieure au millimètre ! Leur couleur est variable selon la plante dont ils sucent la sève : vert pâle ou vert foncé, jaune, orange, rouge, brun foncé…

 L’araignée rouge apprécie une atmosphère chaude et sèche. Les plantes placées au soleil ou sur le rebord d’une fenêtre seront des victimes de choix.

 En situation « favorable », la vitesse de multiplication de ces ravageurs peut être très importante, et l’infestation devenir rapidement massive.

 Les araignées rouges se déplacent peu d’une plante à l’autre, toutefois, une plante infestée peut contaminer ses voisines (adultes tombant au sol et se déplaçant vers une autre plante, migration via un vecteur extérieur comme un outil, un vêtement….).

 Prévention et traitement

 dans ARAIGNEELes araignées rouges détestent l’humidité, on peut donc, en prévention, vaporiser régulièrement les plantes d’intérieur ou de serre, ou celles du jardin en cas de temps sec prolongé. Plusieurs vaporisations d’eau successives peuvent aussi suffire à enrayer une faible infestation.

 Si le stade est trop avancé, il faudra recourir à un acaricide spécifique, comme le dicofol ou le cyhexatin (mais attention, les araignées rouges ont développé des résistances à certains traitements chimiques, il est donc conseillé d’alterner les substances actives).

 En lutte biologique, vous pouvez utiliser un prédateur naturel de l’araignée rouge : Phytoselulus persimillis. Cette petite araignée se nourrit des oeufs, les larves et des adultes de l’araignée rouge, et son appétit vorace couplé à une forte capacité reproductive lui permet de venir à bout du parasite… Revers de la médaille, ce prédateur meurt souvent de faim après avoir détruit les populations d’araignées rouges, et il sera nécessaire de le réintroduire lors de la prochaine attaque.

 En savoir plus…

Le cycle de vie de l’araignée rouge se compose de 4 stades : l’oeuf, la larve, la première nymphe (protonymphe), la seconde nymphe (deutonymphe), puis l’adulte. Les individus adultes sont minuscules; ils possèdent 4 paires de pattes, sont mobiles et leur couleur est variable.

 L’araignée carmin, Tetranychus cinnabarinus, cousine de l’araignée rouge, lui ressemble beaucoup et cause des dommages similaires (voire plus importants).

 La température influence beaucoup leur vitesse de multiplication. Ainsi, elles ne se développent pas en dessous de 12°C ; à 15°C, il faut 36 jours entre la ponte de l’oeuf et le stade adulte, pour seulement 7 jours à 30°C. Quand les conditions sont idéales, une seule femelle peut pondre jusqu’à 100 oeufs durant sa courte vie, d’où une vitesse de multiplication qui peut être très importante…

 Lorsque la température baisse trop, ou si la nourriture se fait rare, les femelles peuvent entrer en hibernation. Elles quittent alors la plante pour gagner un endroit protégé et s’y cacher en attendant que les conditions redeviennent favorables.

 Des oeufs, de forme ronde, peuvent être présents à la face inférieure des feuilles : aussitôt après la ponte, ils sont transparents et incolores, puis ils s’opacifient au fil des jours pour devenir jaune juste avant l’éclosion. Les larves et les nymphes se rencontrent plutôt sur les feuilles, quant aux adultes, ils se déplacent le long des feuilles et des tiges, sur de fines toiles.

                                                                  araignee-gif-003

Publié dans ARAIGNEE | Pas de Commentaire »

Araignée bénéfique à l’homme

Posté par othoharmonie le 5 janvier 2012

  

L’araignée tissant le destin de grands personnages historiques.

Araignée bénéfique à l'homme dans ARAIGNEE 180px-MILAN_Jean-Jacques_Pisaura_mirabilis_2Le Coran raconte que le prophète Mahomet qui vécu de 570 à 632 du sa survie à une araignée. En effet en 610 (date à laquelle il commença son apostolat) alors qu’il dut fuir sa ville, pourchassé par les Koraïchites, une araignée qu’il eut le bon sens de suivre le mena dans une grotte bien cachée. C’est ainsi qu’il réussit à survivre pour fonder l’une des grandes religions révélées.

Plus proche de nous historiquement et géographiquement l’araignée a joué un rôle important dans l’affirmation de la souveraineté de l’Écosse au onzième siècle en stimulant l’un des grands rois unionistes de l’Écosse, Robert Bruce. En effet, selon la légende lors d’un jour de cafard, ce dernier était couché dans l’herbe déprimé après une nouvelle défaite contre un duc anglais. Il restait là remâchant de sombres pensées pleines de défaitisme quand soudain il remarqua une araignée qui tentait de construire sa toile dans les hautes herbes, l’animal devait recommencer sans cesse car le vent déchirait son ouvrage au fur et à mesure de sa construction. Voyant ce spectacle Robert Bruce décréta que si un si petit animal avait autant de détermination, un homme ne pouvait en avoir moins. Fort de ce constat, il reprit espoir, rassembla ses troupes et réussit à garantir l’indépendance de l’Écosse pour plusieurs siècles jusqu’à que les luttes de clans ne déchirent l’unité en 1370.

 

L’araignée, muse d’écrivains célèbres.

262px-Argiope_bruennichi_%28white_background%29 dans ARAIGNEELovecraft, fondateur de grands mythes fantastiques à écrit un poème sur une araignée qui vivait dans la chambre où il travaillait, cet oeuvre est superbe car elle exprime la solitude de ce pauvre écrivain mort avant de vraiment devenir célèbre. En effet, Dans ce long poème ce génial auteur désespère de ne plus voir son amie à huit pattes dans son petit cocon douillet et se montre très attristé par la disparition de cette compagne inhabituelle.

Victor Hugo s’est lui aussi laissé inspiré par l’araignée en écrivant « Une grosse araignée noire, velue, horrible. Pauvre bête se n’est pas sa faute. » par cette phrase il se moque de la peur ridicule et injustifiée que l’homme ressent vis à vis de cet animal incompris.

 

Publié dans ARAIGNEE | Pas de Commentaire »

Araignée, être inoffensif

Posté par othoharmonie le 5 janvier 2012

Avant d’aller plus loin, tordons le cou à deux idées reçues sur les araignées ; sa venimosité et son inutilité.

 

Araignée, être inoffensif dans ARAIGNEE 192px-MILAN_Jean-Jacques_Pisaura_mirabilis_3La soi-disant venimosité de l’araignée est la cause première des répugnances qu’elle nous inspire, mais même s’il est vrai que cet animal est muni de deux crochets donnant une mort rapide à ses proies, ce venin est cependant sans gravité sur les humains car sur les 50 000 espèces décrites, seules une demi-douzaine sont dangereuses pour l’homme. Et pour finir de vous rassurer, sachez que parmi les plus de 800 espèces recensées en France, seules 12 d’entre elles peuvent pénétrer notre peau. En effet, la plupart des araignées ne disposent pas de crochets venimeux assez longs, effilés et puissants pour transpercer notre peau, c’est ainsi que quand on parle de piqûres d’araignées, la plupart du temps il ne s’agit que d’une légère irritation causée par l’injection de venin entre le derme et l’épiderme, et sous réserve d’une réaction allergique cet accident est tout à fait bénin. 

 

Il faut cependant reconnaître que même en France certaines espèces présentent des dangers pour l’homme, citons par exemple la malmignatte (photo) espèce méridionale de la fameuse veuve noire, vivant dans les sillons des champs en Corse et étant à l’origine de quelques accidents, c’est aussi le cas pour le théridion lugubre (photo) qui si l’on se réfère à L. Dufour a causé lui aussi de sérieuses frayeurs aux montagnards de la Catalogne ainsi que dans la région d’Avignon. Et tout près de nos frontières, n’oublions pas non plus la tarentule qui vit en Italie et peut provoquer chez la personne piquée des accès convulsifs qui, selon la légende ont pour remède certains airs spéciaux de musique. Cette thérapeutique étrange héritée d’un médecin des Calabre semble être à l’origine de la tarentelle, mot qualifiant cette danse rapide et gaie ainsi que la musique qui l’accompagne.

 Mais aucun cas de décès entraîné par une morsure d’araignée originaire de france n’a jamais été recensé dans ce pays.

 240px-Pisaura_mirabilis_Luc_Viatour dans ARAIGNEEEn fait, en Europe les accidents relatifs aux piqûres d’araignées sont rares et souvent exagérés, l’araignée bien loin de nuire à l’homme est tout au contraire, et ce, de façon involontaire, un vaillant protecteur de sa santé. En effet, les araignées se nourrissent d’insectes volants et rampants qui en s’introduisant dans nos foyers amènent parasites et impuretés diverses, telle la mouche qui après avoir folâtré dans des déjections vient se poser dans votre assiette… ou la fourmi venant en éclaireuse pour chercher un nouveau garde-manger pour ses congénères… Et pour ceux qui détestent vraiment les araignées sachez que les trois espèces que nous allons étudier dévorent les autres araignées qui entrent dans vos maisons !!!

 Aux États-Unis la présence d’une espèce de tégénaire est encouragée dans les maisons car elle détruit une autre espèce de tégénaire tegenaria agrestis qui fait partie des trois espèces d’araignées d’Amérique du nord qui peuvent être à l’origine de mauvaises blessures pour l’homme.

 De plus même si l’on a depuis longtemps renoncé à utiliser la soie d’araignée pour confectionner des vêtement, cette dernière est sur le point de rendre un grand service à l’homme car après avoir découvert que certaines araignées produisaient des fils de soie proportionnellement plus solides qu’un câble d’acier. Certains scientifiques ont calculé qu’un filet constitué de fils d’araignées de l’épaisseur d’un crayon serait assez résistant pour arrêter un Boeing 747 en plein vol !!! l’armée américaine envisage sérieusement la confection de gilets pare-balles en soie d’araignée mais pour l’instant les chimistes étant incapables de synthétiser cette substance en laboratoire ce projet reste en suspend car il serait trop long et fastidieux de « traire » assez d’araignées pour fabriquer une quantité industrielle de ces gilets.

                                                         

Publié dans ARAIGNEE | Pas de Commentaire »

Araignée tissant sa toile

Posté par othoharmonie le 5 janvier 2012

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans ARAIGNEE | Pas de Commentaire »

Araignée du Coran

Posté par othoharmonie le 5 janvier 2012

 Argiope bruennichiL’araignée, que de nombreuses civilisations admirent pour la perfection de ses toiles, est le titre donné à la sourate (chapitre) 29 du Coran (al-Ankabout en arabe), qui compte 69 versets. Dans cette sourate, il s’agit de résister aux incrédules qui détournent les croyants de leur foi et qui devront répondre de leurs actes au jour de la résurrection. On y rappelle l’épisode de Noé et du Déluge envoyé pour punir le péché. Il y est précisé que : « Ceux qui prennent des maîtres en dehors de Dieu sont semblables à l’araignée : celle-ci s’est donné une demeure, mais la demeure de l’araignée est la plus fragile des demeures » [14].

On retrouve une telle allusion dans le livre de Job : « Sa confiance [celle de l’impie] n’est que filandre, sa sécurité, une toile d’araignée. S’appuie-t-il sur sa demeure, elle ne tient pas ; s’y cramponne-t-il, elle ne résiste pas » [8, 14-15]. Il faut pratiquer la prière qui « éloigne l’homme de la turpitude et des actions blâmables » [45], s’entretenir avec les gens du Livre, juifs et chrétiens, « de la manière la plus courtoise » [46] sauf s’ils sont injustes, car : « Oui, nous dirigerons sur nos chemins ceux qui auront combattu pour nous. Dieu est avec ceux qui font le bien » [69]

 

 

Source : le Dictionnaire de Dieu par Pierre Chavot aux Editions France Loisirs.

Publié dans ARAIGNEE | Pas de Commentaire »

La Sourate de l’Eléphant

Posté par othoharmonie le 5 janvier 2012

La Sourate de l'Eléphant dans ELEPHANTL’Eléphant (al-Fit en arabe) est la 105è sourate (chapitre) du Coran ; elle est composée de cinq versets. Il y est question des « hommes de l’Eléphant », agresseurs lancés contre La Mecque, et comptant dans leurs ranges quelques-uns de ces animaux. Cette attaque, qui fut un échec, aurait eu lieu l’année traditionnelle de la naissance de Mahomet, en 579. La sourate précise que Dieu déjoua leur ruse à l’aide d’oiseaux qui les bombardèrent de pierres, au point de les rendre méconnaissables.

 

 

Source : le Dictionnaire de Dieu par Pierre Chavot aux Editions France Loisirs.

Publié dans ELEPHANT | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello