L’âne par Victor Hugo 4

Posté par othoharmonie le 24 décembre 2011

 

 Messieurs, on s’est beaucoup préoccupé, à Paris et à Courbevoie, des odeurs malsaines.

 File:Sommer, Giorgio (1834-1914) - Venditore ambulante.jpgIl y a des usines plus dangereuses par leurs émanations que les fabriques d’ammoniaque ou les dépotoirs ; ce sont ces usines de romans obscènes, de gravures honteuses, d’abaissement intellectuel et moral qui menacent vos foyers, vos fils, vos filles, qui salissent le ménage, le travail, la pauvreté, l’humanité.

 Je ne demande pas la main de la police pour fermer ces dépotoirs littéraires ; la police, d’ailleurs, a assez à faire d’ouvrir des portes verrouillées ; mais j’invoque votre bon sens ; je fais appel à vos sentiments de famille, au respect de vous-mêmes et des autres.

 Le respect, Messieurs, ce devrait être la plus grande autorité, et presque le seul gouvernement d’une République. La liberté est bien compromise, quand on perd le sentiment du respect. On est mûr pour toutes les tyrannies, quand on a tout avili autour de soi et en soi-même.

 Méprisons donc l’école du mépris ; haussons-nous pour rester libres, et montons sur l’âne de Victor Hugo pour enjamber le fumier qui prétend nous barrer la route !

 Dans quelques vers de préambule, le grand poète explique son opiniâtreté à prendre, à garder la parole, quand il approche de l’éternel silence, c’est-à-dire, à prêcher sans relâche la paix, la clémence, l’amour, la justice, le droit, la vérité.

 On lui crie :

Ne te consume pas ! ami, songe au tombeau.
Calme, il répond : – Je fais mon devoir de flambeau.

 L’âne, ensuite, entre en scène. C’est l’âne qui va traduire le désappointement, la soif irritante que donne le savoir, strictement pédantesque, aux gens assez naïfs pour aller s’y abreuver.

Vous savez que Victor Hugo procède par grands coups. Il aime les arguments énormes, pour les rendre sensibles à tous. Il ne tire des conclusions qu’après avoir posé des prémisses violentes, semblant au premier aspect paradoxales.

 Les lecteurs qui s’arrêteraient aux premières pages pourraient s’imaginer que le poète blasphème réellement la science.

 Est-ce possible ? Quand on a passé soixante ans à aimer, à faire aimer l’étude, à exercer l’apostolat de l’idée, à affirmer la suprématie, l’éternité du livre, peut-on, quand on est si affermi dans sa gloire, la renier, la démentir ? Non. Laissez-vous conduire, et vous verrez à quelle profession de foi finale et grandiose vous amèneront ces négations violentes. (A SUIVRE…)

                                                                                              gif animé anes001.gif

Issu de la conférence faite à Courbevoie, le 7 novembre 1880 au profit de la bibliothèque populaire

par Louis Ulbach – sous la présidence de M. Laurent Pichat, sénateur

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello