• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 15 décembre 2011

Mulet

Posté par othoharmonie le 15 décembre 2011

Le mulet et la mule sont des hybrides statistiquement stériles de la famille des équidés engendrés par un âne (Equus asinus) et une jument (Equus caballus). On distingue le mulet de bât, utilisé en montagne, le mulet de trait, qui rend les mêmes services Equus africanus somaliensisAu Zoo de St Louisque rendrait un cheval dans d’autres régions, et le mulet de selle, surtout aux États-Unis, qui est utilisé avec succès dans toutes les disciplines équestres.

 

Le nom de mulet vient du mot latin mulus, de même sens. On appelle mulet l’hybride mâle et mule l’hybride femelle.

 

Le bardot, parfois confondu avec les mules et les mulets, est issu du croisement entre une ânesse et un cheval. On a pu croire autrefois à l’existence du joumart, produit du croisement entre un cheval ou un âne et une vache, ou entre un taureau et une ânesse ou une jument. Ce nom désigne, par extension, tout animal de sang mêlé, issu du croisement de deux espèces voisines. Il existe aussi le cerf mulet, qui n’a de rapport que par le nom, et qui est désigné ainsi à cause de ses oreilles similaires à celles d’un mulet.

 

C’est un animal robuste, sobre et patient. Mais, quand il est jeune, il peut être très joueur.

Les caractéristiques physiques les plus notables sont :

 

  • infécond (chromosomes issus de deux espèces proches mais différentes)
  • souvent plus grand qu’un âne, il peut être plus grand que ses deux parents
  • robe (pelage) souvent baie ou noire pangaré, plus rarement alezane, grise ou isabelle dun (les robes appaloosa ou pie existent aux États-Unis)
  • tête volumineuse et allongée
  • naseaux peu dilatés
  • oreilles longues, d’une taille idéalement intermédiaire entre celles du cheval et de l’âne
  • arcades sourcilières proéminentes
  • membres fins et secs, tour de canon et sabots plus larges pour les mules de trait.

 

Le mulet et la mule tirent comme avantages :

  • du cheval, une plus grande force et une plus grande taille que l’âne ;

  • de l’âne, une plus grande sobriété et une plus grande robustesse face aux maladies.

 

 Hémione (Equus hemionus)Les mulets sont le plus souvent stériles entre eux. En cinq siècles, la société muletière britannique n’a enregistré que 60 naissances naturelles dues à des croisements de mulets, ce qui montre la marginalité du phénomène et la quasi impossibilité en pratique de créer une nouvelle espèce commercialement viable pour les éleveurs.

 

Les mulets ont 63 chromosomes, à comparer aux 64 des chevaux et aux 62 des ânes. La méiose est donc chez les femelles particulièrement compromise, puisqu’elle travaille ordinairement par paires de chromosomes.

Publié dans ANE | Pas de Commentaire »

Races de Mules

Posté par othoharmonie le 15 décembre 2011

Deux races sont reconnues par les Haras Nationaux en France :

 

 Mulet de bâtIssue d’une jument trait mulassier poitevin et d’un baudet du Poitou, c’est la plus grande et la plus forte des mules. Autrefois fleuron de la production mulassière française et reconnue dans le monde entier, elle a failli disparaître, ainsi que les races servant à la produire. Aujourd’hui elle est encore recherchée dans les pays du sud de l’Europe pour les travaux agricoles et pour les corridas (en pair, elles tirent le corps du taureau). Son avenir sera sans doute lié à un développement de son utilisation à l’attelage et à la traction urbaine.

 

Issue de juments de différentes races de trait ou de selle (le plus souvent trait breton) et d’un baudet catalan. Excellent animal de bât en montagne, elle peut également être montée et attelée.

 

Deux races en cours de création en accord et avec l’aide des Haras Nationaux :

 

  • Le mulet breton, issu d’une jument trait breton et d’un baudet grand noir du Berry.

  • La mule cotentine, issue d’une jument cob normand et d’un baudet du Cotentin.

 

D’autres races existent en France mais ne sont pas reconnues, car surtout liées à une région de production et moins à des races locales : mulet seynard, mule gasconne, mule corse, mule cévenole…

fleur

Publié dans ANE | 1 Commentaire »

Expressions de Mulet

Posté par othoharmonie le 15 décembre 2011

Diverses expressions font référence au mulet :

  • « Faire une mulle » Une mulle est un rapport sexuel très précoce (30 secondes). Employé dans une phrase cela donne « Je lui ai fait une mulle »

  • chargé comme un mulet pour parler d’un très lourd fardeau,

 Expressions de Mulet dans ANE

  • têtu comme un mulet ou tête de mule qui se dit d’une personne très têtue,

 

  • les mulets de Marius, un sobriquet qui désignait les légionnaires romains obligés de porter leur équipement pour le camp et leur ravitaillement, transport auparavant assuré par les mulets ; pour diminuer la tentation d’une attaque de l’ennemi sur le train transportant ces équipements et augmenter la mobilité de ses troupes, il fit passer la charge des mules aux légionnaires ;

 

  • le mulet chargé d’or de Philippe rappelle, lui, la puissance irrésistible de l’or, par référence à Philippe II de Macédoine, qui acheta l’alliance de certaines cités grecques.

 

  • Il est comme la mule du Pape se disait de quelqu’un de très rancunier. Alphonse Daudet propose une explication de cette expression dans les Lettres de mon moulin.

 

Littérature

Le Mulet est un personnage des ouvrages Fondation et Empire et Seconde Fondation, d’Isaac Asimov. Il tire son surnom de la mutation qui l’a rendu différent des autres humains, et de ses conséquences génétiques malheureuses chez lui.

 dans ANE

Publié dans ANE | Pas de Commentaire »

Cerf-mulet

Posté par othoharmonie le 15 décembre 2011

Le Cerf mulet, Cerf hémione ou Cerf à queue noire (Odocoileus hemionus) est une espèce de Cervidé qui vit dans les forêts de l’ouest de l’Amérique du Nord. Il se distingue du cerf de Virginie par ses bois plus droits.

 

 Odocoileus hemionusOn rencontre le Cerf Mulet dans le  Nord-Ouest de l’Amérique à une latitude de  23 degrés à 60 degrés N. Il se différencie du Cerf de Virginie par des bois dressés vers le haut. On distingue 11 sous-espèces dont  Odocoileus hemionus californicus le Cerf Mulet de Californie (Caton 1876). 

  

Odocoileus hemionus est un ruminant qui se nourrit de fourrages ligneux et herbacés dans des proportions égales. L’espèce consomme aussi des glands, des graines de légumineuses et des fruits charnus. 

  

La souplesse d’adaptation du Cerf Mulet est remarquable. Au Canada, O. hemionus se rencontre dans cinq types de forêts boréales. Aux États-Unis, l’espèce occupe un grand nombre d’habitats comme le chaparral boisé de Californie (sorte de maquis formé par des buissons et des broussailles), le désert de Mojave, Sonora, les forêts arbustives semi-désertiques, les Grandes Plaines et le Plateau du Colorado. 

  

Les hardes de cerfs mulets ont tendance à limiter leurs déplacements quotidiens à l’intérieur de leur domaine vital. On note cependant quelques mouvements ne s’écartant pas de plus de 5 km du domaine vital. Cependant des migrations saisonnières importantes peuvent se produire en fonction de la température (estivation en altitude) et des précipitations. 

  

 Odocoileus virginianusLa longueur du corps varie de 126 à 168 cm chez les mâles, et 125 à 156 cm chez les femelles. Hauteur au garrot : de 84 à 106 cm chez les mâles et de 80 à 100 cm chez les femelles. 

  

Comme tous les Cervidés, les mâles portent des bois. Le cycle annuel de la croissance des bois chez O. hemionus est initié et contrôlé par des changements dans la longueur du jour agissant sur plusieurs types cellulaires gonadotropes de l’hypophyse antérieure. Ces types cellulaires stimulent la sécrétion des hormones qui agissent principalement sur les bois et, incidemment, sur les testicules. 

  

O. hemionus est doté d’une vision binoculaire excellente et très sensible aux objets en mouvement. Le sens de l’ouïe est aussi aigu. 

  

La communication entre individus se fait par phéromones sécrétées par les glandes sébacées et sudoripares. La glande métatarsienne produit une phéromone d’alarme, la glande tarsienne permet la reconnaissance mutuelle. L’urine a également une fonction de phéromone à tous les âges et pour les deux sexes. 

  

Odocoileus hemionus est une espèce polygame. C’est le mâle dominant qui effectue la majeure partie des copulations. La position dominante est en grande partie fonction de la taille du corps et de la longueur des bois. La parade nuptiale et l’accouplement se produisent au sein du groupe. Le pic de reproduction chez O. hemionus se produit principalement à partir de fin novembre à la mi-décembre. Environ 27 à 29 jours s’écoulent entre la conception et l’implantation de l’œuf dans l’utérus. La durée moyenne de gestation est de 204 jours. Le pic des naissances se situe en juin. La femelle met bas deux faons. La maturité sexuelle est atteinte au bout de 500 jours. 

  

 En dehors de la période de reproduction, la harde est composée de femelles apparentées par filiation maternelle. Les mâles se dispersent en solitaires ou en agrégats d’individus non apparentés. Pendant l’hiver et au printemps, la stabi Odocoileus virginianus clavium, mâlelité des hardes de femelles et les groupes de mâles est maintenue avec une hiérarchie de domination. 

Les prédateurs se recrutent parmi pumas, coyotes, lynx, aigles royaux, chiens errants et ours noirs. L’espèce représente un gibier estimé. L’espèce a plusieurs stratégies distinctes pour éviter les prédateurs. O. hemionus est spécialisé dans la détection de danger à un très long parcours au moyen de grandes oreilles et une excellente vision. Les mâles peuvent rapidement détecter et suivre visuellement un autre animal à 600 m. Une fois le danger détecté, O. hemionus se dissimule dans le couvert végétal ou, si le prédateur est suffisamment éloigné de fuir à plusieurs kms. 

 

par André Guyard 

Publié dans ANE | Pas de Commentaire »

Mule légendaire

Posté par othoharmonie le 15 décembre 2011

Almamula, également connue sous le nom la mulánima, est une mule fabuleuse issue du folklore au Nord de l’Argentine. Le légende liée à cet être serait une façon d’enseigner que les relations sexuelles immorales ne devraient pas arriver.

 

Légende

Mule légendaire dans ANESelon la légende, cet être était originellement une femme sans moralité, qui a commis l’inceste avec son frère et son père, et même le curé du village, et ne l’a jamais regretté. En punition pour cette conduite, elle a été maudite par Dieu, qui l’a changée en mule avec des chaînes attachées, qu’elle fait glisser. Il est très dangereux de la croiser car elle peut tuer n’importe qui sur son chemin d’un coup de pied durant la nuit, en haute montagne.

 

Elle erre dans la montagne durant la nuit et passe par la périphérie des villes les jours de tempête.

 

Il est dit que la chaîne, qui produit également un grand bruit, est la représentation du poids de ses péchés, mais aussi l’espoir que la femme transformée en mule parvienne un jour à rencontrer un homme vaillant qui saisirait ses rênes, accomplirait le rituel et ferait en sorte que son âme puisse enfin gagner le ciel.

 

D’autres traditions indiquent que les gens qui ont des relations sexuelles immorales et ne le regrettent pas seront maudits et transformés du jour au lendemain en mule.

barre de séparation

Publié dans ANE | Pas de Commentaire »

Le Bardot

Posté par othoharmonie le 15 décembre 2011

  

 Vieux bardotLe bardot ou bardeau est un équidé hybride obtenu par croisement entre une ânesse et un cheval entier (mâle non castré).

 

 

 

Il est parfois confondu avec le mulet (la mule), issu d’un croisement entre un âne et une jument. Le bardot est généralement obtenu de manière accidentelle par les éleveurs. En effet, celui-ci ne possède ni la force du cheval ni la robustesse de l’âne. La femelle est appelée « bardote » ou « bardine ».

Publié dans ANE | Pas de Commentaire »

Protéger les Anes

Posté par othoharmonie le 15 décembre 2011

Association de protection des ânes : l’Anim’ANErie 

 

Protéger les Anes dans ANE

Cette association, à l’époque appelée Oasis des ânes, a, au départ, été crée pour sauver des ânes de la maltraitance, l’abandon ou l’abattoir. Nous en avons récupéré certains dans un état lamentable : un, on s’est demandé comment il était encore vivant tellement sa prise de sang était mauvaise. Nous en avons retapés pas mal, certains ont été adopté ou d’autres sont resté parmi nous pour nous aider lors de notre travail avec les personnes handicapés ou lors de nos stages avec les enfants.

Par la suite, l’association s’est divisée en deux : l’Oasis des ânes pour les ânes à recueillir située à Dalhem et l’Anim’ANErie, située au Fort de Pontisse à Herstal, qui a surtout pour but se sensibiliser les gens et de faire de l’asinothérapie et de l’animation pour faire connaitre cet animal attachant.

Nous essayons d’avoir le titre de ferme pédagogique : en plus des ânes nous avons des chevaux en pension, des shetlands, des moutons ardennais, des chèvres, des oies, des poules, des canards, des cailles, des lapins et des chiens et chats.

Nous faisons régulièrement des journées portes ouvertes pour ceux que ca intéresse de visiter cette association qui me tient à coeur.

Ils ont du sauver mon propre cheval des mains d’un mauvais maréchal dans un manège où je ne pouvais pas en prendre un autre : je ne les remercierai jamais assez.

Voici le site des deux associations :
- http://www.animanerie.net
-
http://www.loasisdesanes.be

barre de séparation

Publié dans ANE | Pas de Commentaire »

L’Ane de Jean Buridan

Posté par othoharmonie le 15 décembre 2011

 

L'Ane de Jean Buridan dans ANE aneJean Buridan, en latin Joannes Buridanus (1292 – 1363), philosophe français, docteur scolastique, fut l’instigateur du scepticisme religieux en Europe. Il fut, en Occident, le redécouvreur de la théorie de l’impetus, vers 1340. Son nom est plus fréquemment connu pour l’expérience de pensée dite de l’âne de Buridan. Une légende, propagée jusqu’au XXIe siècle par la ballade des dames du temps jadis de François Villon, l’associe à tort à l’affaire de la tour de Nesle.

 

Paradoxe de l’âne de Buridan

Le paradoxe de l’âne de Buridan est la légende selon laquelle un âne est mort de faim et de soif entre son picotin d’avoine et son seau d’eau, faute de choisir par quoi commencer.

On ne peut, à proprement parler, faire de ce cas de figure un paradoxe logique ; il s’agit plutôt d’un cas d’école de dilemme poussé à l’absurde, et ces deux traits caractérisent le phénomène de double contrainte.

 

Chez Buridan

Le paradoxe de l’âne de Buridan n’apparaît dans aucune des œuvres connues de Jean Buridan, bien qu’il soit tout à fait cohérent avec la théorie buridanienne de la liberté et de l’animal.

Buridan ne discute pas du problème particulier mais son apport est qu’il plaida pour un déterminisme moral où, sauf pour l’ignorance ou l’embarras, un humain qui fait face à des comportements possibles doit toujours choisir le plus grand bien. Buridan considère que la volonté peut retarder le choix pour déterminer plus complètement les résultats possibles de l’option. Des présentateurs ultérieurs ont satirisé cette vue en un âne assoiffé et affamé, positionné à égale distance entre un seau d’eau et un seau d’avoine. L’âne meurt de faim et de soif alors qu’il hésite entre ses deux désirs.

 dans ANE

Publié dans ANE | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello