• Accueil
  • > Archives pour octobre 2011

Baleine

Posté par othoharmonie le 25 octobre 2011

Baleine  dans BALEINE 250px-Beluga%2C_Wei%C3%9Fwal_%28Delphinapterus_leucas%29La baleine est un mammifère marin de grande taille classé dans l’ordre des cétacés. Le terme s’applique à plusieurs espèces différentes dans les sous-ordres des mysticètes (baleines à fanons) et des odontocètes (baleines à dents). Les baleines représentent des animaux parmi les plus gros ; et deux espèces (respectivement la baleine bleue  et le rorqual commun) qui sont les deux animaux les plus imposants ayant jamais existé.

Aujourd’hui, ce terme décrit les espèces de grands cétacés, et regroupe toutes les espèces de cétacé à fanons et certaines espèces à dents parmi les baleines à bec, les cachalots, la baleine blanche et la baleine tueuse, à savoir l’orque

Les baleines à bec par exemple sont, avec les dauphins d’eau douce, les cétacés actuels jugés les plus primitifs. Le bec qui les caractérise est formé par l’allongement des deux mâchoires et il varie d’une espèce à l’autre : long et pointu chez le tasmacète de Shepherd (genre Tasmacetus), court et trapu chez les espèces du genre Mesoplodon. En raison de leur régime alimentaire constitué presque exclusivement de céphalopodes, la plupart des genres (Hyperoodon, Ziphius et Mesoplodon) n’ont que deux dents sur la mâchoire inférieure. Les Berardius en possèdent deux paires et le tasmacète de Shepherd en a de nombreuses à chaque maxillaire.

Il est possible de déterminer l’espèce, l’âge et le sexe d’une baleine à bec grâce à ses dents : leur nombre et leur emplacement dans la mâchoire indique l’espèce (voir plus haut), les dents dont la cavité est comblée indiquent qu’elles appartiennent à un spécimen adulte, celles portant des traces d’usure et étant sorties de la gencive appartiennent à un mâle et enfin, celles qui sont nettes et dont la pulpe est comblée appartiennent à une femelle.

Le front des vieux mâles présente souvent un renflement prononcé qui peut blanchir avec l’âge chez certaines espèces (comme l’hypérodon arctique).

 

-777_Baleine dans BALEINE

 

Publié dans BALEINE | Pas de Commentaire »

Une Histoire de Baleine…

Posté par othoharmonie le 25 octobre 2011

 Saut d'une baleine à bosseUne baleine à bosse se retrouva empêtrée dans des filets et lignes de pièges à crabes. Le poids de ces pièges l’entraînait vers le fond et elle devait lutter pour rester en surface. En plus, des centaines de mètres de corde des filets s’étaient enroulés autour de son corps, de son torse et une ligne était prise dans sa bouche. Un pêcheur la repéra à l’est des îles Faralon (au large du pont Golden Gate [San Francisco]) et lança un appel radio. Quelques heures plus tard une équipe de sauvetage arrivait, et évaluait que la baleine était vraiment en bien mauvaise posture, la seule solution semblant être de plonger pour la libérer – mais le danger était grand puisqu’un coup de queue pouvait tuer le plongeur

 

Les plongeurs travaillèrent pendant des heures, avec des couteaux à lame courbe, et finirent par la libérer. Ils disent que, quand elle a senti qu’elle était libre, la baleine a nagé en cercles joyeux. Puis elle est revenue vers chaque plongeur, chacun d’eux, oui, et lui a donné de légères petites poussées en remerciement. Certains plongeurs ont dit que c’était l’expérience la plus extraordinaire qu’ils aient jamais vécue

 

Une Histoire de Baleine… dans BALEINE 220px-Buckelwal_NahaufnahmeLe gars qui a coupé la corde prise dans la bouche de la baleine dit qu’elle l’a suivi de l’oeil pendant tout le temps, et que maintenant il ne sera jamais plus le même

 

Puissiez-vous avoir autant de chance, vous-même et ceux que vous aimez. Puissiez-vous être entouré de gens qui vous aideront à vous dépêtrer de ces fils qui vous lient. Et puissiez-vous toujours avoir de la reconnaissance/gratitude pour la joie de donner et de recevoir

 

Je passe ceci à mes amis – donc à toi.

Barres scintillantes

 

 

Publié dans BALEINE | Pas de Commentaire »

La baleine dans les arts et la littérature

Posté par othoharmonie le 25 octobre 2011

 

  • Dans certaines traductions de la Bible, le « grand poisson » qui avale Jonas est présenté comme une baleine.
  • La baleine dans les arts et la littérature dans BALEINE 220px-Le_Labrador_-_Baleine_d%C3%A9vor%C3%A9e_par_des_loupsAu IIe s., Lucien de Samosate, dans ses Histoires vraies (livre II), montre un groupe de voyageurs grecs avalés par une baleine géante.

  • Dans Les Aventures de Pinocchio de Carlo Collodi, Pinocchio est avalé par une baleine.

  • En 1885, les membres du Sport Nautique d’Ostende organisent au Carnaval d’Ostende une Cavalcade de la Baleine, fanfare et tambour-major en tête comme au Carnaval de Dunkerque. Un dessin a été conservé qui immortalise l’événement.

  • Le roman Moby Dick de Herman Melville, qui décrit le milieu des baleiniers américains de l’époque, est aujourd’hui considéré comme un grand classique de la littérature américaine. La baleine du roman est inspirée d’un cachalot réel, Mocha Dick.
  • La chanson La Baleine bleue, de Léo Ferré (tirée de l’album L’Opéra du pauvre, 1983). Il s’agit d’un monologue ironique (et libertaire) adressé aux hommes par une baleine.

Une série de timbre danois de 2001 a pour thème la baleine :  80px-Faroe_stamp_400_sperm_whale_%28physeter_macrocephatus%29 dans BALEINE    80px-Faroe_stamp_401_fin_whale_%28Balaenoptera_physalus%29   80px-Faroe_stamp_402_blue_whale_%28Balaenoptera_musculus%29   80px-Faroe_stamp_403_sei_whale_%28Balaenoptera_borealis%29

 

 

Barre de séparation

 

 

Publié dans BALEINE | Pas de Commentaire »

La baleine bleue

Posté par othoharmonie le 25 octobre 2011

La baleine bleue (Balaenoptera musculus), appelée aussi rorqual bleu, est un mammifère marin appartenant au sous-ordre des baleines à fanons (mysticètes). Pouvant dépasser 30 mètres de longueur et 170 tonnes, c’est le plus gros animal vivant à notre époque  et, dans l’état actuel des connaissances, le plus gros ayant jamais vécu sur Terre.

La baleine bleue  dans BALEINE 220px-Blue_Whale_001_noaa_body_colorLong et mince, le corps de la baleine bleue peut prendre diverses teintes de gris-bleuté sur le dos et un peu plus clair en dessous. On dénombre au moins trois sous-espèces distinctes : B. m. musculus dans l’Atlantique Nord et le Pacifique Nord, B. m. intermedia de l’océan Antarctique et B. m. brevicauda découverte dans l’océan Indien et dans le sud de l’océan Pacifique. B. m. indica, découverte dans l’océan Indien, pourrait être une autre sous-espèce. Comme les autres baleines, la baleine bleue se nourrit essentiellement d’un petit crustacé, le krill, mais également de petits poissons et parfois de calmars.

Les baleines bleues furent abondantes dans presque tous les océans avant le début du XXe siècle. Pendant près de quarante ans, elles furent chassées par les baleiniers qui ont amené l’espèce au bord de l’extinction avant qu’elle ne soit protégée par la communauté internationale en 1966. Un rapport de 2002 estimait qu’il y avait entre 5 000 et 12 000 baleines bleues à travers le monde, localisées dans au moins cinq groupes. Des études plus récentes sur la sous-espèce B. m. brevicauda suggère qu’il pourrait s’agir d’une sous-estimation. Avant la chasse industrielle à la baleine, la plus forte population se trouvait dans l’Atlantique, qui en comptait approximativement 240 000 (entre 202 000 et 311 000). L’espèce est considérée comme menacée.

Les baleines bleues vivent généralement seules ou avec un autre individu. On ne sait pas si celles qui voyagent en paire restent ensemble pour de longues périodes ou si elles forment seulement des relations passagères. Dans des lieux dans lesquels on trouve une forte concentration dBl-10 blue.jpge nourriture on a pu voir jusqu’à 50 baleines bleues regroupées dans une aire réduite. Cependant elles ne forment pas de grands groupes structurés comme on peut le voir chez d’autres espèces de baleines.

Les baleines passent l’été dans hautes latitudes, plus fraîches, où elles se nourrissent des eaux abondantes en krill ; elles passent l’hiver dans des eaux plus chaudes à des latitudes moins importantes, où elles se reproduisent et mettent bas. Au cours de la migration, elles ne s’alimentent quasiment pas et mobilisent près de la moitié de leurs réserves corporelles, qui représentent elles-mêmes 70 % de leur masse corporelle avant le départ. Dans les eaux tempérées où le krill est peu abondant elles consomment jusqu’à dix fois moins de nourriture par jour. La migration vise principalement à faire naître le baleineau, qui n’a pas à la naissance une protection thermique aussi efficace que celle de l’adulte, dans des eaux suffisamment chaudes.

scintille

Publié dans BALEINE | Pas de Commentaire »

Baleine blanche

Posté par othoharmonie le 25 octobre 2011

 

 Delphinapterus leucasLe béluga ou bélouga (Delphinapterus leucas), appelé également baleine blanche, dauphin blanc et marsouin blanc est un cétacé blanc de l’océan Arctique. Le nom béluga vient du mot russe beloye qui signifie blanc.

Le biologiste marin Le Gall note qu’en Europe, le mot Béluga a aussi été utilisé, à tort, par les marins-pêcheurs pour désigner les marsouins et d’autres petits cétacés.

Le béluga a été décrit en premier par Peter Simon Pallas en 1776. Il fait partie de la famille des Monodontidae au même titre que le narval. Le dauphin Irrawaddy fut un temps classé dans cette famille avant que de récentes études génétiques n’infirment cette hypothèse.

Le plus ancien ancêtre connu du béluga est le Denebola brachycephala espèce du Miocène aujourd’hui éteinte. Un seul fossile a été découvert, dans la péninsule de la Basse-Californie, indiquant que la famille prospérait autrefois dans des eaux plus chaudes. Les fossiles suggèrent également que l’habitat des bélugas s’est déplacé en fonction de la couverture de la banquise : suivant son expansion durant les périodes glaciaires et de son retrait au cours des périodes de réchauffement.

Baleine blanche dans BALEINE 250px-Delphinapterus_leucas_head_3L’habitat du béluga est compris entre 50° N a 80° N, dans les eaux arctiques et subarctiques. Il existe également une population isolée depuis 7000 ans qui vit dans l’estuaire du fleuve Saint-Laurent et dans le fjord du Saguenay autour du village de Tadoussac au Québec. Au printemps, les groupes de bélugas gagnent leur territoire estival : des baies, des estuaires et d’autres eaux peu profondes. Il a été remarqué qu’une femelle béluga regagne années après années toujours le même territoire estival. Ces zones sont prises dans les glaces l’hiver, les groupes refluent alors vers le large. La plupart avancent ensuite au fur et à mesure de la progression de la banquise. D’autres restent sous la glace, survivant grâce aux endroits de la banquise non gelés qui leur permettent de respirer ; ou alors grâce aux poches d’air emprisonnées sous la glace. La facilité avec laquelle les bélugas sont capables de trouver des zones où la glace est si fine qu’il est possible de la briser pour respirer en surface, alors que plus de 95% de la banquise est trop épaisse pour cela, est un mystère qui intrigue grandement les scientifiques. Il semble presque certain que cette faculté fait appel au système d’écholocalisation pour repérer les zones de moindre densité de la glace.

baleine dans BALEINE

Publié dans BALEINE | Pas de Commentaire »

Baleine et les humains

Posté par othoharmonie le 25 octobre 2011

La population globale des bélugas (baleine blanche) s’est stabilisée aux environs de 100 000 individus. Bien que ce nombre soit Baleine et les humains dans BALEINE 220px-Walfang_zwischen_1856_und_1907plus important que celui d’autres cétacés, il est bien moins important qu’il y a des décennies, avant la chasse au béluga. On estime qu’il y a 40 000 individus en mer de Beaufort, 25 000 dans la baie d’Hudson, 18 000 dans la mer de Behring et 28 000 dans les eaux arctiques canadiennes. La population de l’estuaire du Saint-Laurent est estimée entre 500 et 1 000 individus. Les bélugas du Saint-Laurent nagent dans des eaux beaucoup plus propres qu’il y a 20 ans.

En raison de leurs schémas migratoires prévisibles et de leur formation en groupes, les bélugas ont été chassés des siècles durant par les autochtones de l’Arctique. La chasse au béluga est encore autorisée de nos jours dans certaines zones et par certaines populations, dans des limites raisonnables. Toutefois, dans d’autres zones telles que la baie d’Anchorage, la baie d’Ungava et au large des côtes ouest du Groenland, la chasse acharnée à des fins commerciales (aujourd’hui interdite par le moratoire sur la chasse à la baleine) ont mis en danger la survie des populations y vivant. Bien que non-autorisée, la chasse au béluga par les autochtones persiste dans ces endroits et il est à prévoir une extinction des populations de bélugas de cette zone. Ces aires sont le sujet de dialogues entre les Inuits et les gouvernements afin d’instaurer une chasse intelligente et raisonnable. Cette chasse a également permis d’ajouter le béluga à la liste des espèces en danger en 1994.

220px-Chassebaleine dans BALEINELa pollution humaine qui se déverse dans les rivières a une incidence significative sur la santé des populations vivant dans les estuaires. Les cas de cancers rapportés sur des individus (27 % de la population des belugas) du Saint-Laurent semblent se stabiliser. Selon le Parc du Fjord du Saguenay, il est erroné de croire que la carcasse d’un béluga échoué est considéré comme un déchet toxique. Toutefois, l’impact à long-terme de la pollution sur le devenir de cette population est inconnu.

Étant tellement polluées, les carcasses de bélugas sont considérées comme déchets toxiques et traitées comme telles. Cette pollution engendre la diminution de l’effectif de l’espèce.

Les activités humaines constituent également une menace pour l’espèce. Alors que certaines populations en sont venues à tolérer les petites embarcations, d’autres au contraire les évitent. L’observation des bélugas est d’ailleurs devenue une activité florissante dans le Saint-Laurent et dans la rivière Churchill (baie d’Hudson). Assourdis par le brouhaha de l’incessant trafic maritime sur le fleuve Saint Laurent, les bélugas ne crient plus : ils hurlent. Les enregistrements en continu des vocalises d’une population de 600 à 700 individus montrent qu’en présence de bateaux les mammifères marins émettent une série de cris bruyants, qu’on a d’abord interprétés comme des signaux d’alarme. Mais ces cris durent plus longtemps et sont d’une fréquence plus haute. En outre, les « sirènes des mers » ont tendance à répéter leurs appels. La transformation des chants serait une tactique pour réduire la dégradation du signal et augmenter la probabilité de sa réception. Mais la modification du comportement vocal de ces animaux 330px-BlueWhaleWithCalfpour lutter contre la pollution sonore tend à diminuer leurs capacités à trouver de la nourriture, à s’orienter et à communiquer avec leurs congénères.

Les bélugas sont parmi les premières espèces à avoir été élevées en captivité. Le premier béluga fut exhibé au Barnum’s Museum de New York en 1861. Aujourd’hui, le béluga est l’une des rares espèces de cétacés que l’on rencontre dans les aquariums d’Occident. Leur popularité est en grande partie due à leur couleur caractéristique et à leurs mimiques faciales. Alors que la plupart des dauphins ont un « sourire » figé, la flexibilité cervicale du béluga lui autorise un répertoire plus vaste d’expressions faciales. La plupart des bélugas détenus dans les aquariums ont été capturés à l’état sauvage puisque les programmes d’adaptation de cet animal à la captivité ont rencontré un certain succès.

Aussi bien la marine américaine que la marine de l’ex-URSS ont utilisé les bélugas dans des opérations de déminage des eaux arctiques

http://fr.wikipedia.org/wiki/Baleine_blanche 

Publié dans BALEINE | Pas de Commentaire »

Bibliographie des Baleines

Posté par othoharmonie le 25 octobre 2011

 

Site à visiter : http://www.lesbaleines.net/ 

Galerie des Baleines : http://www.cetace.info/baleine-description-anatomie-baleines.html 

 

Articles connexes 

Liens externes

 

 

Bibliographie des Baleines dans BALEINE bal04

Publié dans BALEINE | Pas de Commentaire »

Message du Peuple des Éléphants 1

Posté par othoharmonie le 24 octobre 2011

 

Bonjour !

 

Nous sommes les pachydermes terrestres et nous jouons un rôle similaire à nos sœurs les baleines qui règnent dans l’élément eau… Bonjour à vous, petit peuple, nous sommes les éléphants, gardiens de la mémoire planétaire et responsables de maintenir l’équilibre dans le règne animal ! Il est évident que notre grosseur physique est la 1ère chose qui attire le regard chez nous mais cet attribut physique n’est là que pour refléter notre grandeur d’âme et pour protéger ce qu’il y a en nous… D’êtres les gardiens de la mémoire planétaire ainsi que les responsables de l’équilibre chez le peuple animal exigent maturité, force et sagesse. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle nous vivions très vieux car la sagesse est une qMessage du Peuple des Éléphants 1 dans ELEPHANT wallpaper-elephant-mdualité que nous possédons, dès la naissance mais c’est aussi une qualité qui croît avec l’âge. En nous incarnant ici, nous avons à nous adapter à beaucoup de variantes avant de pouvoir exercer notre rôle de chef spirituel…

 

 Aujourd’hui cependant, marque suprême d’un très grand déséquilibre, l’éléphant est chassé et cruellement tué, sans égard pour son rôle primordial, sa place dans la famille, son âge ou sa santé. Nous savons bien que les êtres qui nous massacrent sont désespérés, déconnectés et parfois sans autres moyens de survivre. Nous les reconnaissons rapidement de par la peur et la distorsion qui émanent d’eux… Cela ne vous paraît-il pas déconcertant que des êtres humains soient poussés à tuer des êtres comme nous parce qu’ils n’ont pas de quoi faire vivre leur famille sur une planète qui est, à la base, plus qu’abondante ? Bien sûr, les individus derrière les meurtres d’éléphants sont motivés par le maître argent, mais ceux qui nous massacrent sur le terrain sont aussi ceux qui pourraient nous sauver !

 

Le déséquilibre des ressources et le gaspillage rends les êtres humains fous, tant ceux qui vivent l’abondance que ceux qui ne la vivent pas…

 

L’ivoire, le produit de nos défenses, n’est pas une nécessité pour vous ; elle l’est pour nous ! L’équilibre communautaire et familial, primordial pour les éléphants, est régulièrement rompu par les massacres qui ont encore lieux. Les éléphants ont besoin de ces liens, ont besoin de temps pour transmettre aux plus jeunes les connaissances qui seront nécessaires à l’exercice de leurs fonctions. Les éléphants ont un système de communication télépathique hautement sophistiqué, qui pourrait être comparé à une sorte de bibliothèque.

 

Toutes les mémoires et les informations importantes sont transmises par le biais d’une multitude d’images codées qui prennent leur sens réel graduellement, comme un livre que l’on lit sur plusieurs années. Les informations sont toujours transmises par les aînés, et tiennent compte de l’âge et de la personnalité de l’éléphant. Outre les mémoires, les aînés transmettent aussi l’information planétaire et universelle actuelle qu’ils/elles captent. Comme tous les animaux possédant des cornes ou des bois, une partie de l’information planétaire est capté télépathiquement via nos défenses.

 

Elephant-asiatique-desintoxication-heroine dans ELEPHANTLes odeurs, que les éléphants captent via leur trompe, sont aussi une source d’information très importante. Un être, humain ou non humain, est toujours reconnu ou analysé de par son odeur… Nous pouvons savoir tout sur un être d’après les odeurs qui s’en dégagent ! C’est ainsi que nous sommes appelés à jauger et à régler des différents. Nos facultés olfactives nous permettent d’aller au-delà des apparences pour régir le peuple animal terrestre et même aérien, dans certains cas. Les informations que nous recevons par les odeurs nous aident à comprendre rapidement une situation et à suggérer ce qui doit être fait pour rétablir l’équilibre, en tenant compte des lois universelles dont nous sommes les gardiens. De par nos défenses, nous sommes au courant de ce qui se passe au niveau planétaire et, à l’intérieur de nous, nous sommes connectés à la mémoire planétaire terrestre, celle qui sait tout ce qui a été, tout ce qui est et tout ce qui pourrait être.

 

C’est elle qui nous dicte les lois de l’équilibre et le respect inné de la vie, sous toutes ses manifestations. De par nos facultés olfactives supérieures, nous avons aussi une foule d’informations sur la nature, les saisons, les sols et tous les êtres qui nous entourent.

 

Tout ceci nous place en position de guides et, dans certains cas, de souverains qui doivent trancher pour le bien du grand tout. Les autres animaux terrestres nous consultent et c’est à nous d’appliquer les lois et d’exprimer les conseils appropriés. Notre présence seule suffit, dans bien des cas, car les éléphants sont naturellement respectés de tous. Nous trouvons étrange que les êtres humains aient choisi de qualifier le lion de roi des animaux…

 

Bien que notre flamboyant frère le lion joue un grand rôle dans l’équilibre de la faune et qu’il incarne de grandes qualités, il est, de loin un des êtres les plus arrogants sur cette terre ! Il obéit, bien sûr, à ses propres codes de lignées* mais disons que la sagesse et le recul ne sont pas ses attributs les plus développés. Le lion offre un puissant reflet aux êtres humains qui semblent préférer y voir une justification ou un exemple à suivre. Nous espérons que la complaisance et l’arrogance humaine tirent à leur fin car même le lion pourrait bénéficier d’un changement de statut !

 

*Codes de lignée : Codes spécifiques qui orientent les êtres dans leur vie, selon la génétique, la mission et les attributs divins propre à chaque espèce. Ces codes s’activent à différents stages de vie et en réaction à divers stimuli environnementaux, selon un plan de vie en grande partie pré-établi.

(à suivre…) 

 

 

Canalisation du peuple des Eléphants Issu du site www.communication-animal.net

 

gifs éléphants

Publié dans ELEPHANT | Pas de Commentaire »

Message du Peuple des Éléphants 2

Posté par othoharmonie le 24 octobre 2011

 

Message du Peuple des Éléphants 2 dans ELEPHANT elephant-rose-okavangoCeci éta