Au rythme des oiseaux

Posté par othoharmonie le 28 octobre 2011

Au rythme des oiseaux dans OISEAUX 250px-Spatelschnabelente_050611La vie des oiseaux s’organise en fonction de plusieurs rythmes biologiques. Le plus commun aux vertébrés est le rythme circadien. La plupart des oiseaux sont diurnes, mais quelques oiseaux, comme la plupart des hiboux et des Caprimulgidae, ainsi que de nombreuses chouettes sont nocturnes ou crépusculaires. D’autres espèces, comme la plupart des limicoles, suivent un rythme de vie basée sur la marée. 

Les oiseaux en raison de l’existence des saisons suivent également un rythme circannuel. Les oiseaux qui migrent sur de longues distances subissent généralement des changements anatomiques ou comportementaux (par exemple le Zugunruhe) ou une mue pour préparer ce voyage. Suivant les saisons, certaines espèces peuvent également effectuer des migrations journalières, altitudinales par exemple, ou pour se rendre sur des zones de nourrissage. 

Les rythmes circadiens et saisonniers semblent liés à la durée du jour. Les cycles de reproduction sont annuels, plusieurs nidifications pouvant avoir lieu dans une saison pour certaines espèces particulièrement prolifiques. 

Sommeil 

 dans OISEAUX

L’activité journalière de la majeure partie des oiseaux comporte des périodes de repos et des périodes courtes de sommeil. Cette période est appelée sommeil vigilant, les oiseaux ouvrent fréquemment les yeux et observent les alentours pour permettre la fuite en cas de menace. Le sommeil des oiseaux présente une phase de sommeil paradoxal courte que l’on estime en moyenne à moins d’une minute, même si les Spheniscidae, qui détiennent un record dans la classe, capitalisent jusqu’à 80 minutes de sommeil paradoxal par jour. Certaines espèces, comme les albatros ou les martinets, sont réputées pouvoir dormir en volant ou sont capables de rester plusieurs jours sans dormir. Il n’existe cependant pas de preuve expérimentale.

Le comportement associé au sommeil est très différent selon les familles d’oiseaux. Beaucoup d’espèces sont capables de faire diminuer la température de leur corps, voire d’entrer en torpeur comme les Trochilidae tandis que l’engoulevent de Nuttall hiberne. Les Anserinae sont les seuls oiseaux connus chez qui s’observe une perte de tonus musculaire. L’état de sommeil est très reconnaissable chez ces espèces qui réfugient leur bec sous une aile et souvent ne posent qu’une seule de leurs pattes au sol. Beaucoup d’espèces nicheuses au sol, comme les Phasianinae, se réfugient en hauteur à l’abri des prédateurs, quelquefois en commun, pour dormir tandis que quelques perroquets du genre Loriculus se perchent tête en bas. De nombreuses espèces présentent une insertion particulière des tendons des muscles des doigts, de sorte que lorsqu’ils sont posés sur une branche, la flexion des doigts est automatique ; ceci leur permettrait de dormir perchés sans tomber de l’arbre.

gifs oiseaux

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello