• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 27 octobre 2011

Les Vertus de la tourterelle.

Posté par othoharmonie le 27 octobre 2011

 

 Spilopelia senegalensis1] La tourterelle est un oiseau connu de tous; elle n’a qu’un mâle. 

 

2] Sa fiente, avec du miel, purifie les leucomes ; mêlée à l’huile de roses, en liniment, elle sert à soigner l’utérus. 

 

3] La tourterelle, en aliment, inspire aux hommes et aux femmes la modération dans leurs désirs réciproques. 

 

Son sang, instillé chaud dans les yeux, en guérit les congestions.

 

 

De l’hirondelle de mer

 

Les Vertus de la tourterelle.  dans OISEAUX 220px-Riparia_ripariaL’hirondelle de mer est un oiseau connu de tous. Ses excréments, bus dans du vin, produisent l’érection; délayés dans de la graisse de porc et employés en liniment, ils arrêtent l’alopécie. Sa graisse avec de radiante, en cataplasme, [appliquée] deux fois par jour, soulage les brûlures. 

 

 

Issu du livre médical sommaire d’Hermès Trismégiste De la connaissance scientifique et de l’influence physique des animaux, Composé pour son élève Asclépios

 oiseaux coeurs

 

 

Publié dans OISEAUX | Pas de Commentaire »

Les vertus de l’hirondelle.

Posté par othoharmonie le 27 octobre 2011

 

 Hirundo rustica1] L’hirondelle, qui le matin réveille tout le monde par son chant, a ces vertus : si on met ses petits dans une marmite, et qu’après l’avoir lutée avec de la terre, on chauffe fortement, puis qu’on ouvre la marmite et qu’on regarde, on trouve deux petits se bécotant et deux qui se détournent l’un de l’autre. 

 

2] Si donc tu prends ceux qui s’aimaient, que tu les broyés avec de l’huile et que tu en frottes une femme, immédiatement elle te suivra. 

 

3] Si tu lui donnes a boire de leur cendre, elle deviendra folle d’amour ; tu la délieras ainsi : prends de la cendre des petits qui se détournaient l’un de l’autre, frottes-en la femme ou fais lui en boire, el l’amour excessif sera détourné. 

 

4] Leur cendre et celle des mères, en liniment, avec du miel, guérit l’esquinancie; bue avec de l’hydromel, les ulcérations de la trachée-artère. 

 

Les vertus de l’hirondelle.  dans OISEAUX 220px-Hirundo_rustica_beentree5] L’hirondelle elle-même, mangée d’une façon continue, sert à soigner le mal sacré. 

 

6] Les pierres qui se trouvent dans l’intérieur du ventre des petits, suspendues au bras droit, guérissent les hépatiques; elles préservent de la toux, du coryza, de l’enflure de la luette et des amygdales, et de toute ophtalmie. 

 

7] Leurs yeux, attachés au front, calment l’ophtalmie et guérissent toute fièvre accompagnée de frisson. Mangés, ils calment l’épilepsie et donnent une vue perçante. 

 

8] Leur cendre, en liniment, rend la vue perçante. En onctions, elle est également excellente pour soigner les ulcères du pharynx et de la langue, les chancres rongeants et les gangrènes. 

 

9] La terre de son nid, délayée dans l’eau et appliquée sur la gorge et sur le pharynx, guérit les phlegmons et l’esquinancie ; avec du vinaigre, elle calme les maux de tête. 

 

220px-Hirundo_rustica_gutturalis_-Japan_-chicks-8 dans OISEAUX10] Sa fiente, en breuvage, guérit les abcès. Mélangée à du fiel de chèvre, elle teint les cheveux en noir et guérit les dartres blanches. 

 

Sa cervelle, avec du miel, est également bonne pour la cataracte.  

Le fiel de l’animai, avec de la terre de Cimole, teint les cheveux. 

Issu du livre médical sommaire d’Hermès Trismégiste De la connaissance scientifique et de l’influence physique des animaux, Composé pour son élève Asclépios

220px-Hirundo_rustica_young_male_spring_NRM

 

 

Publié dans OISEAUX | Pas de Commentaire »

Les vertus de l’oison

Posté par othoharmonie le 27 octobre 2011

oiseau

 

1] L’oie est un oiseau connu de tous. 

  

2] Si on coupe avec un ciseau la langue d’une oie vivante et qu’on la mette sur la poitrine d’un homme ou d’une femme endormis, ils avoueront tout ce qu’ils ont fait. 

 

Les vertus de l’oison dans OISEAUX 220px-Moevenjunges3] Sa cervelle, bouillie en décoction dans sa propre graisse avec du mélilot, appliquée, est excellente pour les crevasses, les hémorroïdes et toutes les inflammations de l’anus. Broyée avec de l’huile de roses, de la graisse, des jaunes d’œufs durs, elle est salutaire pour les inflammations de l’utérus. Avec de la moelle de cerf, elle convient pour les crevasses des lèvres et pour les engelures. Injectée avec de l’huile de lis, elle fait sortir les fœtus morts. Avec du suc de solanum, elle est excellente pour les aphtes; avec du miel, elle guérit les affections de la langue. Avec du poivre, elle est bonne pour les écoulements des oreilles, même chroniques. Broyée avec de la staphisaigre, elle purifie les ulcères charbonneux. 

 

4] Son fiel, surtout celui de l’oie sauvage, avec du suc de marrube ou de polygonum, en pessaire, aide à la conception et produit l’érection chez les hommes. 

 

5] Sa graisse est utile pour les pessaires, les remèdes fortifiants, les cataplasmes émollients. 

 

6] Sa fiente, en boisson dans l’eau, calme la toux ; celle de l’oie sauvage, en fumigations, éloigne les démons ; elle guérit aussi la léthargie et l’hystérie. 

  dans OISEAUX

7] Son fiel, avec du fiel de bœuf et de l’eau de laurier, guérit la surdité. 

 

8] Son bouillon, bu avec du vin, est secourable à ceux qui boivent du vin, soit d’aconit, soit de dorycnium. 

 

9] L’intérieur de l’oie rôtie convient, le foie à ceux qui ont mal à l’estomac, le ventre à ceux qui ont mal au ventre, les intestins à ceux qui ont la colique ; son cœur et ses poumons guérissent les phtisiques. 

 

Issu du livre médical sommaire d’Hermès Trismégiste De la connaissance scientifique et de l’influence physique des animaux, Composé pour son élève Asclépios

D-Todos.ES - Imagenes para MSN, MySpace, gifs animados, generadores de textos y mucho mas.

Publié dans OISEAUX | Pas de Commentaire »

Vertus des œufs d’oiseaux.

Posté par othoharmonie le 27 octobre 2011

 

1] Le blanc d’œuf frais, étendu avec une plume, guérit les brûlures; mêlé au blanc de céruse, il fait blanchir les cicatrices noires. 

 

Vertus des œufs d'oiseaux.  dans OISEAUX 220px-Amselnest_lokilech2] L’œuf qui vient d’être pondu, en liniment, accélère l’accouchement. Il est très utile et nécessaire dans les maladies des yeux. 

 

3] Le jaune d’œuf, cuit avec de la myrrhe, guérit les écorchures causées par les chaussures : il arrête toute inflammation et tout écoulement. Il est utile en pessaire, ainsi que pour les affections du fondement; il guérit toute douleur, principalement les inflammations des érysipèles et des abcès. Avalé cru, il arrête les crachements de sang chez la femme et il fortifie les artères. II convient merveilleusement contre toute inflammation, crevasse, douleur de l’anus. 

 

4] La coquille d’œuf calcinée et broyée doit être respirée pour l’hémorragie nasale; frottée sur les dents, elle les fait briller. 

 

5] Sa pellicule est salutaire contre les crevasses des lèvres et les érosions de la langue. Elle agit efficacement pour la confection de l’or. Les œufs de l’oie et du paon produisent les mêmes effets. 

 

6] L’œuf de l’ibis, dur, chasse les bêtes sauvages. 

 

7] Les œufs de la corneille, en onguent, sur les parties génitales, portent à la volupté et produisent un philtre. Les œufs de l’hirondelle produisent les mêmes effets et de plus noircissent les cheveux blancs. 

 

220px-Anas_platyrhynchos_ducklings dans OISEAUX8] Les œufs de la colombe, quand on les mange, produisent l’érection.  

9] Les œufs de la perdrix, mélangés au miel, procurent une vue perçante et accélèrent l’accouchement. 

 

10] L’œuf d’autruche, en liniment, soulage les goutteux. 

 

11] Les œufs d’araignée, pris en breuvage, trois pour la fièvre tierce, quatre pour la fièvre quarte, chassent et la fièvre quotidienne et toute mauvaise fièvre. 

 

12] Fais cuire dans l’urine d’âne des œufs de poule non fécondés, donne-les à manger à ceux qui souffrent des reins ou de coliques, et tu les guériras d’une façon surprenante. 

 

13] Les œufs de tortue de mer, mangés, guérissent les lunatiques. 

 

Les coquilles d’œufs de poule, calcinées et broyées, avec de l’oxymel, en breuvage, guérissent l’hémorragie de la vessie. 

 

L’œuf entier, calciné jusqu’à sa réduction en cendre, mélangé avec de l’arsenic, insufflé dans les narines, arrête l’hémorragie nasale. 

 

Le blanc d’œuf avec de la céruse et de l’amidon, en liniment, calme l’inflammation.  

L’œuf cru, avalé à jeun, préserve les voyageurs de la soif.  

Les œufs, frits dans la poêle avec du nitre et de la cire, mangés à jeun, arrêtent le cours de ventre. 

 

Le liniment composé d’huile mêlée à des œufs, est excellent pour toutes les inflammations et les arrête comme pas un autre remède. 

 

Pour les contusions, prends des jaunes d’œufs sans les blancs, bats-les, mêles-y de la poix sèche et fais cuire au feu, donne à prendre : le remède est tout à fait efficace. 

 

A ceux qui éprouvent de violentes douleurs au fondement, les jaunes d’œufs, sans le blanc, mêlés à de la poix sèche, cuits au feu et avalés, procurent un grand soulagement.  

On dit que les œufs de perdrix mangés excitent les désirs vénériens.  

 

Issu du livre médical sommaire d’Hermès Trismégiste De la connaissance scientifique et de l’influence physique des animaux, Composé pour son élève Asclépios 

Publié dans OISEAUX | Pas de Commentaire »

Oiseau intelligent

Posté par othoharmonie le 27 octobre 2011

Oiseau intelligent  dans OISEAUX 250px-Rook_in_flightBien qu’« avoir une cervelle d’oiseau » signifie ne pas avoir une grande intelligence dans plusieurs cultures, certaines espèces d’oiseaux font preuve de capacités cognitives relativement élevées. Les Corvidae sont réputés être les plus intelligents des oiseaux ; les Psittacidae sont aussi capables de performances remarquables, mais avec beaucoup d’inégalités selon les espèces. D’autre part, il est difficile de définir le terme « intelligence » et aussi de distinguer ce qui fait partie du domaine de l’inné ou du domaine de l’acquis, et donc d’évaluer leur capacité de raisonnement.

Les oiseaux sont capables d’apprendre, on sait par exemple que les petits coucous apprennent le chant de leurs parents adoptifs ou que les corbeaux font leur apprentissage en imitant leurs semblables.

220px-RooksBackOfSavrasov dans OISEAUXLes plus communes de leurs capacités sont certainement leur représentation spatiale (qui leur permet de s’orienter, de retrouver une source de nourriture ou de construire des nids sophistiqués) et leurs capacités de communication.

Une des capacités les plus surprenantes est l’aptitude assez répandue à se servir d’objet comme outil. Le Corbeau calédonien, par exemple, est capable de se servir d’un bâton pour déloger les insectes dont il se nourrit.

Certains oiseaux sont mêmes capables de compter, comme les Psittacidae, qui sont aussi connus pour non seulement reproduire la voix humaine, mais aussi comprendre ce qu’ils disent et utiliser leur vocabulaire à bon escient.

On a également observé des oiseaux capables de se soigner, par exemple en ingérant de l’argile destinée à combattre les effets néfastes des toxines alimentaires.

oiseau

 

 

Publié dans OISEAUX | Pas de Commentaire »

Relations sociales des Oiseaux

Posté par othoharmonie le 27 octobre 2011

Relations sociales des Oiseaux dans OISEAUX 220px-Seagull1La majeure partie des espèces sont sociables, elles peuvent l’être toute l’année comme le corbeau freux, les sternes, les goélands ou sur une période restreinte de l’année comme les bécasseaux. Dans ce dernier cas, les regroupements peuvent avoir un objectif précis comme la migration ou la nidification. Certaines espèces vivent en groupe pluri-spécifiques, d’autres en groupe de la même espèce. Lorsqu’elles sont grégaires, elles font preuve de comportements sociaux ou collectifs qui peuvent être très complexes comme la chasse en groupe, la constitution de hiérarchie, la coopération filiale dans l’élevage des jeunes, la présence de guetteurs (bernache du Canada), la constitution de nuées ou volées mono ou pluri-spécifiques, ou tout simplement la constitution de colonies. 

Ces comportements sont complémentaires au besoin de territorialité; ainsi les adultes de certaines espèces vivant en colonie deviennent très agressifs vis-à-vis de tout intrus en deçà d’une distance minimale de leur nid (fou de Bassan) correspondant le plus souvent à la distance que peut atteindre le couveur avec son bec sans quitter le nid. 

220px-Athene_noctua dans OISEAUXCertains oiseaux sont cleptoparasites, c’est-à-dire qu’ils se nourrissent, au moins en partie, de proies dérobées à d’autres espèces. Il s’agit en particulier des Labbes et de certaines espèces de Laridés, mais un grand nombre d’espèces sont concernées, notamment des rapaces et des limicoles

Certaines espèces d’oiseaux pondent volontairement dans le nid d’autres oiseaux, de la même espèce ou non. Ce parasitisme de couvée existe sous deux formes, certaines espèces sont obligées d’utiliser cette méthode car elles sont incapables d’élever leurs propres jeunes, et d’autres n’utilisent cette méthode que ponctuellement, comme pour certains Phaethornithinae. Il existe environ une centaine d’espèces parmi les Cuculidae, Indicatoridae, Icterinae, Estrildidae, Anatidae qui sont des parasites obligatoires et les oisillons de la plupart d’entre eux tuent les petits des espèces parasitées et sont nourris par leur hôtes. 

Les femelles de coucou gris, par exemple, pondent un œuf directement dans le nid de différentes espèces de passereaux et ceux-ci l’élèvent souvent au dépens de leur propre couvée. Ce coucou apprend même le chant de ses parents adoptifs. Le coucou geai parasite presque exclusivement la pie bavarde. Ce comportement existe également chez plusieurs canards comme la nette rousse qui pond généralement dans son propre nid mais dépose aussi fréquemment des œufs dans les nids d’autres espèces apparentées, en particulier le fuligule morillon

Ce type de parasitisme, même chez la fuligule à dos blanc de la part de la fuligule à tête rouge où le but du parasitisme se limite à l’utilisation du nid, peut avoir un effet négatif significatif à plus ou moins long terme, même dans le cas où les poussins supplémentaires ne tuent pas ou ne concurrencent pas alimentairement les poussins de la portée.

oiseau bleu

 

Publié dans OISEAUX | Pas de Commentaire »

Oiseaux et Religion

Posté par othoharmonie le 27 octobre 2011

Oiseaux et Religion dans OISEAUXSi plusieurs religions ont directement utilisé certains oiseaux comme symbole religieux, la plupart ont utilisé l’œuf, les plumes ou les ailes. Certaines religions considèrent certains oiseaux comme porteurs d’une essence divine car symbole de leur(s) dieu(x). Par exemple, à l’instar de plusieurs autres types d’animaux, la religion égyptienne antique élevait avec un grand faste et respect les spécimens de faucon, d’Ibis, de Huppe fasciée dans leur temple.

Certaines populations dravidiennes considèrent les paons bleus comme divins, manifestation de la Terre mère

D’autres peuples, plus simplement, représentent leur(s) dieu(x) sous la forme d’oiseau, comme les yézédis qui représentent Melek Ta’us sous la forme un paon, comme les chrétiens utilisent la colombe comme manifestation d’une des essences de leur Sainte Trinité, le Saint-Esprit. La Bible se sert aussi de la colombe avec plusieurs significations associées, effroi, passivité, deuil et beauté. La couleur de la « blanche colombe » en fait un symbole de pureté qui était très commune au Moyen-Orient durant l’antiquité. 

Les interprétations humaines de ces messages ne sont pas uniformes puisque, la Huppe fasciée est sacrée en Égypte antique, elle est symbole de vertu en Perse et elle est signe de guerre dans les pays scandinaves. 

Certains cultes ou mythologies ont attribué des pouvoirs à certains oiseaux, sans en faire des dieux, comme le rôle de messager des dieux attribué à Hugin et Munin, deux grands corbeaux dans les mythologies nordiques. 

220px-Common_starling_in_london dans OISEAUXIls peuvent également être simplement instrument sans conscience d’un dieu. La Bible, qui reprend le récit de l’Épopée de Gilgamesh, raconte que Noé lache une colombe puis un corbeau pour trouver une terre après le déluge. Dans le Livre des Rois, des corbeaux sont envoyés par Dieu pour nourrir Élie. Dans le Coran, un corbeau envoyé par Allah apprend à Caïn comment enterrer son frère. 

Ils peuvent faire office de messagers des dieux pour les prêtres comme dans la mythologie Rapa NuiTangata manu, l’Homme-oiseau, le roi de l’Île de Pâques était désigné par une course à la découverte d’un œuf. Ceci était vraisemblablement le cas pour toutes les cultures méditerranéennes antiques. Philon d’Alexandrie, un philosophe juif hellénisé, reconnaît ce rôle de messager aux oiseaux. Dans la religion romaine par exemple, le vol des oiseaux ou leurs entrailles étaient interprétés par les haruspices et augures pour déterminer la volonté des dieux. 

Également, pour certains cultes, les oiseaux peuvent être offerts en sacrifice. Le Lévitique précise que la colombe et les pigeons sont les seuls oiseaux offrables en sacrifice, le riche, lui, pouvant sacrifier du bétail. 

Si les oiseaux adultes sont utilisés comme symbole religieux, il en est de même pour les œufs, symboles par excellence de la renaissance et de la pureté des formes, mais aussi pour certains de leurs comportements. La migration des oiseaux est considérée comme signe d’une perfection divine dans le Coran

Les oiseaux sont perçus plutôt comme des symboles bénéfiques, une illustration possible de ce fait est qu’en iconographie occidentale les ailes des anges, créatures bénéfiques, sont représentées sous forme d’ailes d’oiseaux, animaux diurnes, alors que celles des démons, créatures maléfiques sont représentées avec des ailes de chiroptères, animaux nocturnes.

 

 

Publié dans OISEAUX | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello