Nicolas Hulot et les baleines

Posté par othoharmonie le 26 octobre 2011

   

Nicolas Hulot et les baleines dans BALEINE 220px-Nicolas_Hulot_%C3%A0_la_f%C3%AAte_de_l'Huma_2008_-_3En fait Nicolas veut rassembler tous ceux qui ne se résignent pas au déclin conjoint de l’humanité et de la nature, ce qui en d’autres termes concerne tout le monde. Mais la pensée de Nicolas ne se résume pas au positionnement politique. Au-delà d’une idéologie, Nicolas incarne une spiritualité dont son amitié avec Pierre Rabhi est déjà un témoignage. Dans un article « La spiritualité à l’heure des choix »*, Nicolas prend nettement position :

 « Je pense que la spiritualité est le chemin que l’on cherche pour nous relier, parce que l’homme n’est pas le Tout, il est la fraction d’un Tout. Je me sens lié avec le vivant. Quand je fais eau commune avec des baleines, je n’ai pas une étrangère en face de moi. Nous sommes issus d’une même histoire, d’une même matrice. Et d’ailleurs la science nous l’a confirmé : il y a beaucoup de nous dans la baleine et il y a beaucoup de la baleine en nous. La fragmentation, les divisions qui sont les produits de la pensée, pour nous cataloguer dans des espèces, des races, dans des nationalités, pour moi tout ceci est abstrait. Notre civilisation s’emploie à nous désolidariser et à couper tous les liens avec le reste du vivant et à le détruire. Il y a une perte de sens, culturelle et spirituelle, il y a une perte de repères. Je suis intéressé à comprendre à quel moment il y a eu un découplage. 

Pour moi l’homme est la partie consciente de la nature, c’est un privilège. Cela amène à beaucoup d’interrogations, et même peut-être beaucoup d’obligations. Il y a deux options. Soit il va y avoir un repli sur soi, ce que j’appelle la tentation de la ruine : repli sur les nationalismes, sur l’égoïsme, où chacun va essayer dans cette période trouble de se protéger d’abord. Gardons à l’esprit que nous ne sommes pas civilisés en profondeur, et qu’un certain nombre de circonstances peut nous faire replonger dans la barbarie. Ce sont des vices communs : le mal, c’est l’autre. Soit, profitons de cette période de doute pour reposer les questions du sens de la vie, du projet humain, des valeurs. Nous vivons un moment délicat, pour ne pas dire dangereux, où tout peut basculer, et qui est aussi une incroyable opportunité. Nous pouvons reconstruire une nouvelle logique. Est-ce que nous serions moins heureux à procéder à certains renoncements, à hiérarchiser nos désirs et nos besoins ? Cela n’est pas possible si nous n’avons qu’une vision purement matérialiste des choses. 

Nous avons un devoir de nous humaniser, de devenir humain au sens profond de ce terme. Nous formons une communauté d’origine et de destin. C’est le moment de créer un fantastique lobby des consciences. On peut tous quelque chose, chacun à son niveau, non en se culpabilisant, mais en se responsabilisant. » 

* dans le livre Crise écologique, crise des valeurs — Labor et Fides, 2010

GIF BALEINE PHOQUE ET ORQUE

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello