• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 20 octobre 2011

Exploitation de l’ivoire d’éléphant

Posté par othoharmonie le 20 octobre 2011

 

Exploitation de l'ivoire d'éléphant  dans ELEPHANT 220px-Ivory_tradeL’ivoire a toujours été un matériau précieux, sculpté depuis plusieurs millénaires par l’homme. En raison de son origine animale, la récupération d’ivoire a constitué une véritable menace pour les espèces qui en sont pourvues.

 

Le musée de Dieppe présente une collection importante d’objets sculptés en ivoire.

 

L’ivoire d’éléphant

Les éléphants ont été particulièrement chassés pour leurs défenses, à tel point que dans certaines régions d’Afrique et d’Asie, leur patrimoine génétique serait en train d’évoluer. En réalité, cette évolution vient probablement du fait qu’il existe naturellement des éléphants non munis de défenses ; ces éléphants n’étant pas chassés pour l’ivoire peuvent se reproduire plus longtemps que les éléphants avec défenses : ce n’est donc pas une mutation, mais un remplacement. Actuellement, les éléphants sont protégés, et l’impact du braconnage sur l’évolution des populations d’éléphants est très difficile à quantifier.

 

Du fait du déclin des populations d’animaux producteurs d’ivoire, l’import et la vente d’ivoire est interdite ou sévèrement réglementée dans de nombreux pays. Il existe une interdiction internationale du commerce de l’ivoire depuis 1989.

 

L’ivoire fossile de mammouth, est abondant en Sibérie. Il a été vendu ou confondu avec l’ivoire d’éléphant ou sert aussi de remplacement à l’ivoire d’espèces actuellement vivantes. Il semble avoir été exploité depuis plusieurs siècles.

 

« M. Tilesius rapporte un passage de M. Klaproth, d’où il résulte que ces cadavres encore garnis de chair préservée par les glaces ne sont pas une chose absolument rare. Les Chinois même en ont quelque idée , et il est question, dans leurs livres, d’une prétendue souris grande comme un buffle qui habite, des cavernes dans les contrées septentrionales, et dont les os se laissent aisément travailler. Ce ne peut être que le mammont (mammouth) des Russes, ou l’éléphant fossile ; et la fable même généralement adoptée par les peuples de Sibérie, que le mammont vit sous terre , et qu’on ne le prend jamais en vie, mais qu’on en trouve quelquefois le corps encore frais et ensanglanté, ne peut tenir qu’à ces cadavres que l’on aura découverts ainsi conservés par le froid. L’abondance de ces os en Sibérie est telle que, malgré l’immense quantité que l’on vend et que l’on emploie journellement dans les arts, ils ne semblent pas avoir diminué : l’on creuse rarement des puits ou de fondations sans en découvrir ; et des îles entières, dans les mers glaciales, semblent en être formées »

 

Ivoire végétal

 

ivoire-vegetale-235585 dans ELEPHANTParfois, il ne s’agit que de trouver un substitut naturel qu’il soit animal ou végétal. On utilise ainsi : Ivoire végétal (Tagua, corozo), casque corné du cacatoès, bois, os, résine de copal fossile),

 

Les graines de certains végétaux -Ivoire végétal- gagnent en popularité comme remplacement de l’ivoire bien que leur dimension limite leurs usages.

Les associations écologistes préconisent l’utilisation d’un substitut naturel à l’ivoire nommé « Ivoire végétal », issu du commerce équitable.

Sites wikipédia à visiter :

 

Ivoire rose, bois du Berchemia zeyheri qui doit son nom à ses propriétés mécaniques rappelant celles de l’ivoire

Ivoire Barberini, objet d’art byzantin conservé au musée du Louvre à Paris.

Diptyque consulaire, objet d’art romain tardif ou byzantin

La Côte d’Ivoire, pays d’Afrique occidentale.

Ivoire végétal

Musée des ivoires d’Yvetot

Chryséléphantin

 

gifs éléphants

Publié dans ELEPHANT | Pas de Commentaire »

L’éléphant et l’homme

Posté par othoharmonie le 20 octobre 2011

L’éléphant et l’homme  dans ELEPHANT 320px-ElephantTrainingCampUtilisé comme animal de trait par les humains, ainsi que lors de batailles en tant qu’éléphant de guerre, l’éléphant a occupé de nombreuses fonctions, notamment celle d’exécuteur lors d’exécutions par éléphant. En 1914-1918, des éléphants de cirque ont en Europe par exemple servi à débarder le bois en forêt (de Mormal, dans le Nord de la France), ou encore à labourer, ou à tirer des wagons dans les usines de munitions. 

 

Le conducteur d’un éléphant est appelé cornac ou mahout

 

À l’origine, les éléphants étaient chassés par les hommes pour leur viande. 

 

Certaines parties, comme les pieds d’éléphants, ou des animaux entiers étaient naturalisés. Les poils et les défenses d’ivoire, bien sûr, étaient aussi utilisés. On s’en servait pour fabriquer des objets de décoration et en bijouterie, ou bien ils étaient destinés, ainsi que les dents et les ossements, à des cabinets de curiosité ou des museums

 

320px-P10100441 dans ELEPHANTL’ivoire a longtemps fait l’objet d’un commerce important qui subsiste encore parfois sous forme de trafic illégal malgré le statut de protection dont bénéficient les éléphants survivants.

 

 Un mahout, ou cornac (dérivé du mot indien cornaca) est à la fois le maître, le guide et le soigneur de l’éléphant. On est cornac de génération en génération. Normalement un cornac s’occupe d’un seul éléphant au cours de sa vie. Cette relation entre l’homme et l’animal est particulièrement développée en Asie où l’éléphant reste encore un moyen de transport de matériaux dans les zones difficiles. 

 

Le cornac est assis sur le cou de l’animal et communique avec son éléphant par l’intermédiaire de mots, de gestes et de mouvements de pieds. Ainsi un éléphant peut être dressé pour réagir à une cinquantaine de mots environ. 

 

 

Au cour du dressage, deux éléphants adultes encadrent l’éléphanteau pour lui apprendre à répondre aux principaux ordres. Lorsqu’il est entravé dans sa cage, un enfant grimpe sur son dos pour l’habituer à la présence humaine. 

 

A la fin du dressage, le maître grave plusieurs noms sur des tiges de canne à sucre et les présente à l’éléphant qui choisira lui-même son nom en se saisissant d’une des tiges. Une cérémonie de baci est organisée à laquelle est convié tout le village. Elle marque l’entrée de l’éléphant dans le monde des hommes et son renoncement à l’univers des esprits. 

 

La cérémonie du Baci au Laos, est une tradition d’inspiration animiste qui s’appelle qui est une cérémonie rituelle organisée pour différentes occasions (naissance, mort,  réjouissances etc…) par les familles à toute époque de l’année.

 

120px-Elephants_in_Corbett_CampPour la cérémonie du « Baci » la famille prépare un grand plateau, le « Phakhouan », sur lequel on pose coupes et vases en argent décorés de fleurs qui contiennent des aliments pour le « Khouan ». Le « Baci » est une cérémonie par laquelle le bon peuple lao, au milieu des sourires et des fleurs, manifeste sa joie de vivre et la générosité de son cœur. Par cette cérémonie, on formule les vœux de toutes sortes à l’enfant qui vient de naître, à la femme qui relève de couches, au malade qui vient de guérir, à l’homme qui va entreprendre un long voyage ou qui rentre dans son foyer. Ces vœux sont formulés autour du Khouan, face à la personne de son choix en lui attachant un bracelet blanc autour du poignet. On souhaite généralement la santé, la prospérité et le bonheur.

 

 

Publié dans ELEPHANT | Pas de Commentaire »

A dos d’Eléphant

Posté par othoharmonie le 20 octobre 2011

Les outils du cornac :

 

1.      Howdah La chaise traditionnelle des cornacs lao leur permet de s’abrier du soleil, de la pluie et des branchages de la forêt.

 

2.      Baudrier (lianes tressées) Placé contre le poitrail, il permet à l’éléphant de tirer des troncs pouvant atteindre 3 tonnes.

 

3.      Cloche (bois ou bambou) Les éléphants sont des animaux particulièrement silencieux. La cloche guide le cornac vers son éléphant relâché en forêt pour la nuit.

 

4.      Tapis de selle En fibres végétales agglomérées, il permet d’éviter le frottement entre la peau et la chaise ou le bât quand l’éléphant travaille.

 

5.      Ankush La seule vision de ce crochet suffit généralement à faire entendre raison à l’éléphant récalcitrant.

 

6.      Passe-queue (rotin) Il permet de maintenir la chaise en équilibre en la fixant à l’arrière à la queue.

 

7.      Sangle abdominale (rotin) Elle assure l’équilibre du palanquin ou du bât de l’éléphant.

 

8.      Oreillette Placée au-dessus de l’oreille, elle permet au cornac de tenir son éléphant « en laisse » et de le conduire docilement.

 

9.      Chaînes de pied (métal) Elles sont utilisées pour maîtriser un éléphant particulièrement énervé ou en période de musth.

10.  Entraves (rotin) Utilisées ponctuellement pendant toute la période de dressage, elles empêchent l’éléphanteau de se déplacer mais surtout de donner des coups de pieds à ses instructeurs

A dos d’Eléphant dans ELEPHANT 300px-Mnong_mahout

Publié dans ELEPHANT | Pas de Commentaire »

Eléphant et la musique

Posté par othoharmonie le 20 octobre 2011

  

 

Eléphant et la musique dans ELEPHANT 20071029114442s5flavienxn8L’olifant (anciennement «oliphant») est un instrument de musique à vent de la famille des cornes.

 

C’est un cor d’une grande dimension, fait habituellement d’une défense d’éléphant garnie de viroles de métal pour la suspendre. L’olifant était un cor de guerre et de chasse, il servait à donner des signaux, à rallier les troupes, à annoncer l’approche d’un ennemi.

 

L’olifant était donc un instrument que portaient les chefs, ou un homme qui les suivait (comme les radios modernes suivent le lieutenant) et qu’ils embouchaient à la guerre, pour réunir leur monde, ou pour prévenir de leur approche. Le guetteur du château n’a qu’un cor, pour donner des signaux ; l’olifant était la trompe du noble, du seigneur ayant des barons sous ses ordres. Tout le monde connaît la légende de Roland. Lorsqu’il combat dans les défilés de Roncevaux, qu’il voit ses compagnons morts pour la plupart, il met alors l’olifant à sa bouche. Le héros tient à son olifant autant qu’à son épée ; lorsqu’il sent la mort venir, ne pouvant briser Durandal, il met son cor en pièces, puis se couche sous un pin pour mourir.

 

L’olifant était alors une marque distinctive de commandement, de dignité, que les grands, seuls, portaient à la guerre, et il était déshonorant de laisser prendre cet instrument considéré comme noble. Sur l’un des corbeaux de l’une des portes de la façade de l’église abbatiale de Vézelay, tout près de chez moi, un ange qui annonce la naissance du Sauveur porte un olifant en bandoulière. Ce cor est façonné à pans.

 

Les olifants d’ivoire étaient souvent richement sculptés ; nos collections publiques et privées en conservent un certain nombre d’une époque très ancienne (du Xe au XIIe siècle), sur lesquels sont figurés en bas-reliefs des chasses, des animaux réels ou fantastiques. La plupart de ces objets ont été plusieurs fois gravés ; ils affectent tous la même forme, imposée d’ailleurs par la courbure de la défense d’éléphant.

 

Source : Eugène Viollet-le-Duc

 

élép.coeurs

Publié dans ELEPHANT | Pas de Commentaire »

L’éléphant et l’Art

Posté par othoharmonie le 20 octobre 2011

  

Éléphant (gravure du XVIIIe siècle) L’ivoire des défenses de l’éléphant a longtemps servi à la réalisation d’œuvres d’art. Les œuvres en or et ivoire sont qualifiées de chryséléphantineschrusos, or en grec. Ce nom a été déformé en olifant, pour désigner une corne (instrument de musique) en ivoire. 

 

Le chryséléphantin 5signifiant « or » et elephántinos signifiant « ivoire ») est une technique de sculpture apparue en Grèce aux alentours du VIe siècle av. J.‑C., se caractérisant par l’utilisation de plaques d’ivoire (généralement pour représenter la chair, le corps humain) et d’or assemblées sur une armature de bois. Une statue créée avec cette technique est appelée une chryséléphantine

 

On peut citer l’exemple de la statue d’Athéna, l’Athéna Parthénos, qui se trouvait dans le Parthénon, faite d’or et d’ivoire, et qui était donc une statue chryséléphantine, mais aussi celle de Zeus à Olympie sculptée par Phidias et faisant partie des Sept merveilles du monde

La technique et le terme de chryséléphantine est repris à l’époque Art déco pour des statuettes en bronze doré et ivoire, une mode qui a périclité après la Seconde Guerre mondiale, entre autres à cause de la production en série[1]. Des artistes comme Demetre Chiparus, Peter Tereszczuk, Georges Omerth ou Ferdinand Preiss ont réalisé de nombreuses chryséléphantines. 

 

Ces anciennes chryséléphantines ont connu un nouvel attrait pour les collectionneurs à partir des années 1970 mais le marché a vite été confronté à des circuits de contrefaçon.

éléphant avance d

 

 

Publié dans ELEPHANT | Pas de Commentaire »

Bibliographie Eléphant

Posté par othoharmonie le 20 octobre 2011

 

L’éléphant dans la Fiction  

spaceboos.com-Myspace LayoutsLes éléphants ont inspirés de nombreux artistes. La liste ci-dessous est loin d’être exhaustive. 

Cinéma : 

 

Les Racines du ciel (The Roots of Heaven) de John Huston (1958, basé sur le roman de Romain Gary). 

Tusk d’Alejandro Jodorowsky (1980

Chasseur blanc, cœur noir (White Hunter Black Heart) de Clint Eastwood (1990, inspiré par John Huston, chasseur d’éléphant sur le tournage de the African Queen en 1950). 

Sunny et l’éléphant de Frédéric Lepage, 2008éléphant avance d 

Documentaire 

L’Homme et l’Éléphant de Vijay Singh 

Dessins animés : 

Babar 

Dumbo 

Winnie l’ourson et l’Éfélant 

Littérature : 

Les Racines du ciel de Romain Gary, Prix Goncourt en 1956

Le Livre de la jungle de Rudyard Kipling (personnages de Hathi et de Kala Nag). 

Les Annales du disque-monde de Terry Pratchett (le disque-monde est soutenu par quatre éléphants géants). 

L’Éléphant et le Singe de Jupiter de Jean de La Fontaine 

Littérature enfantine : 

Le Livre de la jungle de Rudyard Kipling 

 

Article détaillé : Liste d’éléphants de fiction.

éléphant avance g

Publié dans ELEPHANT | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello