• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 7 octobre 2011

Le chien et les cinq éléments

Posté par othoharmonie le 7 octobre 2011

·         Chien-bois :
méfiant avec les inconnus mais doux et chaleureux avec ses amis, c’est un être généreux , prêt à se donner sans réserve.Il apprécie le succès et l’argent qu’il utilise pour le bonheur d’autrui, sans jamais tomber dans le piège du matérialisme.Il a besoin de stimulations artistiques et intellectuelles pour s’épanouir. 

·         Chien-feu :
plutôt agressif, théâtral et plein de charme mais toujours très fidèle à ses principes.Il se défend avec férocité si l’on veut le forcer à faire ce qu’il ne veut pas.Contrairement aux autres chiens, il sait apprécier les expériences nouvelles.Honnêteté, créativité et grandes ambitions. 

·         Chien-terre :
l’honnêteté et la sagesse prédomine chez ce chien.Fidèle et constant en amour, prudent mais doté d’un esprit constructif dans le travail, il reste attaché à ses principes mais ne refuse pas de se conformer aux désirs de la majorité.il est très exigeant avec les autres, doté d’un grand sens pratique, réaliste, avec un peu de froideur dans les sentiments. 

·         Chien-métal :
ce chien a des convictions inébranlables.Il œuvre avec dévouement et décision pour toutes les causes justes.Qu’il s’agisse de travail ou d’amour, il prend tout au sérieux et se montre sévère et intransigeant. 

·         Chien-eau :
réflexion et intuition associées au dévouement.Ce chien est aimable mais un peu replié sur lui-même.C’est le plus disposé à faire des concessions, recherchant les gratifications et acceptant l’aventure.Il cache habilement ses émotions et dissimule la solidité de ses sentiments.

Le chien et les cinq éléments dans CHIEN 220px-Blacky-

 

 

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaire »

Le chien et les apparences

Posté par othoharmonie le 7 octobre 2011

La cynocéphalie désigne le fait de posséder une tête de chien, et désigne les humanoïdes possédant une tête canine ou celle d’un animal apparenté, comme les hyènes ou les chacals. Cette particularité peut concerner aussi bien des divinités que des créatures Le chien et les apparences dans CHIEN 220px-Bullterrier_femellehumanoïdes et thérianthropes. « Cynocéphale » est aussi le nom d’une créature spécifique, présente dans les bestiaires médiévaux. La symbolique cynocéphale sert généralement à mettre en avant la sauvagerie et la bestialité dans les représentations antiques grecques et chrétiennes, mais dans la mythologie égyptienne, ces créatures ont pour fonction de garder les lieux sacrés. Il existe de nombreuses variétés de cynocéphales, comme les cynodontes, des hommes à mâchoire de chien, et selon Henri Cordier, la source commune de toutes les légendes sur des barbares à tête canine peut être trouvée dans la Romance d’Alexandre. Dans les figures chrétiennes orthodoxes, de nombreux cynocéphales sont présents comme Saint Christophe.

chien fat. ouvre oeil

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaire »

Rêver de Chien

Posté par othoharmonie le 7 octobre 2011

Selon le dictionnaire des rêves de Tristan Moir, http://tristan.moir.free.fr/dicoreve/index.html voici la signification d’un rêve contenant un chien :   

Rêver de Chien dans CHIEN 200px-ThemisDouCoudounieVoici le compagnon fidèle de l’homme, celui qui veille sur ses jours comme ses nuits. Les rêves de chien sont extrêmement nombreux. La symbolique de cet animal est complexe. Le chine est d’abord le gardien du corps. Il veille sur notre maison – le corps – celle que notre âme habite. Il représente une partie importante d e l’homme, ses instincts qu’il se doit d’écouter. Le chien obéit aux ordres du mental, le maître, mais il peut se rebiffer si ceux-ci vont à l’encontre du corps, s’il le met en danger, ce corps dont il est le gardien. 

Si vous rêvez d’un chien enfermé, en train de dépérir, de gémir faiblement, c’est une mise en garde sérieuse : vous n’êtes plus à l’écoute de vos instincts que vous refoulez au détriment des besoins élémentaires de votre corps. La vitalité vous fuit et vous n’avez plus aucune défense contre les attaques extérieures. Si vous êtes face à un chien qui vous fait peur, cela signifie que vous vous méfiez terriblement et à tort, de vos instincts élémentaires. Il faut les accepter et les intégrer pour éviter que cette énergie ne se retourne contre vous. 

C’est ce que décrivent les rêves où une personne est poursuivie par un ou plusieurs chiens, féroces. Ce sont ses forces psychiques devenues négatives dans leur isolement qui se retournent contre elle. Celui qui ne reconnaît plus les réels besoins de son corps est comme un étranger à l’intérieur de celui-ci. Il se met en danger lui-même. 

Caresser un chien en rêve, le serrer contre soi, même si dans la réalité nous ne sommes guère attirés par cette gent animale, c’est renouer avec son intuition, se nature instinctive liée au besoin du corps, et aussi sa nature psychique, plus animale. 

200px-Pink1DuRocherDesJastres dans CHIENLe chien, dans de nombreuses traditions, est aussi le guide de l’âme après la mort.il possède la mémoire instinctive des gestes et rites que nous devon suivre. Après avoir été le gardien de notre corps sur cette terre, il veille encore sur notre âme dans son voyage vers l’au-delà. C’est pour cela qu’il est représenté comme le gardien des enfers. Il empêche d’entrer ceux qui ne le méritent pas et il empêche de sortir ceux qui le méritent. Il est aussi juge car le chien est à l’image de son maître. Dans les rêves à connotation sexuelle où apparaissent des chiens, le sens est différent. 

Ici, les instincts et les pulsions sexuelles trop fortes ne sont pas reconnus ni éclairées par le biais de la raison. Cet instinct reste obscur et indistinct, presque sans conscience. Il pousse le rêveur à des comportements qui vont à  l’encontre de sa nature et du respect de soi. Si le chat représente la nature féminine parfaitement sexuée, ainsi que l’amour physique exprimé et l’union des contraires dans la discrétion, le chien n’est pas encore à ce stade. Les pulsions sexuelles sont si fortes qu’elles poussent l’individu à tous les débordements, sans tendresse ni distinction de sexe d’une façon tellement visible qu’elles n’échappent à personne, sauf peut-être, au rêveur lui-même. Le langage courant utilise le mot chien ou chienne pour désigner une personne au comportement amoureux peu délicat et exhibitionniste. 

Il manque ici le discernement nécessaire à la condition humaine, celui qui fait que la sexualité est l’aboutissement d’une histoire que construisent deux êtres humains. La sexualité doit être nommée, acceptée et reconnue par la conscience pour être vécue de façon épanouie. 

Positif : instincts reconnus, écoute de ses besoins réels. 

Négatif  : mise en danger de son corps, tendances libidineuses. 

chien oui

Le site de Tristan-Frédéric Moir : http://tristan.moir.free.fr/Nouveausite/index.html   Psychanalyste – Psychothérapeute – Onirologue Analyse et interprétation de rêves – En direct chaque mercredi de 23h à 1h30 sur « Radio Ici & Maintenant ! » 95.2 FM 

Publié dans CHIEN | 2 Commentaires »

Le chien qui voit des fantômes

Posté par othoharmonie le 7 octobre 2011

   

Le chien qui voit des fantômes   dans CHIENDans le lointain passé, un homme des champs dont on ne connaît pas le nom s’en allait assister dans le village voisin à une cérémonie de « mema’t », c’est-à-dire d’invocation des Génies-ancêtres de la lignée par un médium. 


Comme il cheminait ainsi dans les bois, il atteignit la « forêt des esprits », prey khmoc, où, dans de petites huttes, de nombreux morts avaient été enterrés. Alors qu’il passait devant l’imposant monticule de broussailles touffues, il s’entendit respectueusement appeler : 


- Bû ! Bû ! Pourriez-vous demander à ma femme de rentrer ? 


Quelqu’un se tenait devant lui. Bien qu’il ressemblât à un quelconque villageois, à cause de son apparition soudaine à proximité de ce cimetière sylvestre, notre homme devina qu’il avait affaire à quelque khmoc mais il ne s’en effraya pas et se garda de prononcer la traditionnelle formule de renvoi qui clôt la Fête des Morts : « Allez aux montagnes, aux pierres, aux arbres qui vous servent de résidences ! » Avec le plus grand calme, il demanda : 


- Et votre femme, où donc est-elle? 


- Au milieu de la cérémonie où l’on fête les « Arak » (génies), répondit son interlocuteur.
Notre homme qui s’y rendait de ce pas ne vit aucun inconvénient à lui rendre service, aussi demanda-t-il encore : 


- Comment ferai-je pour m’adresser à elle … ? (Sous-entendu, puisqu’elle est invisible.)
- Qu’à cela ne tienne, dit le khmoc. 


Et il lui remit un « Pradâl Prahon », une plante magique qui permet de voir tous les revenants sans exception, et lui indiqua le nom de son épouse. 


L’homme reprit son chemin à travers la forêt. Seulement rien n’était plus pareil. A présent, grâce à la plante extraordinaire, il voyait sortir de derrière les arbres, venir à sa rencontre et le croiser une cohorte impressionnante de gens, hommes, femmes de tous âges et de toutes conditions, et aussi des khmoc chau, « esprits crus » qui avaient connu des morts violentes. Jamais il n’aurait imaginé qu’autant de fantômes puissent ainsi hanter les bois ! 


Quoi qu’il en soit, il avançait sans trembler.
Enfin il atteignit la maison où se tenait la cérémonie en l’honneur des Génies-ancêtres.
A côté des offrandes rituelles, le « sla thor », les trois baguettes de bambou portant chacune une feuille de bétel, les cinq bougies et les cinq baguettes d’encens, avait été déposée quantité de nourriture, viandes, fruits, confiseries, dont les fantômes étaient en train de se régaler. 


Sitôt qu’il eut repéré parmi eux la femme-khmoc, l’homme l’appela par son nom et lui cria:
- Ton mari te fait dire de rentrer immédiatement parce que ton enfant n’arrête pas de pleurer.
La femme-fantôme en écarquilla la bouche de surprise. 


- Comment peux-tu me voir? dit-elle. 


L’homme lui montra alors le Pradâl Prahon. 


- C’est grâce à cette plante que ton mari m’a donnée! 


220px-Pug-puppies-black-mops-welpen-schwarz dans CHIENSitôt qu’elle vit la plante magique entre les mains de l’homme, tel un fauve, d’une souple détente, elle lui sauta dessus pour la lui arracher. Refusant de se laisser déposséder, l’homme résista, parant les coups, les rendant tout en appelant avec force cris les assistants à la rescousse. Seulement les gens qui, eux, ne pouvaient voir les fantômes regardaient ébahis l’homme donner des coups de pied, des coups de poing dans le vide, faire des bonds désordonnés, des gestes saccadés comme s’il était possédé. Ils se contentaient d’observer la scène sans intervenir, les uns riant, les autres haussant les épaules, les uns et les autres n’y comprenant rien, puis ils finirent par s’en aller. 


L’homme continuait de se défendre furieusement mais au bout d’un moment, épuisé, haletant, il commença à donner des signes de fatigue. Le temps d’un clignement de paupière, et tout à coup – mauvais coup ? geste maladroit ? – toujours est-il qu’il ouvrit la main et la précieuse plante lui échappa … Il n’eut pas le temps de se baisser pour la ramasser. Un chien qui passait par là, plus vif que lui, s’en saisit et, d’un coup, d’un seul, l’avala puis, le Pradâl Prahon englouti dans son ventre, détala.

C’est depuis ce temps-là que les chiens ont le pouvoir de voir les fantômes et si vous les entendez aboyer au beau milieu d’une nuit calme, c’est parce qu’ils regardent les khmocs, en train de se promener dans l’ombre. Nombreux sont les gens qui croient aux vertus de la plante Pradâl Prahon et continuent de la chercher pour acquérir, entre autres pouvoirs surnaturels, celui de voir l’invisible.

Extrait des contes d’une grand-mère cambodgienne racontée par Yveline Féray 

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaire »

Chien chanteur

Posté par othoharmonie le 7 octobre 2011

Le Chien chanteur de Nouvelle-Guinée (Canis lupus hallstromi) est une sous-espèce de Canis lupus de la famille des canidés, proche du chien et du loup. 

 Loup gris commun (Canis lupus lupus)Le chien chanteur de Nouvelle-Guinée est à l’origine un chien domestique retourné à l’état sauvage, au même titre que le dingo australien avec lequel il est apparenté. Les chiens chanteurs présentent deux couleurs différentes, certains spécimens sont noirs, d’autres sont roux. Il peut parfois compléter son repas par les détritus du village, si celui-ci est placé sur son territoire. 

Jamais un homme n’a réussi à dresser ce chien à la garde, ou à la chasse : aussitôt la proie abattue, il la dépèce instinctivement et la dévore. Par ailleurs, dès qu’il atteint sa maturité sexuelle, il s’enfuit ; il est donc impossible pour l’homme de le domestiquer. Pourtant, la taille du cerveau du chien chanteur est analogue à celle du chien domestiqué, démontrant que l’état morphologique, psychologique ou physique, ne dépend pas de l’état sauvage ou domestique, mais d’avoir la capacité, ou pas, de s’approprier ou s’habituer à l’environnement humain.

gif,chien

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaire »

Le Chien

Posté par othoharmonie le 7 octobre 2011

Akita inu.jpegLe terme chien dérive du terme latin canis dans le même sens. La femelle du chien s’appelle la chienne et un jeune chien est appelé un chiot. Le chien glapit, jappe, grogne ou aboie

Ce mot est employé dans diverses expressions telles que : avoir du chien : avoir une certaine distinction et du charme ; entre chien et loup : au crépuscule ; garder un chien de sa chienne : expression familière signifiant se promettre une vengeance future ; les chiens écrasés : rubrique de faits divers insignifiants dans un journal ; malade comme un chien : être très malade et souffrant ; se donner un mal de chien : se donner beaucoup de mal à travailler sur quelque chose ; temps de chien : temps météorologique désagréable (la pluie, par exemple) ; vie de chien : vie difficile et compliquée ; chien de mer : petit requin. 

Ou encore, il sert dans des mots composés tels que : chasse-chien, chien-assis, chien-chien, chien-dauphin, chien-loup, dent-de-chien, langue-de-chien, maitre-chien, poisson-chien, tue-chien[ 

Le chien (Canis lupus familiaris) est un mammifère domestique de la famille des canidés. C’est la première espèce animale à avoir été domestiquée par l’homme, il y a au moins 100 000 ans. Les plus anciens restes confirmés de chien domestique sont vieux de 31 700 ans soit plusieurs dizaines de milliers d’années avant toute autre espèce domestique connue. Depuis la Préhistoire, le chien a accompagné l’homme durant toute sa phase de sédentarisation qui a conduit à l’apparition des premières civilisations. Autrefois regroupé dans une espèce à part entière, Canis canis ou encore Canis familiaris, la recherche génétique a confirmé son origine, qui bien que probablement diverse, découle principalement de la domestication du loup gris commun. Malgré des différences morphologiques majeures, les scientifiques regroupent ainsi l’ensemble des races de chiens au sein d’un groupe nommé Canis lupus familiaris, une sous-espèce de Canis lupus. Des chiens domestiqués, puis redevenus sauvages sont en revanche considérés comme autant de sous-espèces de Canis lupus, c’est le cas des dingos et du chien chanteur

Briard fauve.JPGIl existe une forte hétérogénéité au sein de la sous-espèce qui a été standardisée sous la forme de races de chiens. Certaines sont d’origine anciennes comme le Husky sibérien ou le Berger de Brie tandis d’autres comme Berger allemand ou le Golden Retriever sont de création plus récente. Dans les pays où les critères de la Fédération cynologique internationale ont une reconnaissance législative, l’appellation pure race est obligatoirement conditionnée à l’enregistrement du chien dans les livres des origines de son pays de naissance. Dans de nombreux pays, le chien entre dans le cadre de la législation sur les carnivores domestiques à l’instar du chat et du furet. Pour circuler en Europe, ils doivent être munis d’un passeport européen pour animal de compagnie

On appelle également « chien » plusieurs autres espèces de canidés des genres Atelocynus et Speothos, voire de rongeurs du genre Cynomys (chien de prairie).

 

 

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaire »

L’histoire du Chien

Posté par othoharmonie le 7 octobre 2011

Le chien aurait été domestiqué par l’homme y a environ 100 000 ans. Les plus anciens restes confirmés de chien domestique ont Affenpinscher.jpgété trouvés dans la grotte de Goyet en Belgique et datent de 31 700 ans. L’origine de cette domestication est donc clairement préhistorique, plus précisément, elle est l’œuvre de groupes de chasseurs du Paléolithique. En comparaison, le cheval sera domestiqué par des groupes nomades entre 4000 et 3000 avant J.-C..

Le chien aurait été simplement apprivoisé parmi d’autres animaux, tels les chacals ou les rongeurs. Mais c’est le seul maintenu en dépendance, car il aurait montré le plus d’aptitudes à une socialisation primitive. Le chien a pour ancêtre le loup mais des expériences, en cours depuis une cinquantaine d’années avec des croisements sélectifs de renards semblent donner des résultats similaires à ceux observés chez le chien (comportement particulièrement social, pédomorphisme, tempérament enfantin…).

Le chien primitif serait un chien de chasse qui aidait l’homme.

  • Dans l’Antiquité, les chiens servaient aux combats (exemple : Irish Wolfhound), à la production de viande et étaient aussi supports de croyances et de rites de type religieux.
  • Plus tard, sous l’Empire romain, ils étaient des animaux de compagnie, des gardiens de troupeaux et utilisés pour la chasse.
  • Au Moyen Âge, dans les campagnes et les milieux populaires, les chiens suscitent des peurs collectives et faisaient l’objet d’exterminations quotidiennes. Pour la noblesse, par contre, ce fut l’âge d’or de la vénerie.
  • À la Renaissance, la passion des hommes pour la chasse parvint à conserver une place aux chiens dans la société. La noblesse considérait le chien comme un signe de puissance et de grandeur. Ceci permit le développement de races de chiens de compagnie.

  • Airedale Terrier.jpgAu XIXe siècle, la population de chiens connaît une expansion numérique. Il est devenu un animal commun.

  • Vers 1855, les anciennes races de chiens sont reconnues officiellement et leur type est homogénéisé (fixé) tandis que de nouvelles races créées par l’homme apparaissent. C’est l’apparition de la cynophilie.

  • À la Belle Époque, puis entre les deux guerres, les artistes, les écrivains, et les politiciens choisissent des animaux qui les différencient du commun tel que les teckels par leurs petites tailles ou encore les caniches pour leurs poils.
  • le 3 novembre 1957, Laïka (du russe : Лайка, « petit aboyeur »), une chienne du programme spatial soviétique devient le premier être vivant mis en orbite autour de la Terre. Elle a été lancée par l’URSS à bord de l’engin spatial Spoutnik 2, un mois après le lancement du premier satellite artificiel Spoutnik 1.

 

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello