Chien gardien des enfers

Posté par othoharmonie le 5 octobre 2011

  

Dans la mythologie grecque, Cerbère (en grec ancien Κέρϐερος/Kérberos) est le chien gardant l’entrée des Enfers. Il empêchait ainsi ceux passant le Styx de pouvoir s’enfuir. On le trouve dans de nombreuses œuvres de la littérature grecque et romaine Chien gardien des enfers dans CHIEN 220px-Herakles_Nemean_lion_Louvre_L31antique, ainsi que dans l’art et architecture aussi bien moderne qu’ancienne. Comme pour la plupart des créatures de la mythologie classique, la description et le contexte entourant le Cerbère diffèrent selon les œuvres, la principale différence étant le nombre de têtes, généralement trois, mais aussi cinquante selon Hésiode ou cent chez Horace.

Le mythe : Cerbère était le fils d’Échidna, au corps de serpent et au visage de femme, et de Typhon, considéré parfois comme un monstre cracheur de flammes qui serait craint des dieux olympiens même. Son frère est Orthos, chien des enfers bicéphale Il serait également le frère de l’Hydre de Lerne, du Lion de Némée et de la Chimère. La description courante de Cerbère dans la mythologie grecque et l’art veut qu’il ait trois têtes, une crinière de serpents similaire aux cheveux de Méduse et une queue de serpent. Dans la plupart des oeuvres, les trois têtes voient et représentent respectivement le passé, le présent et les temps à venir; d’autres sources suggèrent qu’elles représentent plutôt la naissance, la jeunesse et la vieillesse. Chacune des têtes n’aurait d’appétit que pour la viande vivante et autorise donc les esprits des morts à entrer dans le monde souterrain, mais les empêche d’en sortir. Cerbère fut toujours utilisé comme le fidèle gardien d’Hadès, gardant les portes donnant sur le monde souterrain.

220px-Hades dans CHIENIl était enchaîné à l’entrée des Enfers et terrorisait les morts eux mêmes qui devaient l’apaiser en lui apportant le gâteau de miel qu’on avait placé dans leur tombe en même temps que l’obole pour Charon déposée dans la bouche. Mais Cerbère était aussi terrible pour les vivants qui essayaient de forcer la porte des Enfers comme Pirithoos et Thésée, qui cherchaient à enlever Perséphone. Psyché qui était venue chercher la boite à cosmétique de Perséphone sur l’ordre d’Aphrodite l’endormit avec un gâteau trempé dans du vin drogué. Énée fit de même avec un gâteau soporifique préparé par la Sibylle.

Plusieurs héros parviennent à déjouer sa vigilance, voire à le vaincre. Orphée, décidé à sortir des Enfers sa femme Eurydice, morte d’une morsure de vipère, parvient à le charmer en chantant et en jouant de sa lyre.

La capture du chien Cerbère constitue, dans la mythologie grecque, l’un des travaux accomplis par le héros Héraclès pour le compte d’Eurysthée. Le héros s’aventure jusque dans les Enfers pour en ramener le chien monstrueux qui garde l’entrée du royaume d’Hadès.

La place de la capture de Cerbère dans l’ordre des douze travaux d’Héraclès varie selon les auteurs et les représentations. Sur les douze métopes du temple de Zeus à Olympie, qui représentaient une partie des travaux, la capture de Cerbère n’occupe pas de place privilégiée par rapport aux autres. Sur les bas-reliefs de l’Héphaïstéion (temple d’Héphaïstos) à Athènes, qui représentent neuf travaux, la capture de Cerbère forme l’avant-dernier travail, la dernière place étant occupée par la quête des pommes d’or du jardin des Hespérides. Parmi les textes évoquant les travaux, Apollodore, dans sa Bibliothèque, fait de la capture de Cerbère le dernier des douze travaux.

Les toutes premières évocations de cet exploit d’Héraclès se trouvent dans l’Iliade et dans l’Odyssée où il est dit que le héros capture le chien des Enfers, sans qu’un nom ne soit indiqué pour le chien (la Théogonie d’Hésiode est la première source connue à nommer ce chien Cerbère, mais il n’évoque pas l’exploit d’Héraclès). Les représentations connues de l’exploit sont en majorité picturales, tandis que les récits de la capture qui nous sont parvenus sont peu nombreux et d’époques plus récentes. D’autres œuvres littéraires relatant probablement cet épisode ont été composées dans l’Antiquité, mais ont été perdues ; c’est le cas en particulier du poème Cerbère attribué au poète archaïque Stésichore.

Chien trop mignon

Laisser un commentaire

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello