• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 4 octobre 2011

La place et le rôle du Chien

Posté par othoharmonie le 4 octobre 2011

La place et le rôle du Chien dans CHIEN 220px-Great_Danes_and_Chihuahuas_by_David_ShankboneLeur rôle le plus général semble bien d’être avec l’homme. L’homme aime bien avoir des chiens près de lui. Ceci est probablement dû à la fois à la psychologie humaine et à la psychologie canine. Également, le besoin des aptitudes naturelles des chiens dans des activités nourricières, de garde, de chasse, de recherche sont incontournables.

Chiens d’utilité plus spécifique

En dehors du cadre familial, où il aime à se dépenser, partager les jeux et les joies tout en protégeant son foyer en montant la garde, on trouve le chien dans diverses activités aux côtés de l’homme.

Les chiens sont utilisés à de nombreuses tâches, qui font appel à différentes qualités, selon les besoins :

  • Depuis longtemps, les chiens de bergers sont les auxiliaires des gardiens de troupeaux (bergers) là ou ils se trouvent.
  • Au XIXe siècle, des chiens, appelés chiens de charrette, étaient utilisés, notamment en France, en Belgique et aux Pays-Bas, pour tracter la petite charrette des livreurs de lait ; cette pratique est aujourd’hui interdite.
  • Les chiens de races reconnues pour leur résistance et leur endurance peuvent être utilisés comme chien d’attelage, de sauvetage et d’assistance.
  • Ceux dont les capacités, d’attention, d’obéissance et de flair sont appréciées, aident les chasseurs (chien de chasse), les chiens chercheurs de truffes auxiliaires des caveurs (chien truffier), ou encore les forces de police dans la lutte anti-drogue (chien de détection) et la recherche de personnes (chiens pisteurs, comme les bergers allemands).
  • Le chien de garde doit être à la fois agressif et obéissant.
  • Certains chiens sont dressés afin d’aider les personnes handicapées, et notamment les personnes non voyantes (chien guide d’aveugle, comme les labradors).
  • Ceux enfin suffisamment curieux, joueurs, complices avec leur maître, peuvent être chien de cirque, chien acteur de cinéma, chien de sport ou de loisirs.
  • On utilise aussi les chiens en temps de guerre, l’exemple le plus connu étant celui des chiens anti-char.
  • Aujourd’hui, l’armée française emploie un certain nombre de chiens militaires. Ils sont des aides très efficaces pour la recherche d’explosifs (des opérations ont été menées pour la recherche de mines anti-personnelles, de stupéfiants, pour la détection d’intrus dans les locaux de la défense. Du personnel hautement qualifié forme chaque année des équipes cynégétiques. Le maître-chien militaire doit instaurer avec son partenaire canin une complicité résistant à toute épreuve dans les pires situations. Il doit maîtriser l’ensemble des techniques permettant de transporter le chien en montagne, comme sur mer (faire du rappel avec son chien, mais également faire des sauts en parachute avec son chien, etc.). Le Berger Belge Malinois est un chien très apprécié pour son tempérament rusé, sa vivacité et sa perspicacité.
  • Les chiens, principalement des beagles, sont également utilisés pour la recherche scientifique. En France, cet usage est réglementé par le décret de 1987 : la fourniture de chiens pour les laboratoires est légale, comme l’expérimentation animale, pourtant de nombreuses associations s’insurgent contre ces pratiques. Au Canada, les conditions d’expérimentation sont notamment définies par le Conseil canadien de protection des animaux.
  • La zoothérapie fait parfois appel à des chiens pour aider à résoudre des problèmes comportementaux chez l’enfant.

Barre de Séparation

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaire »

Consommation de viande de Chien

Posté par othoharmonie le 4 octobre 2011

 

Consommation de viande de Chien dans CHIEN 407253527_smallL’interdiction de consommer de la viande de chien est récente. Cette consommation était répandue dans l’antiquité romaine, la civilisation Aztèque et un peu partout sur la planète. Elle semble n’avoir jamais cessé en Europe ; on trouvait encore des boucheries canines en France au début du XXe siècle. Récemment, les grandes guerres furent autant d’occasions au cours desquelles il fallut se rabattre sur des viandes de qualité perçue comme inférieure ; pendant la guerre franco-prussienne de 1870, en particulier, les boucheries de viande de chien furent nombreuses à Paris : le marché au chien se tenait alors rue Saint-Honoré.

Le dédain de la viande de chien et d’autres animaux domestiques (le chat par exemple) découle principalement de la logique de proximité des animaux qui sont divisibles en trois catégories : « sauvages », « domestiques » et « familiers ». Les chiens entrant dans cette dernière catégorie, pour certaines couches de population, sont donc frappés par un interdit, dans la cuisine occidentale (Poulain, 1997). La consommation de viande de chien a, semble-t-il, toujours cours à titre privé, dans certaines régions rurales reculées de Suisse. Par contre, elle est désormais repoussée en Chine (par exemple) par les populations bourgeoises aisées élevant des chiens.

Tabous religieux

D’autres animaux domestiques comme le cochon ou le canard ne sont pas assujettis à ces interdits légaux, si ce n’est dans les religions abrahamiques qui prohibent également le chien, même si ces règles ne sont pas respectées dans toutes les branches du christianisme. Certaines religions – dont quelques branches de l’hindouisme ou du bouddhisme – interdisent également toute consommation de viande animale. La religion musulmane interdit la consommation de viande de canidés.

Il semblerait que les gaulois (peuples) consommaient du chien.

On trouvait en France quelques boucheries canines jusqu’à la première moitié du XIXe siècle. La viande de chien est également consommée dans la France d’outre-mer, notamment à Tahiti pour la fête nationale française.
Pendant la
Première Guerre mondiale, on renverra au témoignage de Guillaume Apollinaire, dans La maison des morts (dans Alcools) :

« Quelques-uns nous quittèrent
Devant une boucherie canine
Pour y acheter leur repas du soir » 

Les Gaulois mangeaient du chien, mais de manière très anecdotique (1% de leur alimentation), sans doute en période de disette.

De nombreux écrits du XIXe siècle (Victor Hugo, Gustave Flaubert…) décrivent des repas comportant du chien.

Si en France, rien n’interdit la consommation de la viande canine, la Direction générale de la concurrence, consommation et répression des fraudes peut cependant faire fermer un établissement qui vendrait de la viande canine comme une autre viande.

En Allemagne, la dernière boucherie canine a fermé dans les années 1940. La viande de chien fut consommée dans ce pays jusque pendant la Seconde Guerre mondiale, comme en témoigne l’établissement, par les autorités du Troisième Reich, d’un contrôle sanitaire sur cette marchandise en 1943.

Wikipédia

t2o7gka5 dans CHIEN

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaire »

Le Chien en Asie

Posté par othoharmonie le 4 octobre 2011

Le Chien en Asie dans CHIEN 220px-Jean_leon_gerome_une_plaisanterie_1882La viande de chien, mangée traditionnellement en Chine (République populaire de Chine et République de Chine), Corée, Vietnam, Philippines, Laos ou Myanmar, cette viande y est considérée comme un élément important de l’alimentation car elle est riche en protéines.

Certains types de chiens, consommés en fondue en Chine, sont considérés comme bons pour les reins, mais sont plutôt consommés par les hommes. Ils ont des vertus excitantes proches du café.

Le Japon, bien que souvent décrié par les défenseurs de la biodiversité pour la consommation de la baleine, semble faire exception en Extrême Orient pour la consommation de viande de chien. Il s’agit encore une fois d’une réprobation culturelle. Dans la culture de ce pays, le chien est très respecté. On peut, par exemple, citer Hachikō. D’autres animaux, tel le corbeau souvent considéré comme un oiseau de malheur en Occident, sont aussi beaucoup aimés au Japon. Les enfants japonais connaissent tous la chanson « Les sept enfants » (七つの子, nanatsu no ko), décrivant avec gaieté le corbeau chantant dans la montagne pour ses sept petits. Les restaurants coréens implantés dans les villes japonaises offrent toutefois également de la viande de chien.

De son côté, la cuisine vietnamienne prend en compte la proximité homme/chien en sélectionnant les chiens qui entreront dans son menu. Le procédé est simple : une assiette de viandes de chien est présentée au mammifère canin qui sera digne d’être le compagnon de l’homme s’il refuse de se cannibaliser ou sera voué à faire le régal des clients s’il en ingère (Poulain, 1997).

 

Wikipédia 

Publié dans CHIEN | Pas de Commentaire »

 

Жихен - Tendresse Éternelle |
binsle120 |
Univers sans lisse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les maux avec des mots
| Iz avance
| mbuello